Lors des grèves de médecins généralistes, le SNJMG est aux côtés des médecins remplaçants

Suite aux Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a appelé à la mobilisation de tous, professionnels et citoyens, pour défendre la Médecine Générale dans un système de soins de qualité et accessible à tous.

 

L’Assemblée Générale du SNJMG a critiqué le choix par les syndicats de médecins installés de la période de l’année où le plus de médecins sont en vacances pour appeler à une fermeture des cabinets. Outre la difficulté à susciter l’intérêt de la population générale sur des sujets qui la concernent quand même directement, des problèmes pratiques se posent pour les médecins remplaçants qui sont souvent engagés par contrat à travailler pendant ces congés.

 

Pour ces raisons, le SNJMG appelle, pour les fêtes, non pas à la cessation de l’activité médicale mais à une campagne d’information des patients par les jeunes médecins généralistes.

 

Au-delà des sujets rebattus par les médias, le SNJMG veut alerter nos concitoyens sur les périls qui menacent l'avenir de notre système de Santé, dont la Médecine Générale constitue l'un des piliers. 

 

Le SNJMG donne rendez-vous à tous les médecins généralistes, jeunes et moins jeunes, ainsi qu’à leurs patients pour la journée nationale de grève du MARDI 6 JANVIER 2015.

 

En attendant, le SNJMG met à disposition sur son site www.snjmg.org des documents d’information à destination des patients, mais également une aide à la conduite à tenir en pratique pour les médecins remplaçants.

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

Grèves de médecins généralistes (Hiver 2014-2015)

Le mécontentement des médecins généralistes en 2014

 

Revue de presse

Sur les réseaux sociaux

 

La position du SNJMG

 

Le SNJMG se mobilise à l'occasion de la Loi de Santé proposée par Marisol Touraine car ils veulent signifier les déficiences de la ministre de la Santé et du gouvernement en matière d'accès aux soins, de médecine générale, de santé publique et de formation médicale.

Communiqué du 16/12/14

 

Le SNJMG se mobilise à l'occasion de la Loi de Santé proposée par Marisol Touraine car il veut signifier les déficiences de la ministre de la Santé et du gouvernement en matière d'accès aux soins, de médecine générale, de santé publique et de formation médicale.

 

A propos de la Loi de Santé :

 

• La loi ne s'attaque pas au "reste à charge" des patients. D'une part, la loi ne remet pas en question les franchises médicales. D'autre part, au lieu de proposer de revoir la question du ticket modérateur, la loi préfère mettre en place le tiers payant généralisé. Si contrairement à une légende urbaine, ce TPG ne devrait pas faire courir le risque de surconsommation médicale mais plutôt de surfacturation médicale, le SNJMG ne veut pas qu'il puisse être utilisé pour désengager la sécurité sociale du remboursement des soins.

• La loi ne revient pas sur l'avenant 8 à la convention qui sous un affichage de stabilisation du montant moyen de dépassement a permis à un plus grand nombre de médecins de pratiquer des dépassements d'honoraires

• Dans la logique de cet avenant 8, La loi accompagne le développement des organismes complémentaires dans la prise en charge des soins

• En matière d'organisation du système de soins, la loi organise la gouvernance au niveau régional, mais sans la moindre garantie de démocratie sanitaire.

• La loi permet aux citoyens de faire des « actions de groupe » et rend obligatoire la représentation des usagers à tous les niveaux de l'organisation sanitaire mais sans veiller à leur nécessaire indépendance  vis à vis de l'industrie pharmaceutique et/ou de dispositifs de santé

• La loi ne propose rien pour l'indépendance et la pérennité du système de formation médicale continue.

• La loi propose une série de mesures en matière de santé publique comme par exemple l'instauration du paquet de cigarettes neutre mais la ministre reste sans réaction alors que le lobby des cigarettiers a obtenu un vote du Parlement annulant en 2015 la traditionnelle hausse des taxes sur le tabac de début d'année (une première depuis près de 10 ans)

 

A propos de l'action de Marisol Touraine au ministère de la Santé :

 

Après un début encourageant (réception de toutes les structures de jeunes médecins et intervention positive dans le conflit qui les a opposé à l'Ordre des Médecins), Marisol Touraine a rapidement déçu :

- Elle s'est contentée du service minimum en réponse à l'enquête de l'ISNI dénonçant les mauvaises conditions d'exercice des internes 

- Alors que se présentait en début de quinquennat présidentiel, l'occasion d'un acte conventionnel fort sur le secteur 2, elle a soutenu la signature de l'avenant 8 qui a non seulement créé un nouveau secteur à dépassement d'honoraire mais aussi ouvert les possibilité d'intervention des organismes complémentaires.

- Alors qu'elle s'était engagée à proposer une politique incitative en matière de démographie médicale, elle a certes repoussé toutes les propositions coercitives mais s'est ensuite contenté d'un catalogue de mesures de second plan quand ce n'étaient pas de simples gadgets de communication politique.

 

C'est ainsi que le SNJMG s'est positionné contre la signature de l'avenant 8 et que le syndicat s'est engagé dans deux grèves :

- grève des internes d'octobre et de novembre 2012 qui a abouti à la revalorisation des gardes et à la création d'indemnités de déplacement et de responsaabilité

- grève à la japonaise des gardesde fin d'année 2012 pour les médecins généralistes remplaçants et installés

 

Après une année 2013 marquée par de nouvelles déconvenues ministérielles en matière d'indépendance médicale, le SNJMG a voulu laisser une seconde chance à Marisol Touraine quand elle a été reconduite au ministère de la Santé par Mrs François Hollande et Manuel Valls.

 

Hélas, le mépris affiché par son ministère envers les "privés de thèse", les demis mesures difficillement concédées pour répondre à la mise en demeure de la commission européenne sur le temps de travail des internes et la présentation de la décevante Loi de Santé ont incité le SNJMG à ne pas rester inactif.

 

C'est ainsi que :

- le SNJMG a déposé un recours en Conseil d'Etat contre les textes réglemenatires de 2013 interdisant à un certain nombre d'anciens résidents et internes de Médecine Générale de passer leur thèse

- le SNJMG a participé à la grève des internes du 17 novembre 2014

- le SNJMG a appelé les jeunes médecins généralistes à la mobilisation pour les fetes de fin d'année

 

Pourquoi un appel à la mobilisation et non un appel à la grève pendant les fetes ?

 

L'appel à la grève pour les fêtes a été lancé pour les syndicats de médecins installés sur des revendications que le SNJMG est loin de toutes partager.

De plus , un consensus s'est fait lors de l'AG du SNJMG pour trouver absurde de faire une grève avec fermeture des cabinets médicaux pendant la période de l'année où il y a habituellement le plus de médecins en congès.

Enfin, malgré sa volonté de participer à un mouvement large de la profession (comme en témoigne sa participation au front généraliste), le SNJMG constate l'absence de consensus sur une base de revendications, autre que le seul retrait de la Loi.

Aussi, le SNJMG a décidé d'assumer ses choix syndicaux en proposant une mobilisation sur la base de ses propres revendications pendant la période des fêtes puis une journée de grève le 6 janvier 2015 commune aux internes, remplaçants et jeunes installés et salariés.

 

Document proposé par le SNJMG pour la campagne d'information

 

Télécharger le modèle d'affiche/tract : 20141223%20Le%20SNJMG%20informe%20les%20patients%20V3.pdf

 

Enquete auprès des jeunes médecins généralistes sur la préparation de la journée du 6 janvier 2014

 

Merci de répondre à l'enquête sur la page dédiée

 

Conseils pratiques pour les remplaçants

 

Cadre légal :

Le contrat de remplacement s'impose aux deux parties. Elles ne peuvent y déroger que d'un commun accord.

  • Grève ou pas ?

- soit remplacé et remplaçant sont d'accord tous les deux pour faire grève ou pour ne pas faire grève, il n'y a aucun problème.

- soit remplacé et remplaçant ne sont pas d'accord entre eux : le SNJMG conseille de chercher un compromis. Si le compromis n’est pas possible, il faut s’en tenir au contrat de remplacement.

  • Information des patients ?

- le médecin remplacé ne peut pas imposer à son remplaçant de distribuer des documents syndicaux,

- inversement, le remplaçant ne peut transmettre de la documentation aux patients sans l'accord préalable du médecin remplacé.

 

Rappel : En cas de situation de conflit entre remplacé et remplaçant, le SNJMG est disponible pour trouver une solution.

Les jeunes médecins généralistes décident de prendre en main leur destin !

Les Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes (samedi 6 décembre 2014 à Paris) ont clairement mis en évidence le sentiment de maltraitance ressenti par toute une profession, depuis les études médicales et l’internat jusque dans le quotidien des médecins généralistes remplaçants et installés, et la nécessité de changements structurels importants pour y remédier.

 

L’Assemblée Générale du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) qui s’est tenue le lendemain des Assises (dimanche 7 décembre 2014) a pris la mesure de cette situation et a aussi fait le constat que la politique du gouvernement, et notamment le projet de Loi actuellement mis sur la table, va malheureusement tout à fait à rebours des propositions du SNJMG en vue d’un système de Santé plus intégré, plus efficient et plus solidaire. 

 

En conséquence, l’Assemblée Générale a confirmé l’engagement du SNJMG dans un mouvement d’action déterminé afin de sauvegarder la Médecine Générale et un accès à des soins de qualité pour tous.

 

Les jeunes médecins généralistes disent NON

  • aux tentatives de marginalisation du médecin généraliste dans le système de Santé : hospitalocentrisme, gouvernance technocratique, délégation de tâches non-coordonnées, contournement du parcours de soins, tentatives de substitution du médecin par de nouvelles professions « low cost » ou par des dispositifs « hors sol » qui nient les soins de proximité !
  • aux discriminations entre médecins : les dépassements d’honoraires du secteur 2 créent des inégalités insupportables entre patients, et aussi entre médecins, financièrement et symboliquement ; de plus, malgré sa reconnaissance en 2004, la Médecine Générale est la seule spécialité qui ne bénéficie pas de la majoration provisoire clinique (MPC), ni de la majoration de coordination (MCS) alors qu’elle est par excellence LA spécialité de la clinique et de la coordination !
  • à l’abandon de notre formation initiale et continue : carences d’accès des étudiants en 2e cycle aux stages en Médecine Générale, manques de moyens de la filière universitaire de Médecine Générale, refus de la DGOS de ramener à 48 heures de travail maximum la semaine des Internes en tenant compte des nécessités de leur formation, inhumanité de la DGESIP vis-à-vis des « privés de thèse » victimes d’aléas de la vie, fiasco du nouveau « Développement Professionnel Continu » (DPC) avec sa gouvernance et le rationnement choquant de la formation continue des médecins généralistes !

 

Le SNJMG porte les aspirations des jeunes médecins généralistes

  • à être clairement identifiés dans leur rôle de coordonnateurs des soins, aussi bien préventifs que curatifs, dans le cadre d’une vision globale de la Santé et d’une relation personnalisée avec chaque patient : les nouvelles professions paramédicales devraient être créées en fonction des réels besoins exprimés par les médecins ; la délégation d'actes médicaux doit être prescrite et coordonnée par le médecin généraliste ; le patient ne doit pas perdre l’appui de son médecin traitant en passant la porte de l’hôpital d’où la nécessité d’un système d’information lui permettant d’accéder en temps réel aux observations médicales et aux examens complémentaires réalisés ; il faut en finir avec la mascarade des réunions de concertation « pluridisciplinaire » dont le médecin généraliste est exclu ; tous les soins de premiers recours et ceux coordonnés par le médecin généraliste devraient être remboursés à 100 % par l’Assurance Maladie,
  • à la redistribution de moyens financiers et logistiques pour leur permettre d’assumer cette importante mission : dotations pour le développement des structures de soins primaires et notamment l’emploi d’auxiliaires salariés, forfaits de prise en charge globale revalorisés, égalité avec les autres spécialités du montant de la consultation en Médecine Générale à 25 €, voire 28 € en cas d’acte coordonné, tarifs spécifiques pour les consultations longues et complexes ; ces mesures peuvent être financées par la fin des dépassements d’honoraires et le retour des milliards actuellement drainés par le marché particulièrement opaque des complémentaires vers une Assurance Maladie (à rebaptiser « Santé » ?) publique et universelle,
  • à une formation initiale et continue à la hauteur de notre métier complexe, exigeant et indispensable : pour les Internes, semaine de travail de 10 demi-journées allant du lundi matin au vendredi soir, dont 2 réservées à la formation personnelle et aux travaux universitaires ; pour les remplaçants et les installés : 10 journées par an d’une Formation Médicale Continue (FMC) de qualité gérée par la profession elle-même, indépendamment de l’Université, des Hôpitaux ou de l’Industrie pharmaceutique.

 

Le SNJMG appelle les Internes en Médecine Générale ainsi que les médecins généralistes remplaçants et Jeunes Installés à faire entendre leur voix :

  • Du mardi 23 décembre 2014 au lundi 5 janvier 2015 : Campagne d’information des patients
  • Mardi 6 janvier 2015 : Grève des Internes, des Remplaçants et des Installés

 

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

Le nouveau Bureau National du SNJMG : prêt à l'action !

Après des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes très réussies, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s'est doté ce week-end (6 et 7 décembre 2014) d'un nouveau Bureau :

 

Président : Théo COMBES

Première Vice-Présidente : Emilie FRELAT

Secrétaire Général : David AZERAD

Secrétaire Générale Adjointe : Aurélie TOMEZZOLI

Trésorier Général : Procope PANAGOULIAS

Trésorière Adjointe : Béatrice LAUDET

Vice-Présidente Internes : Bernadette DREVON-ZAMBON

Vice-Présidente Assistance Syndicale : Ida Marina LANZI

Vice-Présidentes Publications : Marine CREST et Mylène FROMENT

Vice-Présidentes Privés de Thèse : Carmen DEMEUSY et Christine WYTTENBACH

 

L'Assemblée Générale du SNJMG a élaboré et voté la plate-forme du syndicat pour 2015.

 

L'Assemblée Générale a également précisé les modalités de l'entrée des Internes en Médecine Générale, des Remplaçants et des Jeunes Installés en Médecins Générale dans un mouvement de contestation particulièrement déterminé.

Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes, 2e !

 

RENDEZ-VOUS à la GARE de L’EST

 

 

Le SAMEDI 6 DECEMBRE 2014 aura lieu la 2ième édition des

ASSISES NATIONALES des JEUNES MEDECINS GENERALISTES  (ANaJMG)

 

 

 

 

Cette journée de rencontre, de débat et de réflexion est organisée par le SNJMG.

 

Les Assises sont ouvertes à toutes les personnes intéressées par les deux thèmes de la journée, qui sont :

- Les dimensions existentielles du métier de médecin : comment éviter le burn-out ?  

- Temps de travail, rémunération, protection sociale des médecins (internes, remplaçants, installés) : ce qui doit changer ! 

 

 

L'inscription sur www.snjmg.org est indispensable pour participer et bénéficier du repas. 

Elle est GRATUITE pour les membres et les invités du SNJMG, mais aussi pour tous les étudiants en médecine, les internes, les remplaçants, les collaborateurs, tous les médecins généralistes, qu'ils soient installés ou salariés, ainsi que pour leur conjoint-accompagnant le cas échéant.

Pour tous les autres participants et pour les personnes non-inscrites préalablement, le montant de l'inscription est de 40 € jusqu'au 25 novembre, 50 € sur place.  

La restauration offerte aux participants comprendra trois pauses gourmandes et un repas "gourmet" assis à midi.

 

→ Pour s'inscrire aux Assises Nationales ←

 

 

 

 

Programme de la journée du samedi 6 décembre 2014 :

  • 9h30 : Accueil des participants (café/thé, viennoiseries)
  • 10h : Ouvertures Assises
  • 10h30 : 1ère table ronde : Les dimensions existentielles du métier de médecin : comment éviter le burn-out ? 
  • 12 h 30 : Repas “gourmet” concocté par le chef des Salons du Relais servi à table
  • 14h : 2ième table ronde : Temps de travail, rémunération, protection sociale des médecins (internes, remplaçants, installés) : ce qui doit changer ! 
  • 16 h : Conclusions des Assises
  • 16 h 30 : Café/thé de départ

 

 


 

Et le lendemain 

DIMANCHE 7 DECEMBRE : ASSEMBLEE GENERALE du SNJMG

 

L’AG est ouverte aux étudiants en médecine, internes, FFI, remplaçants, collaborateurs, salariés ou installés depuis moins de 10 ans.

Le vote est réservé aux membres du syndicat à jour de cotisation (régularisable sur place). La réunion se tiendra de 9h30 à 12 h30. Elle sera suivie d'un repas offert aux participants.

 

→ Pour s'inscrire à l'Assemblée Générale du SNJMG ←

 

 

 

Lieu des événements : 

 

 

Rendez-vous les 6 et 7 décembre ! 

 

Le SNJMG 

Lettre d'information du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) #149

 

Bonjour à toutes et à tous, 

Voici notre lettre d'information de novembre 2014 avec au sommaire :

1. Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes (ANaJMG 2014)

2. Assemblée Générale du SNJMG

3. Petites annonces

4. Brèves

Bonne lecture !

 

1. Les Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes

Le samedi prochain, 6 décembre 2014 se tiendra à Paris la session 2014 des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes.

Cette réunion, indépendante de l'industrie pharmaceutique et des institutions étatiques, universitaires et médicales, sera consacrée à : 

- conditions d'exercice et burn out que se soit à l'hôpital (internes, FFI et seniors hospitaliers) ou en ambulatoire (remplaçants, installés et salariés)

- rémunération des médecins conventionnés (au travers d'un bilan de la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique - ROSP).

Des tables rondes seront organisées avec différents responsables d'organisations médicales et une large place sera faite aux échanges avec la salle.

Bien entendu, au vu de ces thèmes et de l'actualité, seront également discutés la grève des internes du 17 novembre (et ses suites) et les grèves de médecins généralistes annoncées pour la fin d'année et le début d'année prochaine. 

Ces Assises seront une excellente occasion pour chacun de faire entendre son avis en toute liberté sur tous ces sujets, alors ne tardez pas à vous inscrire sur notre nouveau site pour y participer !

 

2. Assemblée Générale du SNJMG

Elle aura lieu le dimanche 7 décembre 2014, le lendemain des Assises, au même endroit.

L'AG sera l'occasion de faire le point sur l'action du syndicat en 2014, d'accueillir les nouveaux membres de cette rentrée, d'organiser les bureaux régionaux (internes de MG et MG thésés) et de renouveler le Conseil et le Bureau National du SNJMG.

Elle sera aussi et surtout l'occasion de voter la plateforme syndicale et de déterminer les actions pour l'année à venir : par exemple, définir notre position vis à vis des appels à la grève des médecins généralistes (suite aux discussions qui auront eu lieu lors des Assises).

Merci aux adhérents du SNJMG de s'inscrire sur cette page explicative pour participer à l'AG ! 

Important : Les frais de déplacement et d'hébergement seront pris en charge par le syndicat pour les adhérents du SNJMG qui assisteront à la fois aux Assises et à l'AG, pour les Délégués Régionaux titulaires ou suppléants, pour les membres du Bureau et du Conseil National et pour les adhérents à jour de cotisation se portant candidats au Bureau ou au Conseil National.

 

3. Petites annonces du SNJMG

Parmi les travaux en cours sur notre nouveau site, il y a la mise en ligne d'un nouveau service de petites annonces. En attendant, nous maintenons en ligne l'actuel service gratuit.

Parmi les annonces sur l'actuel service, nous avons sélectionné 2 propositions :

- Appel de détresse de Chateau Chinon

La ville recherche 4 médecins généralistes pour suppléer le départ en janvier 2015 de ses deux derniers médecins qui exerçaient dans l'unique maison de santé de la ville.

Pour en savoir plus :

Contacts

Revue de presse sur les causes de cette situation

- Recherche 1 ou 2 MG pour maison de santé dans la Mayenne

Une commune (de plus de 3000 habitants) du 53 à la frontière du 35 (à 40 mn de Rennes et 15 de Vitré) recherche 1 ou 2 médecins pour sa maison de sante.

Soutiens a l'installation importants (logement de famille gratuit, aide au secrétariat, prêt de matériel), maison de sante neuve, peu ou pas de gardes, forte attente de la population.

Contact : pbcity@hotmail.com

 

4. Brèves

- Le Dr Bernard Junod, épidémiologiste et médecin de santé publique, est décédé dimanche dernier. Le SNJMG salue sa mémoire en relayant son portrait dans l'Express et la video de sa dernière intervention scientifique à Oxford.

- Avant l'échéance fiscale du 15 décembre pour les remplaçants et installés, le SNJMG fait le point sur la déclaration et le paiement de la CFE.

 

Merci de votre fidélité.

Le Front Généraliste se mobilise pour sauver la médecine générale

Le Front Généraliste est constitué par l’ISNAR IMG, ReAGJIR, le SNJMG, le SNEMG, la FMF, MG France et la FNCS, il est accompagné à titre d’observateurs par le CNGE et le Collège de la Médecine Générale. Il s’est réuni le mercredi 19 novembre 2014 pour analyser la situation de la médecine générale et pour échanger sur leurs revendications pour la profession.

La médecine générale devait être au cœur de la réorganisation du système de santé annoncée par la ministre de la Santé dès septembre 2013 avec la présentation de sa Stratégie nationale de santé. Aujourd’hui, les membres du Front Généraliste tirent la sonnette d'alarme. 

La baisse démographique de la profession et le retard constaté à l’installation de la jeune génération témoignent d’un exercice de plus en plus difficile. D’une formation initiale sans enseignants à des professionnels en exercice sans moyens, les médecins généralistes sont les grands oubliés et la médecine générale le parent pauvre du projet de loi santé.

Hasard du calendrier, la ministre de la Santé vient d’annoncer une concertation sur son projet de loi le jour même de la réunion du Front Généraliste ! Les membres du Front demandent à être reçus ensemble par le ministère et entendent rappeler une fois encore leurs revendications et propositions à la ministre de la Santé.

Car le Front constate le hiatus entre les orientations de la Stratégie nationale de santé prônant un investissement sur les soins primaires et le projet de loi de santé. Où sont passés les objectifs affichés l'an dernier, que le même Front Généraliste avait salués ? Où se situent le soutien aux soins primaires et la reconnaissance de la place du médecin généraliste ?

Pour présenter ensemble leurs propositions et leurs revendications pour la profession, les membres du Front Généraliste tiendront une conférence de presse au siège de MG France, 13 Rue Fernand Léger Paris 20ème,  le mercredi 26 novembre à 13h.

Les Internes en Médecine Générale feront grève le 17 novembre 2014

 

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a déposé le 3 novembre dernier un préavis de grève concernant les Internes en Médecine Générale (IMG).

En l’absence de réponse constructive de la part de la ministre de la Santé, le SNJMG confirme ce jour son appel à la grève, conjointement avec les syndicats des autres spécialités (FNSIP-BM, ISNI et SNIO), pour le 17 novembre 2014.

Rappelons qu’en octobre et novembre 2012, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) avait appelé à la grève avec comme revendications principales la réduction du temps de travail (non-conforme aux directives européennes) et l'amélioration des conditions de l’internat (une thèse de médecine en 2011 a montré que près d'un interne en Médecine Générale sur 2 était à risque de burn-out).

A l'issue de ces grèves, le ministère de la Santé s'était engagé à ouvrir des discussions avec toutes les organisations d'internes (grévistes et non-grévistes) et d'en concrétiser les résultats dans les mois suivants. Hélas le ministère a rapidement renié sa parole quant aux organisations consultées et a privilégié, de façon illégitime et illégale, certains interlocuteurs non-grévistes aux revendications moins ambitieuses. Logiquement, les avancées ont été plus minces et accordées du bout des lèvres plus d’un an après les grèves.

Mais surtout le ministère n'a en rien répondu à la première de nos revendications, correspondant à la directive européenne et largement soutenue par les internes : la diminution du temps de travail. C'est seulement après une mise en demeure officielle de la Commission Européenne que le ministère de la Santé a accepté de considérer la question.

Au terme d'une nouvelle année de discussions, le ministère de la Santé prétend répondre aux exigences de la commission européenne avec le projet présenté en octobre 2014. Malheureusement, ce texte ne va pas jusqu’au bout des choses en s’abstenant de clarifier le régime des gardes et astreintes, en ne réglant pas la question du statut du samedi matin et en introduisant des considérations humiliantes pour les internes (distinction entre demi-journées de formation justifiées ou non, temps de pause invérifiable de 15 minutes…).

Les revendications du SNJMG sont les suivantes :

- une semaine de 10 demi-journées allant du lundi matin au vendredi soir,

- la sanctuarisation des 2 demi-journées dédiées aux tâches universitaires (formation obligatoire du DES, préparation de la thèse, mais aussi formation personnelle optionnelle : DU, DIU, capacité, master…) et leur comptabilisation pleine et entière dans le temps de travail,

- la rémunération comme garde de toute obligation de service pour la continuité des soins sur des plages horaires dépassant 8h30-18h30,  les samedis y compris le matin, les dimanches et  jours fériés,

- la sanction des manœuvres de contournement de la loi (ex : interdiction des demi-gardes et des fausses astreintes),

- une revalorisation des rémunérations de base et des gardes des internes avec réévaluation annuelle en fonction du taux d’inflation,

- une réévaluation nationale indépendante des agréments des stages hospitaliers et ambulatoires,

- plus de transparence et d’objectivité dans les procédures de validation des stages et des DES de Médecine Générale,

- une dispense d’astreintes à partir du 3e mois de grossesse pour les internes/FFI enceintes,

- le maintien du bénéfice du classement ECN des internes après un congé maternité ou un arrêt maladie,

- le respect de la liberté syndicale des internes et l’arrêt des discriminations entre organisations syndicales,

- une procédure permettant de débloquer la situation des résidents et internes actuellement empêchés de passer leur thèse en raison de modifications injustifiées des décrets (Cf. recours déposé le 20 octobre auprès du Conseil d’Etat).

Devant l'actuelle situation de blocage et d'absence de dialogue, le SNJMG maintient son préavis de grève pour le lundi 17 novembre 2014. Il invite tous les internes en Médecine Générale à rejoindre le mouvement initié en juin dernier par la FNSIP-BM, l'ISNI, le SNIO et le SNJMG, et à consulter sur son site www.snjmg.org les informations pratiques relatives à cette grève.

Les Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes et l'Assemblée Générale du SNJMG qui se tiendront les 6 et 7 décembre 2014 permettront aux internes en Médecine Générale de s’exprimer en toute indépendance sur leurs conditions de travail et de formation.

Lettre d'information du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) #148

Bonjour

Voici notre lettre d'information de octobre 2014 avec au sommaire : 

1. Nouveau site Internet du SNJMG
2. Grève des internes de Médecine le 17 novembre 2014
3. Les Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes (ANaJMG 2014)
4. Assemblée Générale du SNJMG
5. Petites annonces du SNJMG

Bonne lecture !

 

1. Nouveau site Internet du SNJMG

Grande nouvelle, la version 3 de notre site Internet est en ligne depuis vendredi 7 novembre 2014. C'est - presque - l'aboutissement de plusieurs mois de travail visant à refondre complétement notre site Internet et à le faire fusionner avec le blog hebergé par un prestataire extérieur. Tout n'est pas encore finalisé mais l'essentiel est opérationnel, à commencer par le formulaire d'inscription et de paiement de la cotisation en ligne.

Nous sommes impatients de connaître vos avis pour optimiser cette version avant sa finalisation : merci de nous les faire connaître directement sur le site !

 

2. Grève des internes de Médecine le 17 novembre 2014

Suite aux propositions insatisfaisantes de la ministre de la Santé en vue de respecter la directive européenne sur le temps de travail, la quasi totalité des organisations nationales d'internes appellent à un mouvement de grève pour la journée du 17 novembre 2014.

Sur son nouveau site, le SNJMG fournit un ensemble d'informations (actualités et infos pratiques) sur le pourquoi et le comment de cette grève.

Sur le réseau des jeunes médecins, le SNJMG a ouvert un forum où chacun peut faire entendre son avis sur ce mouvement revendicatif.

 

3. Les Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes

Le samedi 6 décembre 2014 se tiendra à Paris la deuxième session des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes.

Cette réunion, indépendante de l'industrie pharmaceutique et des institutions étatiques, universitaires et médicales, sera consacrée auxproblématiques des conditions d'exercice et de burn out chez les internes, les remplaçants, les installés et les salariés.

Sera également abordée la question de la rémunération des médecins conventionnés au travers d'un bilan de la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP).

Bien entendu, au vu de ces thèmes et de l'actualité, une place sera faite à la grève des internes du 17 novembre (et à ses suites) et aux grèves de médecins généralistes annoncées pour la fin d'année et le début d'année prochaine. 

Si vous êtes intéressé(e) pour participer aux Assises, merci de vous inscrire sur notre nouveau site.

 

4. Assemblée Générale du SNJMG

Elle aura lieu le dimanche 7 décembre 2014, le lendemain des Assises, au même endroit. Elle sera l'occasion de faire le point sur l'action du syndicat en 2014, d'accueillir les nouveaux membres de cette rentrée, d'organiser les bureaux régionaux (internes de MG et MG thésés) et de renouveler le Bureau National du SNJMG.

Elle sera aussi et surtout l'occasion de voter la plateforme syndicale et de déterminer les actions pour l'année à venir : par exemple, définir notre position vis à vis des appels à la grève des médecins généralistes (suite aux discussions qui auront eu lieu lors des Assises).

Merci aux adhérents de s'inscrire sur cette page explicative

 

5. Petites annonces du SNJMG

Parmi les travaux restant à accomplir sur notre nouveau site, il y a la mise en ligne d'un nouveau service de petites annonces. En attendant, nous maintenons en ligne l'actuel service gratuit.

Parmi les annonces sur l'actuel service, nous avons sélectionné les propositions suivantes :

- Pole de Santé en Dordogne

Un pôle santé est actuellement en construction sur la ville de Boulazac (Dordogne). Pour une livraison à l'été 2015, il est à la recherche de médecins en particulier de généralistes. Situé en zone "très sous dotée", des aides sont disponibles pour les médecins souhaitant s'y implanter.

Pour en savoir plus :

https://www.facebook.com/pages/P%C3%B4le-sant%C3%A9-Boulazac/1504769299762256

- Recherche de successeur en Haute Saone

La commune de Noroy-le-Bourg (Haute-Saone) cherche un successeur à l'un de ses médecins généralistes

Pour en savoir plus : http://cabinet-medical-noroy-le-bourg.over-blog.com/

- Recherche de successeur à Aix en Provence

Cession de patientele de MG à aix en provence dans un important centre médical , pour départ à la retraite après 36 ans de bons et loyaux services . 
Ce cabinet peut intéresser un mi temps , deux mi temps ou un temps plein.  
Contact : Docteur jeannine sanchez / 0612119197 / jansan13@yahoo.fr

- Recherche de successeur près d'Epinal

Nous contactons le SNJMG car le médecin généraliste du village prend sa retraite à compter du 30 septembre 2014. 
Le village d'Uriménil, à 8 km d'Epinal, allie proximité de la ville et douceur de vivre, comprenant une épicerie, une boulangerie, un coiffeur et un groupe scolaire avec cantine et garderie.
Actuellement, l'équipe de professionnels de santé du village se compose d'un kinésithérapeute, d'un cabinet d'infirmier et d'une pharmacie. Cette équipe dynamique saura accueillir et entourer le ou les nouveaux médecins. 
En effet, le médecin actuel disposait d'une patientèle fidèle et agréable. Cette patientèle assez nombreuse pourrait facilement convenir à 2 médecins permettant un confort de vie supplémentaire. (1400 habitants sur le village + 1500 pour les villages environnants) 
De plus, la mairie prévoit la création d'une maison médicale regroupant les différents professionnels de santé. 
Si vous êtes intéressé, vous pouvez contacter 
la pharmacie du Coney au 0329307419 / pharmacie.genay@perso.alliadis.net

ou l'adjointe au maire, Mme P. Grimillot au 0681427731 / patricia.grimillot@neuf.fr
Cordialement, 
Brigitte GENAY
Pharmacien titulaire

- Postes en dispensaires en Nouvelle Caledonie

Medicallpacific recherche des Médecins Généralistes pour des missions en dispensaires sur la Nouvelle Calédonie en CDD de 06 mois. Le billet d'avion est pris en charge aller/retour et un logement mis à disposition. Nous contacter à : contact@medicallpacific.com N'hésitez pas à nous donner vos disponibilités pour 2014 et 2015.

 

Merci de votre fidélité.

 

 

Temps de travail : les internes unis dans la mobilisation

 

Alors que les internes sont tout prêt d’obtenir une avancée sociale majeure avec le passage du samedi matin de garde, voici qu’une nouvelle fois, l’ISNAR-IMG joue le jeu de la division et ainsi, celui du ministère de la santé en décidant de ne pas rejoindre le mot d’ordre commun de l’ensemble des structures représentatives des internes (FNSIP-BM, ISNI, SNJMG, SNIO).

L’histoire se répète… 

Pour rappel, dans un communiqué datant du 7 novembre 2012 (déjà!), « l’ISNAR-IMG ne prendra pas le chemin de la grève« *[1], ce « syndicat » avait alors déjà essayé de décrédibiliser le mouvement de tous les internes sous le seul motif de se prétendre seul représentatif des internes de médecine générale…

Mais sans ce mouvement de grève, aurions-nous obtenu :

  • la réévaluation de la rémunération des internes de 60€/mois pour les internes de premières et deuxième année
  • la mise en place d’un groupe de travail sur les conditions de travail des internes
  • le doublement du nombre d’années recherche
  • la mise en place d’un forfait de 130€ d’aide au transport pour les stages en ambulatoire
  • et la mise en place de la prime dite « SASPAS »… ?

Il serait naïf de le croire au vu du contexte économique actuel.

C’en est assez de jouer la désunion, les internes méritent mieux de la part de ceux qui se disent les représenter. Les internes de toutes les disciplines et spécialités nous ont fait part de leurs souhaits, via une pétition en ligne massivement relayée et signée. Leurs positions sont claires, à nous de les porter !

 Capture d’écran 2014-10-27 à 08.20.48

En tant que syndicats, il est de notre devoir de tout mettre en œuvre pour que les besoins exprimés par les internes et les propositions qu’ils font soient portées au plus haut niveau, défendues avec fermeté et que nous obtenions des résultats concrets.

La FNSIP-BM, l’ISNI, le SNIO et le SNJMG tiennent à rappeler que sans l’obtention du passage du samedi matin de garde et l’ouverture de véritables discussions sur la réglementation des gardes et des astreintes avec les structures appelant à ce mouvement de grève, le préavis pour le 17 novembre sera maintenu et l’appel à la mobilisation amplifié.

L’ensemble des structures représentatives des internes tiennent à rappeler que le préavis couvre l’ensemble des internes et ce, quelle que soit leur spécialité.