Piqures et morsures lors des beaux jours

Petit tour d'horizon annuel sur les piqures et morsures :

 

Les hyménoptères :

Les hyménoptères, ordre d’insectes comprenant les guêpes, les abeilles, les frelons et les bourdons, sont caractérisés par:

2 paires d’ailes solidaires pendant le vol

un corps divisé en trois régions : la tête, le tronc et l’abdomen

un appareil venimeux situé à l’extrémité postérieure de l’abdomen qui comprend un aiguillon mobile connecté à une paire de glandes venimeuses

Le mâle hyménoptère ne possède pas d’appareil venimeux et ne pique donc pas

- La famille des apidés

Les Apidés ont un corps velu.

L’abeille (Apis),  possède un dard  barbelé relié aux muscles de l’abdomen. L’abeille ne pique que si elle est dérangée dans son travail. Elle ne pique qu’une seule fois car une partie de son abdomen est arraché avec le dard, entraînant sa mort.

Le bourdon (Bombus), plus volumineux et plus velu, reconnaissable à son bruit,  pique mais ne laisse pas de dard.

- La famille des vespidés

Les Vespidés ont un  abdomen jaune rayé ou taché de noir, fusiforme à l’arrière et séparé du thorax par un rétrécissement marqué ( d’où l’expression taille de guêpe).

La guêpe sociale (Vespula) mesure 15 mm vit dans des nids de quelques centaines à quelques milliers d’individus. Elle se nourrit de larves de mouche et d’autres insectes et joue de ce fait un rôle important dans l’écosystème. Les guêpes sont attirées par les fruits, le sucre et la viande. Les guêpes femelles possèdent  un dard et peuvent piquer plusieurs fois.

Le frelon (Vespa),  proche de la guêpe, mesure 35 mm et peut piquer plusieurs fois. Ses piqûres sont  très douloureuses et peuvent être dangereuses.

Danger des piqures d'hymenopteres :

Ces piqueres peuvent provoquer 3 types de réaction :

- Une réaction locale

La piqûre est douloureuse. Elle s’accompagne d’une rougeur locale, d’un oedème local de quelques cm, d’une légère induration. Cette réaction s’accompagne parfois de démangeaisons. Produite par des  amines vasoactives et par des  peptides, cette réaction disparaît en général en quelques heures.

Au niveau des muqueuses et de la conjonctive, la diffusion du venin est plus rapide qu'en intra dermique ce qui entraîne une réaction locale plus importante.

- Une réaction toxique  

Les symptômes seront plus intenses en cas de  piqûres multiples : la quantité de venin injectée est plus importante. À la réaction locale s’ajoutent alors des signes généraux: vomissements, diarrhée, maux de tête, chute de tension, plus rarement convulsions et perte de connaissance.
Chez un adulte, une surveillance en milieu hospitalier est conseillée si la victime présente plus de 20 piqûres.  

- Une réaction allergique (choc anaphylactique)

La réaction allergique ne dépend pas de la dose de venin injectée. Une seule piqûre suffit à la déclencher.

Soins sur place :

Lors d’une piqûre, la douleur est immédiate et un œdème local se développe rapidement.
Si possible, il faut identifier l’insecte qui a piqué :

Les abeilles laissent l’aiguillon et la glande à venin accrochés à la peau. L'appareil continue ainsi à injecter les réserves de venin. Dans ce cas, retirez rapidement le dard avec l’ongle ou avec le bord non tranchant d’un couteau (en glissant parallèlement à la surface de la peau) ou d’une carte de crédit.

Les guêpes piquent sans laisser de dard.

Le frelon a un dard plus long, sa piqûre est donc plus profonde.

Enlever les bagues en cas de piqûre à la main.
Bien désinfecter à l’eau et au savon, puis appliquer une solution antiseptique.
En cas de  douleur intense, prendre un antidouleur par voie orale. 
Vérifier la validité de la vaccination anti tétanique.

Et bien sûr, traitement du choc anaphylactique si besoin.

NB : Pour détruire un nid de guêpes et/ou de frelons, il faut faire appel aux pompiers ou à une entreprise spécialisée mais pour se débarasser d'un essaim d’abeilles, il faut prendre contact avec un apiculteur.

 

Les tiques :

Les tiques sont des acariens parasites vivant dans les zones boisées et humides (tapis de feuilles mortes, broussailles…), mais aussi présents dans les prairies (herbes hautes), les parcs...

Grâce à leur appareil buccal (le rostre), les tiques s’accrochent à la peau des animaux (c’est pourquoi on parle de morsure plutôt que de piqûre). Il s’agit le plus souvent d’animaux sauvages (gibier, oiseaux, rongeurs…) et plus rarement d’animaux d’élevage (vaches, chevaux…) Une fois fixées à la peau, les tiques se gorgent de leur sang. 

Les tiques peuvent mordre à chaque stade de leur développement : larve, nymphe et adulte. Chez les tiques adultes, seules les femelles mordent.

Les tiques peuvent transmettre de multiples agents pathogènes (des virus et bactéries) responsables de maladies telles que :

les borrélioses (la maladie de Lyme en Europe et en Amérique du Nord) ;
des encéphalites ;
des fièvres hémorragiques ;
certaines rickettsioses.

Rappel : Un vaccin existe contre la méningo- encéphalite à tiques.

Conduite à tenir pour le patient après avoir retiré une tique :

Désinfecter la morsure
Ne pas jeter pas la tique : Depuis l’été 2017, il est possible de participer à la recherche sur les tiques et les maladies qu’elles transmettent grâce au projet CiTique. Pour cela, il vous suffit de déclarer votre piqûre sur l’application Signalement tique (voir ci dessous) ou directement sur le site citique.fr et d’envoyer la tique qui vous a mordu au Centre de Nancy de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). Un réflexe à acquérir pour vous, mais aussi pour vos animaux domestiques !

Surveiller la zone de morsure : Si une plaque rouge (ou foncée sur peau noire) et ronde apparaît autour de la morsure dans les deux semaines suivant la morsure, c’est le signe d’une maladie de Lyme débutante. Sans traitement, cette lésion - qui apparaît chez 90% des personnes piquées par une tique infectée - continue de s’étendre progressivement en cercle, parfois pendant plusieurs semaines. C’est ce que l’on appelle un érythème migrant. Il faut le distinguer de la simple réaction inflammatoire due à la morsure, sans gravité, qui survient au bout de deux à quatre jours et qui disparaît spontanément en quelques jours.

 

NB : Dans une étude publiée en Juillet 2019, Public Health England affirme qu'une ordonnance d'antibiotiques sur cinq prescrite en Médecine Générale après piqueres/morsures d'insectes/tiques peut être inappropriée :

 

Infos complémentaires :

Recommandation quebecoise de prophylaxie postexposition de la maladie de Lyme

Documentation de Santé Publique France sur les tiques et la maladie de Lyme :

Brochures d’information - Maladie de Lyme et prévention des piqûres de tiques (pdf 2,42 Mo)

Brochure à destination des enfants : Les conseils de prudence

A destination des professionnels de santé :

 

Les moustiques :

 

Les punaises de lit :

 

Les méduses :

Méduses européennes :

Méduses tropicales :

 

Les vipères :

Rappels sur les morsures de serpents dans le monde :

 

NB : CAT en cas de plaies ou morsures animales :

Si un médecin constate au cours d'une consultation une victime de morsure de chien, une déclaration doit être effectuée sous forme papier comme préconisé par le Conseil National de l'Ordre des Médecins

 

Pour terminer, un clin d'oeil du Gorafi :

FST/Options et stage d'internat en zone déficitaire : l'exaspération croissante des (futurs) internes de médecine

 
La réforme du 3e cycle des études de médecine se poursuit de façon chaotique. Si le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) avait été favorable à la réforme, il s'était étonné que celle ci se fasse de façon déconnectée des réformes des deux premiers cycle. Et quand Mme Marisol Touraine avait publié, juste avant l'élection présidentielle de 2017, les textes d'application en vue de la rentrée universitaire suivante, le SNJMG regrettait de voir la ministre quitter son poste en mettant en place une réforme imparfaite et inachevée (1). 
 
Comme il fallait s'y attendre, les problèmes apparurent dés le premier rendez vous important de la réforme : les choix de stages d'internat de la rentrée 2017. La césure nette, voire radicale selon les spécialités, pour les modalités de choix entre les internes de la promotion 2017 et ceux des promotions précédentes ne se fit pas sans problème. Ainsi à Paris, elle entraîna une grève des choix des internes de psychiatrie. Quelques jours après, l'ARS et les doyens ont dû s'employer pour éviter une autre grève des choix chez les internes de Médecine Générale de la promotion 2016 devant des choix de stages hospitaliers globalement moins interessants que ceux auquel ils auraient eu droit avec la précédente organisation du 3e cycle (2)... 
 
Outre les modifications de choix de stages, l'autre rendez vous important de la réforme consistait au remplacement des DESC par les FST et les options (3). Ce "switch" est prévu pour la rentrée universitaire 2019 avec des demandes d'inscription des internes closes le dimanche 30 juin 2019. Mais ce n'est que le vendredi 28 juin 2019 que le gouvernement a publié au Journal Officiel (4) le nombre de postes ouverts par FST/option et par subdivision pour la prochaine rentrée ! De plus, le nombre de postes proposés s'est avéré en deçà des attentes des internes avec une mauvaise répartition entre les subdivisions et selon les FST/options (par exemple : dans quelques subdivisions, aucun poste n'est ouvert pour certaines FST/options). 
 
Devant le tollé général, les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur ont donné lundi 1er juillet 2019 l'assurance aux deux principaux intersyndicats d'internes (ISNAR-IMG et ISNI) que les facultés pourront prolonger le délai de candidature des internes jusqu'à fin juillet 2019 (5) et qu'un arrêté complémentaire serait publié mi juillet pour revoir à la hausse le nombre total de postes ouverts à une FST ou à une option (initialement fixé à 1816 postes de FST ou d'options) mais aussi augmenter localement le nombre de postes dans les subdivisions dans lesquelles les capacités de formation sont plus importantes afin qu'elles puissent accueillir les candidatures issues des régions exemptes de poste ouvert (Les étudiants pourront y postuler au titre de la mobilité). 
 
Il ne fait pas de doute que l'empressement des ministères à "refroidir" ce conflit qui ne concerne en l'état qu'une (trop) petite minorité d'internes "nouveau régime" n'est pas sans rapport avec le mécontentement grandissant chez les jeunes médecins. 
 
Or, lors de son dernier point presse, hier, en tant que directrice générale de l'offre de soins (DGOS), Mme Courrèges (6) a précisé que le stage en autonomie supervisée dans les zones déficitaires s'appliquerait dès la promotion 2019 de nouveaux internes en Médecine Générale (c'est à dire, les actuels externes ayant passé les ECN en juin et qui s'apprêtent à choisir leur internat en septembre : quel magnifique effet d'annonce pour cette discipline !).
 
C'est pourquoi le SNJMG sera attentif au règlement dans de bonnes conditions du pataquès des FST/options, comme il attend avec impatience la clarification de Mme Agnes Buzyn qu'il a demandé, avec le syndicat "Jeunes Médecins" (7), à propos du projet de loi "Ma Santé 2022" soumis au vote solennel du Parlement d'ici la fin du mois de Juillet 2019. 
 
 
Contact presse : Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22
 
 
(1) : Communiqué du SNJMG (Avril 2017)
(2) : Communiqué du SNJMG (Octobre 2017)
(3) : Les FST sont accessibles après la fin de la deuxième et/ou de la troisième année. D’une durée d’un an elles permettent d’acquérir une compétence spécifique dans le champ de leur spécialité. 24 FST existent mais six sont étiquetées comme « d’intérêt » pour la médecine générale : addictologie, prise en charge de la douleur, soins palliatifs, médecine du sport, médecine scolaire et expertise médicale et préjudice corporel. Les 18 autres peuvent rester accessibles pour les internes de médecine générale à condition d'être justifiées par un projet professionnel solide. Il n'existe pas d'option pour la Médecine Générale.
(4) : Arrêté FST/Options (Juin 2019)
(5) : L'accès aux FST se fait sur dossier : les internes de MG doivent y présenter leur projet professionnel qui est ensuite étudié par une commission composée du coordonnateur de DES de médecine générale, du pilote de la FST et de deux représentants étudiants. 
(6) : Tweet du SNJMG (Juillet 2019)
 

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat d'Outre Mer

La Réunion et Mayotte

Antilles et Guyane

ECN 2019 : Présentation des subdivision des Pays de la Loire

Nantes

Angers

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat de Bretagne

Rennes

Brest

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat de Normandie

Rouen

Caen

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat de Nouvelle Aquitaine

Bordeaux

Limoges

Poitiers

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat d'Occitanie

Montpellier

Toulouse

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat de Provence Alpes Cote d'Azur

Marseille Nice

ECN 2019 : Présentation des subdivisions d'internat d' Auvergne Rhone Alpes

Lyon / Vallée du Rhône Grenoble / Isère et Savoie Saint Etienne Clermont Ferrand