Décés du Dr Max-André Doppia

Lettre aux IMG (T3 et T2) de Paris - Ile de France

Cher(e) collègue interne,
Le SNJMG vous souhaite une bonne rentrée universitaire 2017-2018 !
Les choix de stages hospitaliers pour ce semestre se sont donc déroulés dans les conditions que nous savons (cf notre précédente lettre).
Ceci nous a conduit à organiser une consultation express des internes (T3 et T2) entre le lundi 9 octobre et le jeudi 12 octobre (212 participants en 72 heures) et nous avons interrogé notre avocat sur les actions possibles.
 
A l'issue de ces consultations, le SNJMG n'a pas réclamé l'annulation des choix (internes majoritairement satisfaits de leur choix personnel lors de notre consultation express) mais a demandé à l'Agence Régionale de Santé (ARS) de re-proposer aux T3 et T2 les postes laissés vacants par les T1 le mercredi 11 octobre (proposition approuvée par près de 94% des internes lors de notre consultation express).
 
De son coté, l'ARS ne s'est exprimée publiquement qu'une seule fois :
Dans le "Quotidien du médecin" publié le 23 octobre 2017, l'ARS reconnait certains problèmes pour les choix de stages des internes des autres spécialités (listes d'internes envoyées trop tardivement par le ministère et plantage du nouveau logiciel de répartition "IMOtEP") mais "concernant la procédure de choix des internes de Médecine Générale, l'ARS soutient q
u'elle s'est bien déroulée"...
 
Afin que les internes ne puissent plus être victimes de pareille situation, la réunion organisée le 21 octobre 2017 par le SNJMG dans les locaux de la revue Prescrire a élaboré une stratégie en vue des prochains choix de stages du printemps 2018.
 
Si vous voulez participer à une bonne préparation des prochains choix, nous vous enjoignons (après avoir adhéré au SNJMG, si ce n'est pas encore fait ;-)) à rejoindre notre groupe de suivi de l'internat de Médecine Générale à Paris / Ile de France en nous contactant directement sur notre site.
 
Amicalement
Le SNJMG
 

C'est la rentrée des internes de Médecine Générale !

Ce jour, marque le début du semestre d'hiver 2017 - 2018 des internes de Médecine Générale ; c'est donc une nouvelle année universitaire qui commence pour eux.

Pour les nouveaux IMG issus des #ECNi2017, c'est le bapteme du feu !

Voici donc quelques infos de base pour l'internat de Médecine Générale :

Le temps de travail des internes est limité à 48 heures par semaine (moyenne calculée sur une période de 3 mois) sur la base de 10 demi-journées de travail par semaine dont 8 demi-journées en stage, et 2 de formation.

Rémunération fixe :

La rémunération brute annuelle de base est :
Internes de 3ème année : 25 500,55 € ;
Internes de 2ème année : 18 383,46 € ;
Internes de 1ère année : 16 605,13 €.

Il faut y ajouter l’indemnité de sujétion (432,58 € mensuel) voire les indemnités compensatrices :
Majoration pour ceux qui sont non logés et non nourris : 1004,61 € ;
Majoration pour ceux qui sont non logés mais nourris : 334,32 € ;
Majoration pour ceux qui sont non nourris mais logés : 670,29 €.

Rémunération supplémentaires :

Il y a les gardes (119.02 € pour les gardes de nuit en semaine et 130,02 € pour les gardes de nuit de WE/F et les gardes supplémentaires), la prime SASPAS (125 € mensuel) et l'indemnité transport (130 € mensuel).

Absences pour événements familiaux :

Sous réserve des nécessités du service, peuvent être accordés

Mariage : 5 jours ouvrables
Naissance ou adoption : 3 jours ouvrables
Maladie très grave ou décès du conjoint père, mère ou enfants : 3 jours ouvrables
Garde d'enfant malade : 12 jours ouvrés par an, à partager entre conjoints (cf circulaire FP n°1475 du 20 juillet 1982)

Dans le cas d'un mariage ou d'un décès, il appartient aux chefs de service d'examiner si, compte tenu des déplacements à effectuer, la durée de l'absence peut être majorée de délais de route (maximum : 48 heures, aller et retour).

Les internes sont soumis à une triple tutelle :

L’ARS est compétente pour :
- vos choix de stages (formation pratique) hospitaliers et extra-hospitaliers ;
- votre classement ;
- l'attribution d'une année-recherche ;
- le droit au remords.

Le C.H.U. de rattachement est compétent pour :
- votre nomination en qualité d'interne,
- la mise en disponibilité,
- le régime disciplinaire,
- le suivi des congés.
Votre établissement d'affectation est compétent pour tous les autres actes de gestion : prise en charge financière, gardes, demandes de congés...
Toutefois, vous relevez exclusivement de votre CHU de rattachement lorsque vous êtes affecté(e) dans ce même établissement, dans un établissement hospitalier militaire, dans un établissement hospitalier privé participant au service public et ayant passé convention, dans un organisme agréé extra-hospitalier ou un laboratoire agréé de recherche.

La faculté est compétente pour :
- votre inscription universitaire, 
- votre formation théorique 
- la validation de vos stages.

 

 

L'Avantage supplémentaire maternité (ASM) : un progrès pour les médecins installées mais un manque pour les remplaçantes

Conformément à l'avenant 3 de la convention médicale de 2016, l'Avantage Supplémentaire Maternité (ASM) est entré en application ce lundi 30 octobre 2017.
Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) qui s'est impliqué dans toutes les étapes de la mise en place d'une véritable couverture maternité pour les femmes médecins salue cette nouvelle avancée. Il remercie aussi les partenaires conventionnels de n'avoir pas trop tardé à signer l'avenant spécifique nécessaire à son application, suite à l'annonce de Mme Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, à l'occasion de la Grande Conférence de Santé en février 2016 (NB : cette conférence concluait le mouvement de protestation des médecins auquel le SNJMG avait participé).
 
Malheureusement, Madame Touraine avait limité cette avancée aux seules médecins installées, laissant à penser que la ministre ne voyait dans cette mesure qu'un moyen de pousser à l'installation dejeunes médecins au détriment des remplaçantes, alors que le SNJMG demandait une amélioration de la couverture maternité pour toutes les femmes médecins : installées et remplaçantes (thèsées ou non).
 
Même si la différence de charges entre remplaçantes et installées peut faire discuter une différence de traitement dans la couverture maternité des femmes médecins, cette exclusion transforme de facto cette avancée sociale en nouvelle humiliation pour les médecins remplaçants (déjà écartés de différentes mesures ne concernant que les médecins installés).
 
Aussi, comme il l'avait déjà fait au printemps dernier, le SNJMG propose à tous les syndicats médicaux concernés de trouver un accord sur des mesures d'améliorations statutaires pour les médecins remplaçants (dont leur couverture maternité/paternité/adoption) à proposer comme nouvel avenant à la convention médicale de 2016.
 
 
Contact presse :
Emilie FRELAT - Présidente - 06 19 90 26 57- presidente@snjmg.org
 

Modifications de la nomenclature du Médecin Généraliste le 01.11.17

Sur Toulouse, l'association locale de remplaçants et de jeunes installés "Jeune-MG d'Oc", partenaire du SNJMG, s'associe avec MG-Form et les structures locales de MG-France (MG-31 et MG-France Occitanie) pour organiser une soirée d'information autour d'un cocktail dînatoire.

A l'occasion, le SNJMG met en ligne sur son site Internet la version actualisée de sa fiche pratique "Nomenclature MG" :

Nomenclature NGAP actualisée du médecin généraliste 

Présentation pour écrans (ordinateur, tablette ou smartphone)

NB : Le 1er novembre 2017 entreront en vigueur également deux nouveaux actes de télémédecine visant à renforcer le suivi des patients résidant en EHPAD.

 

Déserts médicaux : le gouvernement ira t il au delà des bonnes intentions ?

 

Vendredi 13 octobre 2017, à Charlus, Mr Edouard Philippe, Premier ministre, et Mme Agnes Buzyn, ministre de la Santé, ont présenté le plan gouvernemental visant à « Renforcer l’accès territorial aux soins ».

 

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) apprécie que le gouvernement se soit rapidement intéressé à ce dossier de Santé Publique, vu l'importance des difficultés démographiques que les deux plans mis en place par Mme Marisol Touraine n'avaient guère jugulées, tant ils manquaient d'ambition et de hauteur de vue, comme l’avait regretté le SNJMG dès leur annonce.

 

Le SNJMG approuve également la décision du gouvernement de rester dans un cadre incitatif (mais quel serait l'intérêt d'un système coercitif alors que pratiquement tout le territoire est en situation de fragilité en matière de démographie des médecins généralistes conventionnés ?) et de proposer un bouquet des propositions ne se limitant pas à la promesse du candidat Emmanuel Macron de doublement des Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP).

 

Toutefois, le SNJMG rappelle une fois de plus que les difficultés de démographie médicale résultent de mauvais choix politiques répétés depuis les années 1990 et qu'il est alimenté par deux grandes problématiques, la crise de la Médecine Générale (à titre d'exemple, l'Ordre des Médecins constate une augmentation du nombre des autres spécialistes en exercice alors que celui des médecins généralistes diminue, et le SNJMG a signalé une diminution du nombre de nouveaux internes choisissant la Médecine Générale - 406 de moins que l'an dernier) et les échecs d'aménagement du territoire en général (désormais bien décrits dans différents rapports officiels et articles d'experts).

 

Au delà de mesures facilitant l'installation des médecins généralistes, le SNJMG rappelle donc ses propositions pour  :

- amélioration effective et rapide du statut et des conditions d'exercice des médecins généralistes installés et remplaçants (à commencer par une amélioration pérenne de leur protection sociale),

- amplification des efforts en faveur de la filière universitaire et de la recherche en Médecine Générale (les mesures annoncées dans le plan vont dans le bon sens mais ne sont pas suffisantes pour appliquer correctement la réforme du troisième cycle des études médicales),

- mise en place d'une politique globale d'aménagement du territoire (beaucoup de déserts médicaux sont des déserts socio économiques)

 

Comme toujours, le SNJMG est disponible pour présenter son analyse et ses reflexions aux Ministeres, au Parlement ou à l'Assurance Maladie.


 

Contact presse :
Emilie FRELAT - Présidente - 06 19 90 26 57- presidente@snjmg.org
 
 

Choix de stages hospitaliers en Ile de France : des internes dégoutés

Les choix de stages hospitaliers des internes de Médecine Générale se sont terminés hier à Paris et ces choix resteront de loin parmi les pires vécus par les internes de 2e et 3e année.
A l'occasion de la mise en place en Novembre 2017 de la réforme du troisieme cycledeux listes de postes étaient mises au choix : une pour les promotions d'avant la réforme (internes de 2 et 3 année) et une pour la nouvelle promotion (internes de 1ere année). Ceci représentait une rupture avec le système préexistant de liste unique proposée aux internes qui choisissaient en fonction de leur ancienneté et de leur classement aux Epreuves Classantes Nationales (ECN). 
Malheureusement, toutes les conséquences de cette nouveauté n'ont pas été correctement appréhendées dans l'élaboration de la liste proposée aux anciennes promotions et assez rapidement, ces internes se sont retrouvés avec des choix de postes moins intéressants que ceux qui leur avaient été proposés en première année...
Face au mécontentement des internes, les organisateurs des choix de stages n'ont fait preuve d'aucune écoute alors qu'il y avait beaucoup de choses à leur reprocher : liste de postes mal élaborée pour les internes, notamment de 2e année, et mauvaise prise en consideration des internes engagés dans des DESC, sans oublier les listes d'appels des internes mélangées...
C'est sous la menace qu'un début de gréve des choix a été "etouffé dans l'oeuf" le vendredi et que les autres internes de 2e année en ont été dissuadé pour la journée de lundi.
Malgré  toutes les difficultés rencontrées pour exercer son droit syndical, le SNJMG a manifesté très rapidement son soutien au mécontentement des Internes de Médecine Générale (IMG).
Après avoir procédé à une consultation express des internes et à l'issue d'une discussion avec son avocat, le SNJMG ne réclame pas l'annulation des choix mais demande à l'Agence Régionale de Santé (ARS) de re-proposer aux T3 et T2 les postes laissés vacants par les T1 ce mercredi midi.
Dans l'espoir que l'ARS saura répondre à l'attente des internes telle que nous lui transmettons, le SNJMG invite les internes à rester mobilisés et à participer à la réunion de concertation qui sera organisée le 21 octobre 2017.
 
Contact presse :
Emilie FRELAT - Présidente - 06 19 90 26 57- presidente@snjmg.org
 

Choix de stages des internes de Médecine Générale à Paris : la censure perdure !

 

Ce matin, comme j
eudi 05 et vendredi 06 octobre 2017, les représentants du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) ont été refoulés à la porte des choix de stages hospitaliers des Internes de Médecine Générale de Paris.
 
Cette situation qui résulte de la prise de décision unilatérale et sans justification légale de Mr Sebastien Firroloni, responsable de l'Agence Régionale de santé (ARS) en charge des internes de médecine, est si grave qu'il nous faut en préciser certains détails :

- Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), syndicat indépendant reconnu depuis 1994 (par la DRASS puis par l'ARS) représentatif des résidents puis des internes de Médecine Générale à Paris / Ile De France, est présent aux choix de postes d’internat de Paris depuis plus de 25 ans : c'était, avant l'intervention de 
Mr Sebastien Firroloni, la politique constante de la DRASS puis de l'ARS pour les choix de stages,

- il n'existe pas de texte réglementaire pouvant justifier l'exclusion d'une organisation syndicale d’internes des choix de stages : ce qui explique pourquoi le responsable de l'ARS n'a jamais présenté le moindre texte réglementaire pour justifier sa décision,

- s'il n'existe pas de texte réglementaire 
pouvant justifier l'exclusion d'une organisation syndicale d’internes, il existe une pratique habituelle, commune aux différentes DRASS puis ARS, organisatrices des choix : la présence aux choix de toute organisation ayant un rapport de près ou de loin avec les internes. C'est ainsi que des organisations, autres que des syndicats d'internes, assistent régulièrement et depuis toujours aux différents choix de stage : Mr Sebastien Firroloni, tout en s'opposant la présence du SNJMG, a accepté, en Mars 2017 comme maintenant en octobre 2017, la présence aux choix de stages d'organisations de médecins non internes.

Il est donc clair que le responsable de l'ARS en question a pris une décision unilatérale, en rupture avec les pratiques habituelles des ARS, relevant d'une censure spécifique à l'égard d'un syndicat d'internes.

Devant cette situation gravissime, le SNJMG apprécie toutes les marques et témoignages de soutien qu'il a reçu depuis jeudi dernier en provenance de responsables de nombreuses organisations professionnelles de (futurs) médecins et des différentes structures d'enseignants de Médecine Générale.
 
C'est maintenant la responsabilité des Ministères concernés (Santé et Enseignement Supérieur) et de l'ARS Île-de-France de rétablir sur le terrain la neutralité de l'administration et le respect du pluralisme syndical. 
 
 
 
Contact presse :
Emilie FRELAT - Présidente - 06 19 90 26 57- presidente@snjmg.org