Campagne de défense des internes et des remplaçants

Chronologie :

Le 23 mai 2019, le SNJMG a alerté contre une serie de menaces sur les remplacements (difficultés d'obtention de la licence de remplacements pour certains IMG, couverture prévoyance des remplaçants non thésés, amendement du sénateur Milon limitant les remplacements à 3 ans) :

D'autres organisations (ANEMF, ISNAR, ISNI, MG France et REAGJIR) comme des personnalités médicales sont également intervenues, notamment pour condamner l'amendement Milon :

L'élargissement de cette mobilisation conduit au lancement d'une campagne de mobilisation sur les réseaux sociaux #TouchePasAMonRemplacant et à la publication d'un communiqué intersyndical :

Informations du 03 juin 2019 :

- Comme le SNJMG ne dispose pas d'explication sur l'absence dans ce communiqué intersyndical de 3 organisations médicales (Le Bloc, SMG, UFML), nous précisons que l' UFML, par la voix du Dr Marty, se prononce également contre la limitation des remplacements à 3 ans.

- Le SNJMG a décidé de décliner la campagne sur les réseaux sociaux avec les 2 hashtags : #TouchePasAMonRemplacant et #TouchePasAMaRemplacante

Information du 04 juin 2019 :

Le Sénat a voté cette nuit un amendementvisant à faire de la dernière année d'internat de Médecine Générale et d'autres spécialités en difficulté démographique (ex : ophtalmo) "une année de pratique ambulatoire en autonomie, en priorité dans les zones (déficitaires)" !

Information du 05 juin 2019 :

L'amendement Milon (voir ci dessous) a finalement été supprimé du projet de loi mais toutes les menaces sur les remplacements, ainsi que sur l'installation (voir notre info de la veille) n'ont pas disparues.

Le SNJMG donne RdV aux IMG et aux remplaçants le samedi 8 juin 2019 dans les locaux de la revue Prescrire pour maintenir la mobilisation...

Information du 11 juin 2019 :

A l'occasion du vote par le Sénat d'une version amendée du projet de loi "Ma santé 2022" proposé par la ministre, Mme Agnes Buzyn, le SNJMG publie un communiqué revenant sur les discussions au Sénat et rappelant ses revendications pour l'internat de Médecine Générale :

Information du 20 juin 2019 :

Surprise, en lieu et place d'un simple abandon de l'amendement, la CMP se met d'accord sur un compromis concernant l'imposition de stage en zone déficitaire pour les IMG :

Information du 26 juin 2019 :

L'étrange compromis provoque bien des remous chez les internes et les externes ; les syndicats "Jeunes Médecins" et SNJMG demandent à la ministre de la Santé de clarifier la situation :

Information du 28 juin 2018 :

Alors que les demandes d'inscription des internes aux FST/Options sont closes ce dimanche 30 juin 2019, ce n'est qu'aujourd'hui que le gouvernement publie au Journal Officiel le nombre de postes ouverts par FST/option et par subdivision pour la prochaine rentrée ! 

NB : Dans une lettre d'accompagnement adressée au CNCEM, les ministères concèdent un petit geste aux internes : "la date de dépôt des candidatures peut être prolongée exceptionnellement, en fonction de l’organisation locale mise en place, jusqu’au 10 juillet 2019".

Information du 04 juillet 2019 :

La directrice générale de l'offre de soins (DGOS) au ministère de la Santé décrypte la loi #MaSanté2022 après son adoption en commission mixte paritaire :

Information du 05 juillet 2019 :

Le SNJMG publie un communiqué relayant l'exaspération croissante des (futurs) internes de médecine :

 

Actions du SNJMG :

Réunion physique :

Le SNJMG avait programmé pour le 7 et 8 janvier 2019 un week end de formation (2 formations sur la thèse de MG et 1 formation sur les remplacements) et de réunion syndicale (réunion du BN ouverte à tous les membres et sympathisants interssés de discuter avec la direction du SNJMG) dans les locaux de la revue Prescrire à Paris.

L'actualité nous incite à donner à la formation "remplacements" du samedi matin et à la réunion ouverte du BN le samedi après midi une dimension de convention sur ce qu'il faut savoir pour faire des remplacements de MG et défendre des conditions satisfaisante pour ce type d' exercice.

Le SNJMG sera heureux d'y accueillir tou-te-s ceux/celles qui sont motivé-e-s pour défendre l'exercuice des remplacements ! 

Les réunions de formations sont ouvertes à toutes les personnes interessées mais pour y participer il faut s'inscrire aupres de notre secrétariat (NB : seuls les membres du SNJMG à jour de cotisation participent gratuitement aux formations).

La réunion du BN est gratuite et ouverte à toutes les personnes intéressées mais là aussi il faut s'inscrire aupres de notre secrétariat !

Communication :

- Sur les difficultés d'obtention de la licence de remplacement :

Le SNJMG a publié le 25 mai 2019 sur son fil un fil twitter reprenant tout ce que les IMG doit savoir pour défendre leur droits :

- Sur la couverture prévoyance des remplaçant non thésés :

Le SNJMG actualise régulièrement un fil d'info sur le sujet.

- Sur les stages obligatoires en zones déficitaires durant l'internat de MG, la limitation des remplacements et autres contraintes réglementaires à l'installation 

Le SNJMG publie un fil twitter sur la discussion de la loi "Ma Santé 2022" au Sénat et son passage en CMP.

Le SNJMG informe les externes sortant de #ECNi2019 des modifications de l'internat de Médecine Générale prévue dans la loi "Ma Santé 2022". 

 

Compléments nutritionnels oraux (CNO) : Nouvelles modalités de prise en charge

Le Journal officiel du 21 mai 2019 rectifie la date d’entrée en vigueur des nouvelles conditions de prise en charge des produits pour complémentation nutritionnelle orale (CNO) destinés aux adultes. Prévue pour le 23 mai dans le texte initial, elle est reportée au 1er juin 2019.

C’est donc à compter de ce jour que la première délivrance des CNO sera limitée à 10 jours de traitement, avec évaluation par le pharmacien de l’observance du patient à l’issue de cette période.

Rappels :

- Les compléments nutritionnels oraux (CNO) sont des mélanges nutritifs complets, administrables par voie orale, hyperénergétiques et / ou hyperprotidiques, de goûts et de textures variés, auxquels il peut être nécessaire de recourir dans le cadre de la stratégie nutritionnelle de la personne âgée dénutrie. Leur prescription entre dans le cadre des dispositifs médicaux.

- Fiche mémo de l'Assurance Maladie avant la modification de ce jour

 

Assistants médicaux et CPTS : le Syndicat des Jeunes MG rejette le projet d'accord conventionnel

 
Le 9 Mai 2019, les négociations conventionnelles entre syndicats de médecins installés et Assurance Maladie  se sont terminées sur un projet d'accord concernant les assistants médicaux et les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS)
 
Quand le Président de la République avait annoncé, en présentant le plan Ma santé 2022 en septembre 2018, le développement des CPTS et la création de 4000 postes d'assistants médicaux, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s'était réjoui de la future de concrétisation de propositions, déjà anciennes, du syndicat. Mais il s'était inquiété, dans le même temps, des modalités de mise en place de ces mesures (1).
 
En Janvier 2019,  la ministre de la Santé et le directeur de l'Assurance Maladie ont précisé le cadre de la négociation conventionnelle chargée de trouver un accord sur la mise en place de ces mesures... et malheureusement, cette "feuille de route" a confirmé les craintes du SNJMG. D'une part, les CPTS étaient mises en place dans une conception autoritaire de l'organisation des professionnels de santé où le respect d'objectifs administratifs l'emportaient sur l'amélioration des coopérations interprofessionnelles. D'autre part, les assistants médicaux étaient créés dans un but explicitement productiviste :  ils devaient permettre aux médecins d' « augmenter leur patientèle », en générant un « volume d'actes supplémentaires (par rapport à l'historique) » et en procédant à « l'élargissement des horaires de consultation », notamment en première partie de soirée et en fin de semaine. 
 
C'est pourquoi, le SNJMG a logiquement annoncé son opposition au projet conjoint du gouvernement et de l'Assurance Maladie (2). De même, il est intervenu dans la négociation conventionnelle en participant au communiqué commun de toutes les organisations médicales s'opposant à la feuille de route du gouvernement et de l'Assurance Maladie (3) et il a soutenu, dès son lancement, la pétition en ligne de plus de 10 000 médecins contre l'abattage en Médecine Générale (4).
 
Après ces interventions et grâce au travail des syndicats de médecins installés lors des négociations conventionnelles, plusieurs avancées ont été obtenues et le SNJMG félicite les syndicats de ces améliorations. A titre d'exemples, on peut citer l'aide financière pérenne (mais toujours dégressive) pour les assistants médicaux et l'aide financière pour les CPTS partagée avec d'autres modes de soins coordonnées.
 
Mais le coeur du projet est toujours là : les assistants médicaux ne sont vus que sous l'aspect de petites mains devant accroître la productivité des médecins et les contraintes de participation à une démarche de soins coordonnée (dont CPTS) l'emportent sur les incitations. Pour ne citer qu'un exemple, voici ce que le projet d'accord prévoit pour le forfait structure, rémunération forfaitaire proposée par le SNJMG depuis une vingtaine d'année mais qui n'a été mis en place de façon autonome que depuis 2017 (à la suite de la dernière convention médicale, signée en 2016) :  la part de cette rémunération valorisant l'emploi d'un-e secrétaire salarié-e va diminuer à compter de 2020 et l’indicateur « participation à une démarche de soins coordonnée (CPTS ou autres) » devient à compter de 2022 un pré-requis pour bénéficier du forfait structure ». Autrement dit, plus de forfait structure pour les médecins ne s'inscrivant pas dans  « une démarche de soins coordonnée » (CPTS ou autres) : la concrétisation du projet de bonus/malus voulu depuis le départ par l'Assurance Maladie pour répondre à la volonté du gouvernement d'en finir avec le prétendu "exercice isolé" des médecins !
 
C'est pourquoi, malgré les améliorations obtenues jusqu'à la semaine dernière par les syndicats de médecins installés, le SNJMG maintient sa position initiale et rejette le projet d'accord sur les assistants médicaux et les CPTS actuellement proposé par l'Assurance Maladie.
 
 
Contact Presse : Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22
 
 
(1) : communiqué de presse "Ma Santé 2022"
 
 

Internes de Médecine Générale et licence de remplacement

Patients fichés aux urgences : le Syndicat des Jeunes MG demande des enquêtes complètes et impartiales

 

Plus de 1 mois après les articles du Canard Enchainé, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) estime nécessaire de faire le point sur la polémique concernant le recours à la procédure Si-VIC dans les services d'urgences hospitalières en marge des manifestations de « Gilets Jaunes ».

 

Dès le début de l’année, la Direction Générale de la Santé (DGS) avait avoué avoir utilisé en préventif la procédure Si-VIC pour différentes manifestations de Gilets Jaunes.

 

Mais le 29 avril 2019, à l'occasion d'une réunion entre la DGS, l'Agence Régionale de Santé (ARS) d’Ile de France et l'AP-HP, la DGS assurait que SI-VIC ne serait désormais pas déclenché préventivement, mais ne le serait que « s’il était avéré qu’il y avait des victimes à prendre en charge »... ce qui correspond au texte de loi sur la procédure SI-VIC !

 

Lors de cette même réunion, rendue publique cette semaine (1), il a été convenu que SI-VIC ne serait renseigné que par des administratifs habilités « n’ayant pas accès aux données médicales » et qu'un « document d’information des patients » devra leur être délivré... ce qui correspond à nouveau au texte de loi sur la procédure SI-VIC !

 

Il apparaît donc en creux des décisions prises lors de cette réunion que la procédure SI-VIC n'aurait pas dû être déclenché en préventif, que jamais les médecins n'aurait dû recevoir de l'AP-HP d'incitation à recourir à cette procédure, que jamais l'AP-HP n'aurait dû proposer aux médecins de renseigner des données de santé et, enfin, que les patients auraient dû être correctement informés selon les recommandations de la CNIL.

 

De son coté, la ministre de la Santé réfute toute implication de son ministère et met en cause, plus ou moins explicitement, la seule AP-HP pour un seul cas de dérive dans le recours à la procédure SI-VIC... ce qui semble un peu court au vu des conclusions de la réunion du 29 avril 2019.

 

Plusieurs sénateurs semblent apparemment tout aussi peu satisfaits des explications de la ministre de la Santé et le SNJMG comprend parfaitement la réaction du sénateur Bernard Jomier quand le ministère dit attendre les conclusions d'une mission d’enquête diligentée conjointement par la direction générale de l’ARS IdF et la direction générale de l’APHP (2) : "On ne demande pas à ceux qui sont susceptibles d'avoir commis une infraction de mener l'enquête !"

 

C’est pourquoi le SNJMG (3) réclame que l’enquête administrative soit confiée à l’IGAS.

En l’absence d’enquête exhaustive et impartiale, le SNJMG se déclare prêt à soutenir toute demande de commission d'enquête parlementaire sur le sujet.

 

 

 

Contact Presse : Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

 

(1) : Communication sur la procédure SI-VIC lors de la CME de l'AP-HP

(2) : Questions au gouvernement (Sénat - 16 mai 2019) 

(3) : Le SNJMG est un syndicat indépendant qui rassemble internes/FFI, remplaçant-e-s et jeunes installé-e-s ou salarié-e-s (moins de 10 ans d’exercice) en Médecine Générale

 

Le Syndicat des Jeunes Médecins Généralistes rappelle l'importance des remplacements médicaux dans le système de santé

 
A l’occasion du passage au Sénat du projet de loi "Ma santé 2022", les parlementaires se livrent au concours des propositions les plus contraignantes pour les jeunes médecins. 
 
Parmi celles ci, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) relève l'amendement adopté sur proposition du sénateur Milon (1) limitant à 3 ans maximum la période possible de remplacements pour un jeune médecin, une fois ces études terminées. 
 
Outre le mépris pour les aspirations professionnelles et les contraintes personnelles des jeunes médecins qui transpire de cette proposition (c’est déjà une vieille habitude en matière de démagogie politique), le SNJMG se désole du manque de connaissance de ce sénateur en matière de remplacements médicaux. Le sénateur ignore manifestement que l’organisation des médecins « libéraux » est tributaire d’une ressource suffisante en médecins remplaçants : diminuer les effectifs de remplaçants, c'est mettre à mal l’exercice des médecins installés et par conséquence, dégrader l'accès aux soins (s'il n'y a personne pour remplacer des médecins absents) !
 
Mais s'il n'y avait que lui...
 
Il y a aussi le gouvernement qui, en voulant assujettir de force les médecins remplaçants non thèses à la caisse de retraite des médecins (CARMF), a bien faillir les dissuader de faire le moindre remplacement avant de passer leur thèse (2). Devant l’opposition unanime de toutes les organisations de jeunes médecins, le gouvernement essaie de se sortir de ce mauvais pas en proposant un Régime simplifié des professions médicales (RSPM) pour tout médecin salarié exerçant une activité libérale annexe. Ce régime, hybride entre les statuts de Praticiens et Auxillaires Médicaux Conventionnés (PAMC) et de micro entrepreneur, n'est demandé par aucune des organisations de jeunes médecins et se présente comme une « usine à gaz »  qui ne répond pas aux attentes des médecins non thésés. Heureusement, par prudence, le gouvernement le présente sur la base du volontariat. Mais quelle sera l’alternative : le retour à la situation d’avant 2018 ou l’affiliation obligatoire à la CARMF pour les non thésés (affiliation obligatoire que le gouvernement a seulement suspendu pour 2018 et 2019, ndlr) ?

 

Il y a enfin certains départements universitaires de Médecine Générale qui rechigneraient à fournir une attestation de validation de stages aux internes qui en font la demande en vue d’obtenir une licence de remplacement. Pourtant, la réglementation est claire : tout interne de Médecine Générale ayant validé trois semestres d'internat (dont le stage ambulatoire de niveau 1) est en droit d'obtenir une licence de remplacement.

 

En tant que syndicat indépendant d’internes et de remplaçants, soucieux de l'accès aux soins, le SNJMG (3) continue de défendre l'exercice des remplacements médicaux dans de bonnes conditions. 

Aussi, il demande aux pouvoirs publics, aux parlementaires et aux universitaires, la fin des obstacles statuaires et sociaux aux remplacements pour les internes et médecins remplaçants non thèses et l’abandon de tout projet d’encadrement de le période d’exercice des remplacements.

 

 

Contact Presse : Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

 

(1) : Proposition d'amendement COM-292 du 17 mai 2019

(2) : Remplaçants non thésés et CARMF

(3) : Le SNJMG est un syndicat indépendant qui rassemble internes/FFI, remplaçant-e-s et jeunes installé-e-s ou salarié-e-s (moins de 10 ans d’exercice) en Médecine Générale

 

ECN 2019 : inscription et participation aux épreuves

 
Voici le premier billet d'info de notre dossier sur les ECN2019 : il est consacré à l'inscription et à la participation aux epreuves.
 
NB : ce dossier est évolutif, il se compléte en fonction des informations rendues disponibles entre mai et septembre 2019 (tenue des épreuves, classement ECN, ordre de passage aux choix, rentrée des internes...). Si vous voulez être tenu au courant des compléments d'information, n'oubliez pas de vous inscrire sur notre site (c'est totalement gratuit !)...
 
 

RAPPELS HISTORIQUES ET TEXTES REGLEMENTAIRES :

 

De 2004 à 2015, les ECN étaient organisées à l'échelon inter régional : les épreuves se déroulaient sur 3 jours de façon manuscrite dans des halls de parcs d'exposition loués pour l'occasion. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Première épreuve officiellement terminée pour Doriane :-) #ECN 2014 #médecine

Une publication partagée par Damien Lorand (@designbydalo) le

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Première épreuve officiellement terminée pour Doriane :-) #ECN 2014 #médecine

Une publication partagée par Damien Lorand (@designbydalo) le

 

L'organisation était lourde tant du coté des organisateurs que des étudiants (beaucoup devaient notamment louer une chambre d'hotel pour aller passer les ECN dans une ville qui n'était pas la leur) mais toutes les éditions se sont bien passées... à l'exception de la session 2011 qui cumula les déboires :

 

Depuis 2016, les étudiants composent toujours sur 3 jours mais sur tablettes informatiques et dans pratiquement chacune de leur faculté de médecine.

La première édition était redoutée en raison des bugs recurrents survenus lors des epreuves blanches mais elle ne connu presque pas de problème :

 

En fait, les problèmes surviendront l'année suivante, en 2017 :

 

En 2018, il n'y eu pas de bugs mais des sujets tordus :

 

 

Textes réglementaires :

 

  • Directive 2005/36/CE du Parlement Européen et du Conseil du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles
  • Décret n°99-930 du 10 novembre 1999 relatif au statut des internes
  • Arrêté du 22 septembre 2004 portant détermination des interrégions et subdivision de l'internat
  • Arrêté du 24 février 2005 modifié relatif à l’organisation des épreuves classantes nationales anonymes donnant accès au troisième cycle des études médicales
  • Arrêté du 5 janvier 2007 fixant les conditions dans lesquelles sont appréciées les équivalences des titres ou diplômes présentés par les étudiants européens susceptibles d’accéder au troisième cycle des études médicales
  • Décret n° 2010-735 du 29 juin 2010 relatif au contrat d’engagement de service public durant les études médicales
  • Arrêté du 4 février 2011 relatif à l’agrément, à l’organisation, au déroulement et à la validation des stages des étudiants en troisième cycle des études médicales
  • Arrêté du 12 mars 2012 relatif à la commission de dérogation prévue au 2° de l’article 7 du décret n° 2004-67 du 16 janvier 2004 modifié (maintenant article R632-10 du code de l’éducation) relatif à l’organisation du troisième cycle des études médicales
  • Arrêté du 13 novembre 2015 fixant la liste des diplômes d’études spécialisées de médecine
  • Décret n° 2016-1597 du 25 novembre 2016 relatif à l’organisation du troisième cycle des études de médecine et modifiant le code de l’éducation
  • Arrêté du 31 janvier 2017 portant ouverture au titre de l’année universitaire 2017-2018 des épreuves classantes nationales anonymes donnant accès au troisième cycle des études médical
  • Arrêté du 14 février 2017 fixant la liste des centres d’épreuves pour les épreuves classantes nationales et le concours spécial d’internat à titre européen donnant accès au troisième cycle des études médicales au titre de l’année universitaire 2017-2018

  • Arrêté du 15 mars 2017 portant nomination des membres du jury des épreuves classantes nationales anonymes et du concours d’internat de médecine à titre européen pour les médecins français, andorrans, suisses ou ressortissants de l’un des Etats membres de l’Union européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen donnant accès au troisième cycle des études médicales organisées au titre de l’année universitaire 2017-2018

  • Arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine
  • Arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d’études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du troisième cycle des études de médecine
  • Arrêté du 13 juin 2017 modifiant l’arrêté du 12 mars 2012 modifié relatif à la commission de dérogation prévue au 2° de l’article 7 du décret n° 2004-67 du 16 janvier 2004 modifié relatif à l’organisation du troisième cycle des études médicales
  • Arrêté du 18 septembre 2017 portant détermination des régions et subdivisions du troisième cycle des études de médecine et du diplôme d’études spécialisées de biologie médicales
  • Arrêté du 13 décembre 2018 portant ouverture des épreuves classantes nationales anonymes donnant accès au troisième cycle des études médicales, au titre de l'année universitaire 2019-2020.
  • Arrêté du 5 février 2019 fixant la liste des centres d'épreuves pour les épreuves classantes nationales et le concours spécial d'internat à titre européen donnant accès au troisième cycle des études médicales au titre de l'année universitaire 2019-2020

 

Résultats :

 

Classement 2019 / Affectations 2019

Classement 2018 / Affectations 2018

Classement 2017 / Affectations 2017

Classement 2016 / Affectations 2016

Classement 2015 / Affectations 2015

Classement 2014 / Affectations 2014

Classement 2013 / Affectations 2013

Classement 2012 / Affectations 2012

Classement 2011 / Affectations 2011

Classement 2010 / Affectations 2010

Classement 2009 / Affectations 2009

Classement 2008 / Affectations 2008

Classement 2007 / Affectations 2007

Classement 2006 / Affectations 2006

Classement 2005 / Affectations 2005

Classement 2004 / Affectations 2004

 

CALENDRIER 2019 :

 

- L'inscription 

Afin de participer aux épreuves, chaque étudiant doit finaliser son inscription en se connectant à l’application Celine entre le 22 mai 2019 et le 11 juin 2019 à l’adresse ci-dessous afin de renseigner son adresse électronique, choisir le mot de passe qui lui sera demandé pour passer les épreuves et imprimer sa convocation.

Pour en savoir plus : Mode d’emploi

 

- Les épreuves

Les épreuves débutent le lundi 17 juin 2019 suivant le calendrier ci-dessous :

Démarrage technique : Lundi matin 11 heures, obligatoire pour tous les étudiants (il permet à chaque candidat à se connecter au réseau pour valider ses identifiant et mot de passe, à prendre en main la tablette pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec cet outil)
1ère épreuve (DCP 1 à 6) : Lundi après-midi 14-17 heures
2e épreuve (QI) : Mardi matin 9-12 heures
3e épreuve (DCP 7 à 12) : Mardi après-midi 14-17 heures
4e épreuve (LCA) : Mercredi matin 9-12 heures
5e épreuve (DCP 13 à 18) : Mercredi après-midi 14-17 heures

Épreuves de secours (si besoin) : jeudi et Vendredi

 

Les candidats composeront dans leur UFR ou à proximité immédiate dans des salles labellisées "ECNi".

Les candidats européens composeront (sous réserve de confirmation) dans les centres de Caen, Lille 1, Lille 2, Lyon-Sud, Nice, Rennes, Strasbourg et Paris UVSQ. Ils recevront un mail confirmant leur inscription et indiquant leur centre d’épreuves.

Pour info : Liste des centres d'épreuves (avec adresses)

 

Les candidats doivent se présenter à l'examen muni d'une pièce d'identité et de leur convocation (à défaut de carte d'identité, passeport ou permis de conduire sont des pièces justificatives d’identité officielles).

 

Tutoriel de familiarisation avec l'environnement de composition : 

 

Documents d'infos du CNG :

Mémento candidats

Consignes candidats

 

NB : Les étudiants peuvent demander copie de leurs épreuves. La procédure est totalement dématérialisée. Cette demande doit être envoyée à l’adresse suivante : CNG-ECNi-CANDIDATS. Le fichier de chaque épreuve au format "pdf" sera ensuite accessible sur leur compte CELINE.

 

- Le classement 

Il est publié publié sur le site du CNG et sur sa page Facebook le mercredi 26 juin 2019 vers 18h.

 

 

NB : Contact officiel :

Gestionnaire du concours : Sandrine Delouvée
Courriel : Sandrine Delouvée
Tél : 01 77 35 62 95

Adresse postale :
Centre national de gestion
Bureau des concours médicaux- ECN 
21B, rue Leblanc 
75737 Paris Cedex 15

 

Dossier ECN 2019

 
Notre dossier sur les ECN2019 associe selections de messages sur les réseaux sociaux (Fils twitter notamment) et billets d'information combinant communications institutionnelles (Journal Officiel, ministère de la Santé, Centre National de Gestion - CNG - et facultés de médecine) et informations pratiques du SNJMG.
 
Il se complete d'un guide d'accueil du futur interne et d'une présentation de la discipline : Médecine Générale.
 
Cette année, le SNJMG a voulu organiser tout un accompagnement des externes à l'occasion et, surtout, après les ECN. Outre un billet d'info sur les épreuves et les fils Twitter suivant le parcours des étudiants, le SNJMG procède à une présentation de la Médecine Générale avec la publication sur notre site le lundi 24 juin 2019 d'un mini dossier sur la discipline. L'après midi du 26 juin 2019, à l'occasion de la publication du classement des ECN, nous participons à un live chat organisé par Medshake. A compter du 28 juin 2019, nous ouvrons des échanges en ligne (jusqu'aux choix de spécialités en septembre 2019) et nous diffusons, toujours en ligne, notre guide du futur interne. En septembre 2019, nous organiserons notre traditionnelle réunion d'accueil des nouveaux IMG à Paris (dans les locaux de la revue Prescrire). 
 
Ces nouvelles modalités interactives nous permettrons également de tenir les externes informés des menaces de stages obligatoires en zones déficitaires qui pèsent sur un certain nombre de spécialités dont, en premier lieu, la Médecine Générale.
 
NB : Tout ceci est évolutif et se compléte en fonction des informations recueillies entre mai et octobre 2019 (tenue des épreuves, classement ECN, ordre de passage aux choix, rentrée des internes...), de la mise en place de nos propres événements ou de ceux auxquels nous participerons et de l'évolution de la réglementation de l'Internat de Médecine Générale. Le sommaire ci dessous se complétera donc jour après jour : vous pourrez vous en informer en consultant régulièrement cette page ou en vous inscrivant sur le formulaire en ligne s'affichant à la suite du sommaire (modalité spécialement concue pour les externes s'intéressant à la Médecine Générale et son internat).
 
Sommaire :
- #ECNi2019 : Préparation (Fil twitter des epreuves 2018 aux épreuves 2019)
- ECN 2019 ; Présentation de la Médecine Générale  (Mini dossier sur la discipline)
- ECN 2019 : Phase de simulation officielle (Billet d'information) 
- #ECNi2019 : Les choix (Fil twitter)
 
 
-> Avis aux externes intéressé-e-s par la spécialité de Médecine Générale et son Internat <-
 
 

 

Versement Forfait Structure

Article corrigé le Samedi 18 mai 2019

 

A compter de ce jour (et d'ici le 21 mai), l'Assurance Maladie procède au versement du Forfait Structure annuel.

Cette date de réglement n'est pas conforme à ce qui s'était passé l'année derniere : le versement du forfait structure d'abord annoncé pour juin puis pour avril (voir nos lettres d'information de Janvier 2018 et Février 2018) a finalement été effectué en juin 2018.

Ce qui dans un premier temps nous a fait penser à une interversion de réglement avec le 1er accompte de FPMT.

Nous en profitons donc pour dresser le tableau de réglement des rémunérations forfaitaires pour 2019-2020 :

Paiement Forfait Patientèle MT acompte P4, le 29 mars 2019
Paiement ROSP Adultes 2018, le 26 avril 2019
Paiement Forfait structure 2018, le 17 mai 2019 
Paiement MPA (non MT) n°1, 1erTrim 2019, prévu avant fin mai 2019
Paiement ROSP Enfants 2018, prévu avant fin mai 2019
Paiement Forfait ACI pour les MSP, prévu entre mai et juin 2019
Paiement Forfait Patientèle MT acompte P1, prévu avant fin juin 2019
Paiement MPA (non MT) n°2, 2eTrim 2019, prévu avant fin aout 2019
Paiement Forfait Patientèle MT acompte P2, prévu le 17 septembre 2019
Paiement MPA (non MT) n°3, 3eTrim 2019, prévu avant fin novembre 2019
Paiement Forfait Patientèle MT acompte P3, prévu avant fin novembre 2019
Paiement MPA (non MT) n°4, 4eTrim 2019, prévu avant fin février 2020
Paiement Forfait Patientèle MT acompte P4, prévu avant fin mars 2020

Avis aux Médecins généralistes (et particulièrement, celles et ceux installés depuis moins de 10 ans) !

Si le montant de votre rémunération est sensiblement éloigné de vos attentes ou pire de vos calculs, n'hésitez pas à nous le signaler auprès de notre secrétariat.