ECN 2019 : Du classement à la phase de simulation officielle

Ce billet d'information fait partie de notre dossier consacré aux #ECN2019.
 
 
1) PHASE DE SIMULATION : "CELINE"

 

Les résultats des ECN sont publiés sur le site du CNG et sur la page facebook du CNGle 26 juin 2019 entre 17 et 18h.

Le 28 juin 2019, le site d'application CELINE rouvre, sans simulation. Les étudiants ont accès à leurs notes et peuvent mettre à jour directement par internet les informations les concernant, en particulier celles qui leur seront nécessaires pour effectuer leur choix définitif (adresses postale et courriel, n° de tél, ...). 

Attention, les informations d'état civil (Nom, Prénoms, date et lieu de naissance, n° de carte d’étudiant) ne peuvent être modifiées que par le CNG. En cas d’erreur sur ces cinq données, les étudiants doivent utiliser la procédure de modification sur l'application CELINE en joignant les pièces justificatives. 

 

Le nombre et la répartition des postes de la promotion 2019 sont fixées par arrété (arrêté du 21.07.19déterminant au titre de l'année universitaire à venir le nombre de postes offerts aux épreuves classantes nationales en médecine par interrégion, discipline et spécialité ainsi que leur répartition par centre hospitalier universitaire (NB : cet arrété précise le nombre et la répartition par discipline et par subdivision des postes ouverts aux signataires du CESP). Suite à la la parution de cet l’arrêté, une simulation "officieuse" des vœux d’affectation débute : elle permet d’éclairer les étudiants qui veulent solliciter une dérogation (demande d’autorisation à ne pas participer à la procédure nationale de choix post-ECN)

 

L’arrêté fixant les postes a été publié le 21 juillet 2019 et la phase de simulation "officieuse" des vœux d’affectation a débuté le 22 juillet 2019 en cours de matinée. 

 

Le résultat de ces simulations peut être suivi sur le listing de Celine.

 

NB 1 : Les étudiants ayant signé un contrat d’engagement de service public (CESP) se connectent normalement. Quand la phase de simulation débute, ils peuvent émettre leur vœux sur une liste à part sans intervention quelconque, l’application les reconnaissant automatiquement.

NB 2 : Pour le déclassement, les étudiants doivent se référer à l’article 6 de l’arrêté du 19 mai 2005. Vous pouvez demander un déclassement : 

- Autant de fois que vous voulez
- Par email avant le 1er septembre   
- Par téléphone après le 1er septembre
- Vous gardez votre rang de classement d’origine pour la suite (stage, droit au remord …)

 

La procédure officielle de simulation du choix de postes débute le 01 août 2019 et tient compte des dérogations accordées. Il s'agit toujours d'une phase de simulation : les choix faits ne sont pas définitifs mais cette simulation (à la différence de la simulation "officieuse") servira à l'affectation d'office de l'étudiant si celui ci ne valide pas son choix lors de l'amphi de garnison virtuel.

 

2) PHASE DE CHOIX OFFICIEL ET DEFINITIF : "AMPHI DE GARNISON VIRTUEL"
 
En 2019, cette procédure de choix se déroule sur le site d'application CELINE du 3 septembre à 8h30 et jusqu’au 24 septembre vers 16h avec des tranches de passage établies par rang de classement. Ces tranches de passage tiennent compte des difficultés de choix prévisibles : Tranches de passage 2019
 
 

Stage d’internat obligatoire en zone déficitaire : théâtre d’ombres en CMP

 

 

C’est un curieux tour de passe passe qui est intervenu jeudi dernier au Parlement lors de la réunion de la commission mixte paritaire* (CMP)  concernant la loi Ma santé 2022.

 

Lors de l’examen en séance des articles du projet de loi, le Sénat avait adopté un amendement contre l’avis du gouvernement, indiquant que pour les étudiants de troisième cycle en médecine générale ou de spécialités de premier recours (ex : ophtalmologie), la dernière année serait une année de « pratique ambulatoire en autonomie, en priorité dans les zones caractérisées par une offre de soins insuffisante ». Cet amendement non agréé par le gouvernement a été le seul à rester dans la version finale du texte de loi voté par le Sénat - à la différence, par exemple, de l’amendement prolongeant le délai d’IVG (1).

 

Devant la réprobation générale des organisations de jeunes médecins (2) et les questionnements des doyens et des enseignants de médecine générale, il était logique de penser que cet amendement non agréé par le gouvernement et non voté par l’Assemblée Nationale serait purement et simplement abandonné lors de la CMP.

 

Surprise : les rapporteurs du Sénat et de l’Assemblée Nationale, avec l’acceptation tacite du gouvernement, ont décidé de garder dans la loi une trace de cet amendement via un compromis écourtant la durée de l’obligation de stage en zone déficitaire (1 semestre et non 2) et écartant l’idée de laisser les étudiants livrés à eux-mêmes sans supervision d’un praticien, ce compromis concernant explicitement les Internes de Médecine Générale et possiblement les internes de spécialités à exercice majoritairement ambulatoire (3).

 

Si dans l’immédiat les spécialités à exercice majoritairement ambulatoire (autres que la médecine générale) échappent donc à la menace de stage en zone déficitaire, le compromis ouvre la possibilité de créer de tels stages via un simple décret.

 

Pour les internes de Médecine Générale, la menace se concrétise à compter de l’année 2021. Mais, à la lecture du compromis, il est logique de penser que ce stage corresponde en fait au stage ambulatoire de niveau 2 (SASPAS) créé par la réforme de 2003 et consacré par la réforme de 2017 (réformes concernant le troisième cycle des études médicales). Ce vote ne déboucherait il donc pour l’internat de médecine Générale que sur la priorisation du SASPAS pour les zones déficitaires et, en corollaire, sur la quasi exclusion des MSU hors zone déficitaire de l’accueil des internes en SASPAS ? Ou faut il prendre au sérieux les déclarations du Sénateur Milon qui annonce qu’avec l’accord obtenu par les sénateurs (et pas avec l’actuel SASPAS ?), les internes de Médecine Générale seront sortis de l’hôpital pour « aller directement sur le terrain » ?

 

Quoi qu’il en soit, le syndicat « Jeunes Médecins » et le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) n’acceptent pas qu’une nouvelle fois les internes de médecine soient utilisés comme des variables d’ajustement des effectifs médicaux de notre système de santé.

 

Aussi, les deux syndicats interpellent la ministre de la Santé : Pourquoi le seul amendement adopté en séance contre l’avis du gouvernement persiste t il, même sous une forme édulcorée, dans le texte final issu de la CMP ? Le stage ambulatoire institué dans l’internat de Médecine Générale par cet amendement se confond il avec le SASPAS déjà existant ?

 

Si la ministre n’apporte pas de réponses précises et convaincantes à ses questions. Le SNJMG, en tant que syndicat d’internes de médecine générale (entre autres), interrogera ses membres sur toutes les modalités de contestation de cet amendement, y compris la grève. Quant au Syndicat « Jeunes Médecins », il soutiendra la contestation portée par le SNJMG pour la Médecine Générale et par d’autres syndicats d’internes pour les autres spécialités.

 

 

 

ECN 2019 : Journée de révélation des résultats

Ce billet d'information fait partie de notre dossier consacré aux #ECN2019.

 

Nous proposons aux externes de participer ce mercredi 26 juin 2019 en ligne à partir de 15h à un grand t'chat dans l'attente des résultats et pour prendre les premières infos !
Avec la participation de MedShake, du SNJMG, de Jeunes Médecins, du CeMIR, de l'AFFEP et de tous ceux qui le veulent !

 

 

Accès direct au grand t'chat : c'est ici !

 

En attendant, le SNJMG a ouvert depuis hier une présentation en ligne de la discipline "Médecine Générale" qui sera prolongée à partir de vendredi, et dans les suites du grand t'chat de découverte des résultats, d'échanges en ligne (sur notre discipline et son internat) et de la publication de notre guide d'accueil du futur interne :

 

 

Pour participer aux echanges en ligne (à compter du 28 juin 2019) sur la Médecine Générale et son internat et être informé de la publication du guide d'accueil du futur interne, merci de vous inscrire sur le formulaire en ligne dédié

 

Remplacements en Maison Médicale de Garde : attention aux entourloupes !

 

En ce début d'été, grande période de remplacements saisonniers, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) rappelle aux médecins remplaçants, comme aux médecins remplacés, les règles concernant les rétrocessions d’honoraires à l’occasion de remplacements de gardes.

 

Comme pour tout type de remplacement, il est important de préciser les reversements d’honoraires dans les contrats de remplacement. il est ainsi habituel que pour un remplacement de garde, la rétrocession corresponde à 100% des honoraires perçus et à 100% de l’indemnité d’astreinte correspondante (1).

 

Dans la maison médicale de garde (MMG) de Béthune (qui couvre deux anciens secteurs de garde), le non respect de ces principes (2) induirait ainsi pour les médecins remplaçants un manque à gagner de 100 € pour une garde de nuit et de 300 € pour les dimanche et jours fériés.

 

Une nouvelle fois, le SNJMG insiste sur l’importance (pour les deux parties) de signer avant tout remplacement un contrat de remplacement clair et précis. Le SNJMG reste bien sur à la disposition des médecins remplaçants qui seraient floués lors de la rétrocession d’honoraires. Enfin, le SNJMG continue d'assurer la publicité de situations comme celle de la MMG de Bethune afin d’alerter les médecins remplaçants.

 

(1) : ces indemnités d’astreintes ont été obtenues suite à la grève des gardes de 2002 où le SNJMG assurait la représentation nationale des médecins remplaçants
(2) : au motif de difficultés économiques de la structure, des médecins de la MMG auraient décidé de suspendre le reversement de l'indemnité d'astreinte dans le cadre de remplacements
 

ECN 2019 : Présentation de la Médecine Générale

Mis à jour le 06 juillet 2019, ce billet d'information fait partie de notre dossier consacré aux #ECN2019.

 

Depuis fort longtemps et malgré de nombreux progres ces 20 dernières années, la Médecine Générale souffre d'un mauvaise visibilité auprès des étudiants voire d'une mauvaise image (ex : les erreurs des MG qui faut corriger dans les DP).

Ci dessous, le SNJMG propose aux étudiants qui viennent de passer les ECN, un mini dossier sur la Médecine Générale. Ce mini dossier, offrant une vision d'ensemble de la discipline, est complété par des focus sur différentes facettes/particularités d'exercice. Si cette vision d'ensemble est proposée en accès libre en format 1.0 sous une forme de billet de blog, le SNJMG propose les compléments d'info sous une forme interactive 2.0 aux étudiants qui se sont inscrits sur notre formulaire en ligne.

 

LA SPECIALITE DE MG

 

 

Le médecin généraliste est classiquement présenté comme le médecin de premier recours, assurant la permanence et la continuité des soins. Il est bien souvent le médecin traitant des patients dans le cadre du parcours de soins défini par l'Assurance Maladie car il est, par nature, le référent santé de toute personne, quelle que soit son âge, son sexe, sa/ses pathologie(s) ou son absence de pathologie. C'est le médecin qui prend en compte son patient dans sa globalité et qui est en interaction avec l'ensemble des autres professionnels médicaux, para médicaux et médico sociaux intervenant auprès du patient.

 

Après cette introduction, nous pourrions enchainer avec une présentation académique de la discipline, mais nous préférons vous renvoyer à la documentation donnée en fin de paragraphe et surtout vous proposer, avec leur autorisation, des témoignages forcéments personnels (écrits ou videos) de quelques médecins généralistes et d'internes de Médecine Générale (il s'agit d'Aviscene, IMG de la promo 2017, et de Dr Mus, IMG de la promo 2018, dont les videos sont présentées sur la page d'accueil de notre site) :

 

 

Extrait d'une tribune de Marc Zaffran/Martin Winckler (2009) :

"Il y a quelques années, une amie – médecin généraliste – et moi-même avons souhaité écrire un petit ouvrage qui s’intitulerait Qu’est-ce qu’un médecin généraliste ? Ce livre n’a pas encore été écrit, mais il le sera un jour. Si je me souviens bien, nous avions adopté la définition suivante du médecin généraliste : c’est un individu, homme ou femme, formé pour exercer la médecine, et qui choisit volontairement, par affinité élective de longue date ou acquise durant ses études, d’exercer la médecine générale. Devenir médecin généraliste est donc, en principe, un choix.  L’exercice de la médecine générale implique de vivre au milieu de la population pour y assurer les soins de premier recours. Le médecin généraliste est un professionnel de santé qui a reçu une formation scientifique. Cette dernière lui permet d’appréhender la demande de soins dans sa globalité, biomédicale, psychoaffective, socioéconomique et symbolique. Si le médecin généraliste connaît et peut identifier les maladies, c’est parce qu’il connaît la diversité infinie des situations qui ne sont pas des maladies. Pour lui, le patient constitue la seule norme. En effet, le patient lui indique le caractère normal, anormal, pénible ou inhabituel de ce qu’il ressent.  Un médecin généraliste n’est pas un donneur de leçons. C’est un soignant. Ses devises sont « ne pas nuire », « partager le savoir » et « accompagner sans juger ». Le seul objectif d’un médecin généraliste est de faciliter la vie de la population et de s’efforcer d’alléger le poids inhérent aux problèmes de santé collectifs et individuels. L’idéal d’un médecin généraliste n’est pas de diagnostiquer des maladies, mais de faire en sorte que la santé générale d’une population soit la meilleure possible. Ainsi, l’information, l’éducation et la lutte contre les préjugés permettent d’atteindre cet idéal. Autrement dit, il s’agit moins de dépister et de diagnostiquer les maladies que de s’assurer que les individus bien-portants le restent le plus longtemps possible."

 

 

Extrait du blog de Jean Claude Grange (08.04.2010) : 

"QU'EST-CE QUE LA MEDECINE GENERALE ? C'est tout ce que l'on ne trouve pas dans les consultations de spécialité. C'est tout ce que l'on ne trouve pas dans les consultations de ville de spécialistes. C'est tout ce que l'on ne trouve pas dans les consultations institutionnelles de spécialité. Et, malheureusement, c'est tout ce que l'on ne trouve pas dans les publications médicales à de rares exceptions près. La médecine générale, c'est la vie : avec une pointe de médecine ; avec une pointe de santé publique ; avec une pointe de connaissance du milieu ; avec une pointe de familiarité avec les patients ; avec une pointe d'empathie ; avec une pointe de sympathie ; avec une pointe d'antipathie. Et merdre pour les discours convenus sur l'attitude que doit observer le médecin dans sa relation avec son patient. Les gens qui disent cela ne voient pas de vrais malades, non au sens diagnostique mais au sens humain du terme. Nos consultations de médecine générale sont, effectivement et parfois, peu structurées, sont, effectivement et parfois, peu techniques ; sont, effectivement et parfois, bon enfant... Et alors ? (...) Je reçois des individus, des patients, des malades, des faux patients, de vrais malades, ou l'inverse, mais je ne suis pas un faiseur d'ECG, un faiseur de frottis, un faiseur de biopsies cutanées, un faiseur de radiologies, et ad libitum. Je laisse cela aux techniciens. Je suis un intellectuel, je réfléchis non seulement à la valeur des choses mais à la valeur qu'il faut leur donner en fonction du patient que j'ai devant moi, dont, généralement, je connais la femme, les enfants ou les parents ou les cousins ou les belles-soeurs et dont, souvent, je connais l'intérieur de la maison. Je fais de la médecine totale sans avoir besoin de faire MOI-MEME des actes que je pourrai coter pour faire du chiffre. Je suis un intellectuel, je fais de la médecine intellectuelle sans faire trop de médecine manuelle et ainsi je sais lire une radiographie, je sais lire un ECG, je sais lire une prise de sang (tiens, ne sont-ce pas des médecins spécialisés en biologie qui les font ?). Je fais de la médecine intellectuelle car je connais un peu la littérature médicale et que je sais combien il est difficile de l'appliquer à des vrais patients qui n'ont pas participé à un essai clinique. Mais je sais aussi que sans ces essais cliniques il n'y a pas de médecine générale. Je sais que la médecine générale c'est l'école de l'humilité, c'est la pratique de l'humilité, pas de triomphalisme, seulement de la distance, non de la distance à l'égard des patients, car, comme le dit mon ami DB qui se reconnaîtra, cette distance elle se prend inconsciemment, non, de la distance à l'égard de soi-même, c'est cela, de l'humilité, nous ne sommes qu'un chaînon, le chaînon manquant dans cette société de fous, le chaînon manquant entre les patients et la complexité de la médecine. Car notre métier, mais pas seulement celui de médecin généraliste, est un métier de chien, un métier éprouvant, la médecine est comme cela, compliquée, difficile, pleine de hasards, de faux semblants, de pièges et nous devons lutter contre notre propre arrogance, la fameuse arrogance médicale décrite dans la littérature, la vraie, par les grands auteurs, depuis Molière jusqu'à Bernard Shaw en passant par Susan Sontag... C'est cela, la médecine générale, c'est cela aussi : prendre en compte les patients, nous poser des questions en demandant l'avis, non pas l'avis médical, mais l'avis des patients sur leur santé et sur leur vie. Ne pas décider pour eux." 

 

 

Billets de blog abordant indirectement la définition de la Médecine Générale et le rôle du médecin généraliste :

Demandez vous de Jaddo (21.09.15)

Hibernatus de Jean Baptiste Blanc (24.01.16)

#TeamBisounourse : la MG c’est la vie de Farfadoc (30.08.18)

 

 

Documentation sur la discipline :

 

La médecine générale vue par les médecins généralistes libéraux (Revue francaise des affaires sociales 2011 - France)

La place et le rôle de la médecine générale dans le système de santé (Rapport Druais de Mars 2015 - France)

So, you want to be a GP ? (RCGP — UK)

Me, i’m just a GP… ( Huffpost — UK)

The Path To Primary Care : Who Will Be The Next Generation Of Frontline Doctors ? (New England Public Radio — USA)

Why i’m becoming a primary care doctor (The Atlantic — USA)

They call it “primary” care because it comes first — and it should (Health populi — USA)

 

 

 

Je suis David Saint-Jacques, je suis médecin de famille. from FMEQ on Vimeo.

 

Assistants médicaux et CPTS : de bonnes idées, de mauvais accords

Après la décision de MG France, début Juin 2019, d'accompagner la signature d'autres syndicats médicaux sur les projets d'accord conventionnels concernant les Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) et les assistants médicaux, les syndicats CSMF et SML ont accepté le week-end dernier de parapher ces deux textes (1).

Vu le poids de ces syndicats, les accords conventionnels signés ce matin, pourront entrer en vigueur à compter de cet été, malgré le vote négatif des adhérents de la FMF mardi.

Outre l'UFML qui avait pris position contre les CPTS et les assistants médicaux dès leur annonce par le Président de la République en septembre 2018, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s'est positionné en deux temps, Janvier (2) et Mai (3) 2019 : tout en rappelant qu’il était favorable aux assistants médicaux et aux CPTS (ça faisait même partie de ses revendications !), le SNJMG a rejeté sans ambiguité les projets d’accord censés les mettre en place. Cette décision avait aisément fait consensus en interne et n'avait pas provoqué de critique en externe (NB : Du fait de son profil singulier, le SNJMG est habitué à des réactions parfois violentes contre ses prises de position).

Conscient depuis le départ de la faiblesse des marges de négociation pour les syndicats médicaux, le SNJMG prend acte de la volonté des syndicats signataires de faire évoluer les accords "de l'intérieur" et renouvelle la proposition faite à tous les syndicats de travailler ensemble à des projets alternatifs à ceux du gouvernement et de l’Assurance Maladie.

Car, le SNJMG ne veut pas se résoudre à abandonner les médecins généralistes qui au quotidien agissent au mieux de leurs moyens et en bonne intelligence avec les autres professionnels de santé pour assurer une médecine de qualité, malgré des conditions démographiques défavorables, auprès de populations trop souvent soumises à la double peine de problèmes de santé liés à des difficultés socio-économiques.

Comme bon nombre de ces médecins, le SNJMG demande une évolution des conditions d'exercice leur permettant de travailler mieux et dans le cadre d'une inter professionnalité améliorée, soutenue par l'Assurance Maladie, sur la base du volontariat (sans pénalisation des non volontaires). Malheureusement, les accords conventionnels ne nous apparaissent pas en mesure de répondre à ces attentes.

Avec ces accords, les assistants médicaux seront bien souvent de petites mains (sans compétence professionnelle définie ni profil de formation évident) permettant aux médecins de répondre à la demande administrative d'augmentation des actes, avec comme principal critère d'attribution la participation à une organisation administrative des soignants et non l'aide aux médecins en zones démographiquement fragiles.

Avec ses accords, les CPTS se présentent comme des structures d'une complexité administrative très peu engageante. De plus, leur création s'accompagne de la mise en place - une première depuis le projet mort-né de contrats solidarité-santé de la loi HPST (4) - d'un mécanisme évoquant le « bonus / malus » envisagé par le gouvernement et l’Assurance Maladie pour « inciter fortement » les médecins à participer à une organisation territoriale (5) : d’un côté, amélioration, à compter de 2022, de la rémunération « forfait structure » pour les médecins participant à une démarche de soins coordonnée (dont les CPTS) mais, d’un autre côté, diminution dès 2020 puis suppression totale en 2022 de la rémunération « forfait structure » des médecins n'y participant pas. En dehors de la disparition de facto d'une rémunération forfaitaire de certains médecins, cette mesure fait logiquement craindre l'extension de ce mécanisme aux autres rémunérations forfaitaires.

Le SNJMG, opposé aux mesures coercitives et qui milite depuis sa création contre la course à l'acte et pour la diversification des modes de rémunération des médecins (6) ne peut que s'opposer à de telles perspectives !

En présentant les projets d'accord en Mai 2019, le directeur de l'Asssurance Maladie, Nicolas Revel, avait déclaré (7) : « Quand on regarde les objectifs fixés en termes d’augmentation d'activité, on est en moyenne autour de deux consultations supplémentaires par jour ». Ces derniers jours, la ministre de la Santé, Agnes Buzyn , a annoncé sur différentes stations radios (8) : « (les accords conventionnels vont) permettre aux citoyens d’accéder à des consultations sans rendez-vous (afin de désengorger les services d'urgences) ». Entre ces deux déclarations, il est prévisible que si, au départ, les contraintes imposées aux médecins volontaires ne sont pas hors de portée, notamment d’un point de vue matériel, elles pourront très rapidement s'accroître alors que toute voie de sortie sera rendue de plus en plus malaisée.

 

Contact Presse : Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

  1. : La réorganisation térritoriale des soins est lançée (Les Echos)
  2. : Communiqué du 16 janvier 2019 et Communiqué du 23 janvier 2019(SNJMG)
  3. : Communiqué de Mai 2019 (SNJMG)
  4. : La loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) de 2009 prévoyait la création de contrats solidarité-santé pour répondre aux difficultés de démographie médicale. ces contrats stipulaient que les médecins des zones sur dotées auraient obligation, à compter de 2012, d’assister leurs collègues des zones sous-dotées. A défaut d’une telle assistance, ils auraient été astreints au versement d’une contribution de solidarité pouvant aller jusqu’au montant du plafond de la Sécurité sociale, destinée à financer des mesures d’incitation à l’installation dans les zones sous-dotées. La suppression de ces contrats étaient l'une des revendications du mouvement de contestation des médecins généraliste en 2010 (NB : le SNJMG représentait, seul, les futurs et jeunes médecins dans ce mouvement). Suite au succès de ce mouvement, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports, annonçait le 25 juin 2010 l'abandon de ces contrats.
  5. : Le délicat regroupement des professionnels de santé (Les Echos)
  6. : Intervention de Benoit Blaes (Le quotidien du médecin)
  7. : Entretien avec Nicolas Revel (Le quotidien du médecin)
  8. : Entretien avec Agnes Buzyn (Cnews)