100 recommandations pour un avenir meilleur ? Pour certaines, oui... mais pas pour d’autres !

L’ensemble des structures d’étudiants en médecine et de jeunes médecins (ANEMF, ISNAR-IMG,ISNCCA, ISNIH, ReAGJIR et SNJMG) et déplorent que soient mises par écrit des idées et des propositions réactionnaires, basées sur des faits et des expériences non représentatifsde la réalité du terrain.

 

 Nous condamnons fermement les propositions 57 à 59 qui sont en totale contradiction avectoutes les études réalisées sur les phénomènes régissant l’installation des jeunes médecins.

 

Les jeunes médecins fuient déjà massivement l’exercice libéral. Pour ceux d’entre eux qui s’yengagent, il a clairement été démontré par plusieurs études que, pour une très grandemajorité des jeunes médecins, le remplacement est une étape importante et indispensableavant l’installation définitive.

 

Brider le remplacement et la primo-installation, c’est brimer ces jeunes médecins qui ontchoisi l’exercice libéral, c’est aggraver le manque d’attractivité pour ce mode d’exercice et encourager la fuite vers d’autres pratiques.

 

CMSF et SML s’accordent pour dire, dans leur proposition 67, qu’“il faut préférer la carotte aubâton”. Pourquoi alors détourner le bâton vers leurs plus jeunes confrères ?

 

Loin des conflits de générations, et dans un esprit de solidarité intergénérationnelle, les tudiants en médecine et jeunes médecins n’aspirent qu’à travailler de concert avec leursaînés pour bâtir le système de soins de demain.

 

Nous refusons encore une fois de supporter seuls le poids d’une gestion désastreuse de ladémographie médicale durant les trois dernières décennies.

Statut de l'interne en médecine : Bien mais peut mieux faire !

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) qui rassemble internes, remplaçants et jeunes installés ou salariés en Médecine Générale, a pris connaissance du nouveau statut de l’interne en médecine qui vient d'être publié au « Journal officiel » (décret du 8 octobre publié le 10).

La précédente rénovation du statut de l'interne datait de 1999. Il s'agissait alors d'une vaste remise à plat du statut qui faisait suite aux grèves des internes en médecine de 1998 et 1999, dont le SNJMG était partie prenante.

La rénovation de 2010 relève plus de réajustements formels d’adaptation réglementaire à la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST).

Mais, il y a aussi dans ce texte quelques nouveautés répondant à certaines revendications communes des organisations d'internes en médecine. Et, il est légitime de penser que le dernier mouvement de grève des internes en 2007 n'est pas pour rien dans ces nouveautés...

Parmi ces nouveautés, il faut noter :
-  l'inscription dans le statut de l'interne de l’indemnité de sujétion pour les "premier" et "deuxième" semestres (NB : le SNJMG avait obtenu en 1996 l'attribution de cette indemnité aux internes de médecine générale en "premier semestre", mais cette indemnité, comme celle des "deuxième semestre", faisait l'objet d'arrétés distincts du statut de l'interne) 
- l'évolution positive de droits sociaux : élargissement de la mise en disponibilité avec prise en compte des couples "pacsés" , création d'un congé de présence parentale et d'un congé de solidarité familiale, possibilité de temps partiel thérapeutique...
- la conservation pour les étudiants nommés "faisant fonction d'interne" à l'issue de leur internat, du bénéfice du montant des émoluments qu'ils perçoivent au cours de leur dernière année d'internat (nouveauté correspondant pour partie à une ancienne revendication du SNJMG).

Enfin, le SNJMG apprécie particulièrement que la nouvelle rédaction du statut de l'interne étende officiellement le repos de sécurité aux activités hospitalières, universitaires et ambulatoires (Article R6153-2). Ainsi, l'activité ambulatoire s'aligne t elle progressivement sur l'activité hospitaliere ou universitaire sur la question sensible des gardes, comme le demande le SNJMG depuis les grèves concomittantes des internes et des médecins généralistes de l'hiver 2001/2002. 
 
Au delà de ces nouveautés bienvenues, le SNJMG souhaite que cette rénovation partielle soit le premier pas vers une réforme plus ambitieuse du statut des internes et des faisant fonction d'internes en médecine. 

Résultats URPS 2010 - Collège Médecins Généralistes

Résultats nationaux (mis à jour le 06.10.10) :

 

Taux de participation :  47 % (50.4 % en 2006)

 

Bulletins exprimés :

 

MG France : 30,20% (31,2% en 2006 et 30,9% en 2000)

CSMF : 26,97%  (25,9% en 2006 et 40,9% en 2000)

SML : 19,10%%   (10,5% en 2006 et 15,9% en 2000)

UG/FMF : 18,4 %  (28,8% en 2006 en cumulant les listes Espace Généraliste et FMF-Généralistes)

Union Collègiale : 3,80 %

Alliance : 0.90 %

 

Elus par régions  : Voir page dédiée en haut de la colonne de droite

 

NB : Résultats globaux pour les autres collèges :

Dans le collège des chirurgiens, des anesthésistes et des gynécologues-obstétriciens, création de la loi HPST, le syndicat Le Bloc, nouvelle organisation composée du SYNGOF, de l’AAL et de l’UCDF, domine avec 57% des voix. La CSMF totalise 18,9% des voix, le SML 14,7%,  la FMF 7,2% et l'Union Collégiale 1,4%.
Dans le collège des autres spécialistes, la CSMF est majoritaire avec 51.3% des voix, suivie du SML avec 31% et de la FMF avec 15,1% ; Union Collégiale et Alliance ferment la marche avec 1 % chacun.

Flash spécial (05.10.10)

Bonjour

 

Le SNJMG a publié ce matin sur son blog les résultats de la première élection aux Unions Régionales de Professionnels de Santé (URPS) : taux de participation, résultats nationaux et élus régionaux.

 

Il convient aussi de signaler que, le 30 septembre 2010 (le lendemain de la clôture du vote aux URPS), la CSMF et le SML ont présenté leur projet d'entraver le libre choix du mode d'exercice des jeunes médecins en limitant la durée du primo remplaçant...

 

Enfin, à l'occasion des choix de stages d'internes pour l'hiver 2010/2011, nous invitons les IMG en exercice comme les nouveau IMG à utiliser le site d'évaluations de stages fait par et pour les internes : plus de 6350 évaluations disponibles gratuitement !

 

A bientôt !

Médecins remplaçants : la charge anti jeunes médecins de la CSMF et du SML

La semaine derniere, la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) et le Syndicat de la Médecien Libérale (SML) ont fait connaître leurs 100 recommandations pour l'avenir libéral de la médecine.
 
Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), qui rassemble des internes, des remplaçants et des jeunes installés et salariés en Médecine Générale, a pris connaissance de ces propositions et a été aterré à la lecture de la proposition 59 :
- limitation durée d'exercice du primo remplaçant (mode d'exercice transitoire et exceptionnel)
 
Pour le Bureau National du SNJMG, cette proposition est contre productive en matière de démographie médicale et révélatrice des conceptions anti jeunes médecins de ces deux syndicats médicaux.
 
C'est une mesure contre productive en matiere de démographie médicale parce qu'elle va automatiquement diminuer l'offre de remplaçants sans pour autant faire baisser la demande de remplaçants : veut on rendre encore plus difficile l'exercice des médecins installés en compliquant leur recherche de remplaçants ?
 
C'est une mesure révélatrice des conceptions anti jeunes de la CSMF et du SML parce qu'elle cible le primo remplaçant.

Et le comble, c'est que se sont les syndicats qui se revendiquent le plus du "libéralisme médical" et qui se flattent d'un projet d'avenir pour la médecine libérale, qui freinent le plus devant les nouveaux modes d'exercice et plus particulièrement les modes qui plaisent aux médecins de maintenant et de demain, dont le remplacement est un exemple.
 
Cette proposition CSMF/SML est donc totalement rejetée par le SNJMG au nom du libre choix des médecins de leur mode d'exercice.
 
Le SNJMG se bat pour faire de la Médecine Générale une discipline valorisée, ouverte à différents modes d'exercice et aussi à différentes expériences professionnelles ; il n'ecceptera jamais les propositions corporatistes délétères pour la Médecine Générale, les médecins et l'accès aux soins.

 

 

NB : les internes et les médecins remplaçants peuvent suivre le dossier dédié aux tentatives de contraintes du remplacement.

Le SNJMG accueille la promotion 2010 d'Internes de Médecine Générale

Le SNJMG organise le vendredi 1er octobre à 14h30 dans la salle de conférence de la BRED, 18 Quai de la Rapée, Paris 12° (Metro Gare de Lyon ou Austerlitz) un réunion d'accueil et d'information de la promotion 2010 d'Internes de Médecine Générale (IMG).

 

Au coté des responsables du SNJMG, seront également présents des représentants de :

- la Banque Populaire (services bancaires pour internes),

- le Sou Médical/MACSF (assurances professionnelles),

- les Revues Prescrire et Médecine, seules revues de formation médicale indépendantes de l'industrie pharmaceutique (aide documentaire aux internes),
- SOS Médecins (possibilités de remplacements pendant l'internat).

 

NB : une page dédiée apporte tous les renseignements complémentaires sur cette réunion

 

 

Lettre d'information du SNJMG #123

Bonjour

 

Depuis lundi, le matériel de vote arrive progressivement par courrier postal chez chaque médecin généraliste installé(e) conventionné(e).  Chacun(e) peut voter par correspondance jusqu'à mercredi 29 septembre 2010 pour la premiere élection aux Unions Régionales de Professionnels de Santé (URPS).

Cette élection est organisée dans un temps particulièrement court (moins de 6 mois après les publications des décrets au Journal Officiel), avec un vote au sortir de l'été, avant des échéances importantes pour la Médecine Générale. Le SNJMG a déploré ces conditions et devant les faibles possibilités de représentation laissées aux jeunes médecins généralistes, a décidé de ne pas présenter de candidats officiels. Toutefois, attaché aux valeurs démocratiques, le SNJMG invite tous les jeunes médecins généralistes à participer à cette élection en leur donnant ses conseils de vote.

 

Cette semaine également , l'Assurance maladie a lancé la campagne de vaccination anti grippale 2010/2011. Après le succès rencontré l'année dernière par ses fiches de conseils pratiques vis à vis de la grippe A, le SNJMG met à la disposition de tous une fiche pratique concernant la campagne de cette année. Pour en disposer, merci de vous manifester à l'adresse : secretariatsnjmg@orange.fr

Signalons au passage que, pour l'instant, le gouvernement se sort sans trop de mal de l'échec de son plan de vaccination contre la grippe A l'année dernière. Certes, le rapport de l'Assemblée Nationale, établi dans des conditions discutables et publié à la veille du 14 juillet, a conclu à un "échec de santé publique" mais il a dédouané les autorités publiques de toute responsabilité : seuls les professionnels de santé "libéraux" sont accusés d'un manque de soutien à l'action publique ! Quant au rapport du Sénat, qui critique, sans ambiguité, l'attitude du gouvernement vis à vis des laboratoires pharmaceutiques, il a été publié en plein désert médiatique le 06 aout 2010...

 

Derniere actualité du moment, l'amphi de garnison d'où va sortir la nouvelle promotion d'Internes de Médecine Générale : cette année, la première étudiante à choisir Médecine Générale est classée 18eme aux epreuves classantes nationales (ECN) ! On peut y voir une preuve du bien fondé d'une des revendications fondatrice du SNJMG : suppression du résidanat de médecine générale et de l'ancien concours de spécialités + mise en place d'un Internat de Médecine Générale accessible par des epreuves classantes communes à toutes les spécialités (la Médecine Générale étant reconnue à l'égal des autres spécialités). Il reste donc à se battre pour que la Médecine Générale soit dans les faits (et pas seulement sur le papier) à l'égal des autres spécialités et pour que son exercice conventionné soit véritablement attractif...

 

Pour terminer sur les Internes de Médecine Générale, nous leur rappelons tout l'interêt de faire leurs évaluations de stages, et de consulter celles de leurs collègues, sur le site d'évaluations géré par et pour les internes : plus de 6250 évaluations sont déjà disponibles !

NB : Suite à de nombreuses demandes, nous mettons aussi à leur disposition un récapitulatif sur les congés paternité durant l'internat.

 

Bonne rentrée à tou(te)s !

Elections URPS : le SNJMG appelle les jeunes installés en Médecine Générale à participer au vote

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), qui rassemble des internes, des remplaçants et des jeunes installés et salariés en Médecine Générale, déplore les modalités de vote des médecins généralistes aux premieres élections aux Unions Régionales de¨Professionnels de Santé (URPS). Ces modalités de vote réduisent la représentation des jeunes médecins généralistes à une portion congrue et transforment un nécessaire débat démocratique en une concurrence électorale de quelques jours. C'est pourquoi, le Bureau National du SNJMG a décidé de ne pas présenter de candidats officiels à cette élection.
 
Toutefois, le SNJMG est profondément attaché aux valeurs démocratiques. Aussi, le Bureau National du SNJMG appelle tous les jeunes installés en Médecine Générale, à participer au vote.
En l'absence de candidats officiels du syndicat, il propose de voter pour les listes qui se rapprocheront le plus des positions du SNJMG :
- Opposition à la réforme de 2004 et à sa déclinaison conventionnelle de 2005 qui ont pénalisé les patients, la Médecine Générale et les jeunes médecins généralistes,
- Dénonciation des orientations de la loi HPST visant à transformer les hôpitaux en entreprises, les médecins généralistes en officiers de santé et l'education thérapeutique en outil potentiel de communication de l'industrie pharmaceutique,
- Denonciation de la calamiteuse gestion de l'épidémie de grippe A,
- Soutien au mouvement de protestation des médecins généralistes (animé par l'intersyndicale MG-France, Syndicat de la Médecine Générale, Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes, Union Collégiale, Union Généraliste-FMF)
 
Si, dans une région, aucune liste ne satisfait les jeunes installés en Médecine Générale, le Bureau National du SNJMG les incite, malgré tout, à voter en utilisant un bulletin nul.

Le SNJMG présent aux choix d'internat

Ce jour débute à Lognes l'amphithéatre de garnison au cours duquel les étudiants ayant validé leur Deuxième Cycle d'Etudes Médicales (DCEM) vont choisir leur spécialité et leur région d'internat.

 

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), qui rassemble internes, remplaçants et jeunes installés en libéral ou salariés, sera présent à Lognes pour se présenter aux nouveaux Internes de Médecine Générale et les accompagner lors ce premier temps dans la discipline médicale qui ont choisi d'embrasser.

Elections URPS : les jeunes médecins généralistes déplorent les conditions du premier vote

Initialement, les Unions Régionales de Professionnels de Santé (URPS), mises en place par la loi HPST, offraient l'espoir d'un véritable rôle d'intervenant dans la politique de santé (à la différence des Unions Régionales des Médecins Libéraux - URML - créées par les ordonnances Juppé et appelées à céder la place aux URPS).
 
Hélas, à l'occasion de la "concertation" accompagnant la loi HPST, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), qui rassemble internes, remplaçants et jeunes installés en libéral ou salariés, s'est plaint de voir le mode d'election bloquer la représentation des médecins à une liste restreinte d'organisations, et l'organisation de ces URPS limiter la répresentation de la Médecine Générale au simple maintien d'un college electoral spécifique.
 
De plus, ces premières elections de médecins aux URPS se font dans un temps très court (entre juin et septembre 2010), limitant de facto la campagne électorale à quelques jours, à une époque de l'année où les médecins ne sont pas les plus disponibles et, qui plus est, avant d'importantes échéances pour la Médecine Générale : Rapport de la Misssion Hubert sur la médecine de proximité et présentation du PLFSS 2011.
 
Dans un tel contexte, et compte tenu de l'exclusion des remplaçants du vote, le Bureau National du SNJMG a décidé de ne pas présenter de candidats es qualité, dans cette élection d'allure vérouillée, déconnectée des vrais débats sur la politique de santé.
Sur le terrain, le SNJMG continuera à participer (au sein de l'intersyndicale) au mouvement de protestation des médecins généralistes initié au début de l'année 2010.