Aides à l’installation de médecins : le bilan globalement négatif des contrats de praticiens territoriaux

 

Le Dr Sophie Augros, déléguée nationale à l'accès aux soins, a remis, lundi 16 septembre 2019, à Mme Agnès Buzyn, ministre de la Santé, un état des lieux des aides à l'installation des jeunes médecins dans les territoires sous dotés.

Bien qu’ayant participé aux réunions préparatoires en tant que premier syndicat dans l’histoire à représenter spécifiquement, outre les internes, les médecins remplaçants et les jeunes installés en Médecine Générale, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s’étonne de ne pas avoir reçu ce rapport et que ce rapport ne soit pas disponible sur le site Internet du ministère de la Santé.

C’est donc sur la base d’articles de presse et des éléments que nous avons recueillis lors de notre participation aux réunions de travail, que nous livrons une première analyse sur les contrats de praticiens territoriaux dont notre syndicat avait dénoncé, dès leur création, leur caractère de « gadget » (1).

Premier contrat créé en 2013, le contrat de Praticien Territorial de Médecine Générale (PTMG) affiche des résultats peu convaincants. Selon les estimations citées dans le rapport, il y aurait eu 1208 contrats cumulés entre janvier 2013 et avril 2019. Le premier enseignement de ce résultat est que le nombre de contrats signés est resté à un bas étiage : il est passé de 123 contrats signés en 2013 (NB : Marisol Touraine annonçait 180 contrats signés pour l’année 2013) à 225 en 2015 avant de refluer à 207 en 2018 (alors qu’à titre de comparaison, les promotions d’internes de Médecine Générale ont dépassé les 3400 personnes par an, entre 2012 et 2018). De plus, ce contrat peine à rivaliser avec l’aide conventionnelle à l’installation (moins de 8% de recours au PTMG contre 68% de recours au CAIM - Contrat d’Aide à l’Installation Médecin), alors que celle-ci est plus récente (2017 contre 2013) et qu’elle ne bénéficie pas du même engagement de l’Etat (campagnes promotionnelles au niveau du ministère et des ARS).

Au-delà de ces réalités comptables, il faut étudier le profil des signataires du PTMG. Sur un échantillon de 150 signataires, seuls 2/3 des bénéficiaires étaient remplaçant-e-s (et non installé-e-s) lors de la signature. Et sur ce même échantillon, il y avait 8% de signataires du CESP (2), c’est-à-dire d’étudiant-e-s qui s’étaient déjà engagé-e-s à s’installer en territoire sous doté via leur CESP.  Ansi, le nombre de jeunes médecins qui, entre janvier 2013 et avril 2019, se sont installés en territoire sous doté du seul fait du contrat PTMG est sensiblement plus faible que les 1208 revendiqués. Enfin, ce contrat a surtout constitué pour les signataires une sécurité financière leur permettant de s’installer plus tôt que prévu (3). Tout ceci faisant plus penser à un effet d’aubaine qu’à un véritable effet incitatif.

Concernant les autres contrats de praticiens territoriaux, l’énoncé des résultats se passe de commentaire : PTMA (praticien territorial de médecine ambulatoire), 71 signataires et PIAS (praticien isolé à activité saisonnière), 9 signataires.

Un mot toutefois sur le PTMR (Praticien Territorial Médical de Remplacement) : 19 contrats signés sur 200 contrats par an proposés entre 2017 et 2018, soit 4.75 % de contrats ayant trouvés preneurs. Dire que Mme Marisol Touraine avait présenté à l’Assemblée Nationale cette mesure comme étant une réponse à une demande des médecins remplaçants : ces chiffres, après les critiques du SNJMG, prouve qu’il n’en était rien…

En toute logique, le Dr Sophie Augros propose à la ministre de ne pas renouveler ces contrats ; c’est bien sûr une proposition que soutient le SNJMG.

Quant à la proposition de les remplacer par un contrat unique revisité, c’est peut être une délicate attention à l’égard de tous les responsables qui s’étaient impliqués dans cette politique de contrats territoriaux mais le SNJMG rappelle sa préférence pour une amélioration d’ensemble des conditions d’installation et d’exercice des Médecins Généralistes avec des modulations positives en fonction du lieu d’exercice.

 

Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

  1.  : Communiqué du SNJMG sur la création du PTMG
  2.  : Le CESP est bourse d’étude offerte aux étudiants et internes en médecine ou en dentaire en contre partie d’une installation en zone sous dotée (3 185 étudiants ou internes signataires depuis 2010, soit environ 398 par an alors que les promos en médecine dépassent 8000 personnes par an)
  3.  : « Le PTMG n'a pas influencé mon lieu d'installation car je savais que je voulais m'installer dans ce village. J'ai d'abord choisi où je voulais m'installer, puis ensuite s'il y avait des aides ou non. Sans cette aide je pense que je ne me serais pas installée directement : j'aurais fait des remplacements multiples avant pour avoir une sécurité financière. » Une signataire du contrat PTMG citée dans le rapport

Journée mondiale de la maladie d'Alzheimer

ECN 2019 : Fin des choix, direction internat !

 Il ne reste que 2 jours de choix d'internat mais tous les postes d'internes de MG sont déjà pris à Strasbourg, Rennes, Nantes, Lyon et Grenoble, Toulouse et Montpellier.

Le SNJMG rappelle qu'il propose aux futurs internes de MG des présentations de leur futures subdivisions d'internat, avec les infos concernant l'accueil sur place de la nouvelle promotion et de leur premier choix de stages :

Autres subdivisions :
 
 
Le SNJMG invite tous les futurs IMG sur Paris ou ailleurs en France (metropole et outre mer) à sa réunion d'accueil le 26 septembre 2019 à partir de 18 h dans les locaux parisiens de la revue Prescrire (68 Boulevard Richard Lenoir, 75011 Paris, Métro Ligne 5, Station Richard Lenoir).
 
Intervenants :
- Dr Sayaka Oguchi (présidente du SNJMG)
- Dr Bruno Toussaint * (Rédacteur Revue Prescrire)
- Pr Philippe Zerr (Coordination du DES de MG en Ile de France)
- Martin Hirsch * (Directeur AP-HP)
* : ou son/sa représentant-e
 
Lors de cette réunion, des packs de bienvenue seront distribués aux participants. Les participants pourront égalemnt se restaurer autour d'un buffet convivial ; cette année, le thème du buffet sera la cuisine libanaise (plats avec viande hallal ou salades végétariennes + desserts levantins).
 
NB : Même si cette réunion s'adresse principalement aux nouveaux IMG en Ile de France, elle est bien sûr ouverte aux parisiens et aux personnes présentes sur Paris qui feront leur internat de Médecine Générale ailleurs qu'en Ile de France, puisque outre les spécificités de l'internat de MG en Ile de France, nous parlerons inévitablement de tout ce qui sera commun à tou-te-s les internes de Médecine Générale de France.
 
Afin de pouvoir vous adresser personnellement les codes d'accès aux locaux de Prescrire mais aussi afin de prévoir au mieux le buffet convivial et les packs de bienvenue qui vous seront offerts lors de la réunion, nous vous remercions de vous inscrire sur notre formulaire en ligne.

NB : Si pour quelque raison que se soit (indisponibilité, éloignement...), vous ne pouvez pas assister à cette réunion mais que vous voulez disposer des principales informations que nous donnerons sur l'internat de Médecine Générale et/ou recevoir vos packs de bienvenue, merci de vous signaler auprès de notre secrétariat.

 

Temps de travail des internes : la mauvaise volonté permanente des gouvernements (au mépris des étudiants et des patients)

 

Voici plus de 20 ans, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a été pionnier dans le combat pour l’amélioration du statut des internes de médecine en appelant, avec la FNSIP et l'ISNI, à la grève pour obtenir un encadrement du temps de travail et un repos de sécurité après une garde.

 

Après 4 grèves nationales (1998, 1999, 2000 et 2001) dans les quelles le SNJMG s’était pleinement investi (1), le repos de sécurité et la limitation du temps de travail à 48 heures par semaine avaient été finalement mis en place, en accord avec une directive européenne de 1993, réactualisée en 2003 (2).

 

Début des années 2010, le SNJMG faisait le constat, avec la FNSIP, l’ISNI et le SNIO, que le repos de sécurité n’était pas respecté en tout temps ni en tout lieu et qu’en moyenne, le temps de travail des internes dépassait largement la limite théorique des 48h hebdomadaires. Ce constat avait naturellement débouché sur deux nouveaux mouvements de grève des internes en 2012 et 2014 (3).

 

Avec ces deux grèves et sous la pression de la commission européenne (4), la ministre de la Santé de l’époque, Mme Marisol Touraine, mettait en place le 04 mai 2015 une réforme du temps de travail des internes ; réforme loin de satisfaire le SNJMG (5).

 

A l’occasion de cette rentrée universitaire 2019, l’ISNI a publié un enquête (6) démontrant que, malgré la réforme de 2015, le temps de travail des internes dépassait les 55h hebdomadaires et que près de 1 interne sur 3 ne bénéficiait pas de repos de sécurité.

 

En réponse, l’actuelle ministre de la Santé, Mme Buzyn, a annoncé le 15 septembre 2019 la création d’un temps de travail additionnel (TTA) pour les internes dépassant les 48 heures.

 

Même si la ministre peut faire valoir une mesure d’exception contenue dans le droit européen, cette annonce est inacceptable pour le SNJMG : elle revient à acheter, dans tous les sens du terme, l’acceptation du non respect d’un texte de loi, au mépris de la santé des internes et de celle des patients qu’ils prennent en charge, du fait de leur propre état de fatigue physique et/ou psychologique (7).

 

Le SNJMG appelle donc à un sursaut de la ministre de la Santé. Nous attendons qu’elle suspende cette mesure et qu’elle impose aux hôpitaux une organisation sacralisant le repos de sécurité et permettant le respect effectif de la limite de 48h de travail hebdomadaire.

 

Nous sommes disponibles pour lui communiquer (seul ou avec d’autres organisations de futurs et jeunes médecins) un ensemble de propositions lui permettant d’arriver à tel résultat.

 

 

Contact presse : Dr Sayaka Oguchi

 

 

  1.  : Les internes des hôpitaux font la grève des gardes (La croix, 1999)
  2.  : Directive européenne 2003
  3.  : Grève des internes de Médecine Générale le 17 novembre 2014 (SNJMG, 2014)
  4.  : Le temps de travail des internes en médecine français n’est pas conforme au droit de l’Union (Dalloz, 2014)
  5.  : Temps de travail des internes : le SNJMG organise la vigilance (SNJMG, 2015)
  6.  : Les internes français travaillent plus de 55 heures par semaine (France info, 2019)
  7.  : Enquête 2017

Crise des urgences : Les grèves et le pacte de refondation de Mme Buzyn

Choix d’internat en médecine : Un nouvel exemple de désinvolture à l’égard des étudiants !

 

Mardi 3 septembre 2019, suite à une phase de simulation officielle débutée le 1er aout, la procédure de choix des spécialités médicales et des subdivisions d’internat a débuté pour les futurs internes en Novembre 2019.

 

La veille, lundi 2 septembre, des étudiants se sont étonnés de la modification sensible des simulations de choix suite à une modification des postes proposés par le Centre National de Gestion (CNG), établissement public administratif sous tutelle du ministère de la santé, chargé de l’organisation de cette procédure.

 

L’explication a été donnée, pour partie (1), avec la publication au Journal Officiel le 4 septembre 2019 d’un arrêté rectificatif sur la répartition des postes d’internat proposés aux étudiants : si le nombre total de postes par spécialité et par subdivision est inchangé, il y a eu une modification de la répartition entre postes classiques et postes CESP (2), modification à la marge au niveau national mais avec parfois un impact local (3).

 

Si elle est  globalement marginale d’un point de vue comptable (faisant le bonheur de quelques un-e-s au prix du malheur de quelques autres), cette modification de postes, instituée la veille de la procédure de choix (c’est-à-dire, au dernier moment possible), sans avertir les étudiants, est humainement inacceptable.

 

Pour le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) qui accompagne les futurs internes de Médecine Générale pendant leurs choix (4), tout ceci n’est pas sans rappeler la publication le vendredi 28 juin 2019 du nombre restreint et de la répartition non homogène des postes de FST/options proposés aux internes de la promotion 2017 alors que la date limite du dépôt de candidature était fixée au dimanche 30 juin 2019 (5)…

 

Le SNJMG interpelle donc les ministères concernés (Santé et Enseignement Supérieur) : il faut en finir avec la gestion à la dernière minute des affaires concernant étudiants et internes !

 

 

Contact presse : Dr Sayaka Oguchi presidente@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

  1.  Au moment de la publication de ce communiqué, les ministères concernés n’ont toujours pas donné d’explication  officielle aux modifications de postes
  2.  Créé en 2010 suite à la loi HPST de 2009, le CESP vise à lutter contre la désertification médicale, en offrant des postes fléchés lors des choix et une allocation de 1 200 euros bruts par mois aux étudiants et internes à partir de la 2e année d'étude, contre l'engagement à exercer dans une zone sous-dotée pendant une durée équivalente à la durée de versement de l'allocation.
  3.  Par exemple, la subdivision de Tours gagne trois postes classiques (non CESP) d'ophtalmologie et perd trois postes classiques de médecine générale. Mais pour les postes CESP, il y aura trois postes de moins en ophtalmologie (NB : il y en avait quatre précédemment) et trois postes supplémentaires en médecine générale.
  4.  Le SNJMG organise une réunion d’accueil des nouveaux internes de Médecine Générale le 26 septembre 2019 dans les locaux de la revue Prescrire (inscriptions).
  5.  Voir le communiqué de presse du SNJMG de Juillet 2019

 

#ECNi2019 : Les choix

C'est ce 3 septembre 2019 que débutent les choix de spécialité et de subdivision d'internat !

Le SNJMG publie un billet d'information pratique sur cette ultime phase des #ECNi2019 et 3 fils twitter dédiés :

Le SNJMG poursuit son accompagnement de tou-te-s les étudiant-e-s qui s'apprêtent à choisir l'internat de Médecine Générale :

- Début septembre, nous poursuivons l'actualisation à de nos présentations des subdivisions d'internat (NB : vous trouverez la liste de toutes nos présentations dans notre dossier consacré aux ECN 2019).

- Et depuis début Juillet, nous animons un forum d'échange sur la Médecine Générale et son internat sur une fonctionnalité internet libre et gratuite (framateam). Les échanges sur ce forum sont organisés selon des modalités permettant d'interpeler tous les autres participants ou l'un-e d'entre eux/elles, soit de façon publique soit de façon privée. Ils sont ouverts à tous les externes ayant passé les ECN et celles et ceux qui souhaitent partager leur expérience (actuels ou anciens internes, MG en exercice). Pour y participer et, si vous êtes externe, être informé de la publication du guide d'accueil du futur interne et des rendez vous qui vont s'égréner jusqu'à l'internat, merci de vous inscrire sur le formulaire ci dessous :

 

 

Nous espérons que toutes nos actions sauront répondre à vos attentes.

N'hésitez pas à nous faire part de celles ci : que ce soit sur le forum d'échange, sur nos comptes sociaux ou auprès de notre secrétariat !

ECN 2019 : Choix de spécialité et de subdivision d'internat

Ce billet d'information fait partie de notre dossier consacré aux #ECN2019.
 
 
PHASE DE CHOIX OFFICIEL ET DEFINITIF : "AMPHI DE GARNISON VIRTUEL"
 
Rappel historique :

De 2004 à 2010, les choix de postes, appelés "Amphithéatre de garnison", s'effectuaient à Lognes (Ile de France) pendant le mois de septembre sur le principe d'une présence physique des éudiants qui donnaient leurs choix à tour de rôle suivant le classement des ECN (NB : cet amphitéatre de garnison "présentiel" était précédé d'une phase de pré choix sur Internet). 

 
Depuis 2011, l'amphithéatre de garnison est totalement "virtuel" et se déroule, tout comme la simulation (pré choix), sur Internet.
 
En 2019, cette procédure de choix se déroule sur le site d'application CELINE du 3 septembre à 8h30 et jusqu’au 24 septembre inclus avec des tranches de passage établies par rang de classement. Ces tranches de passage tiennent compte des difficultés de choix prévisibles : Tranches de passage 2019
Pour info : 
Chaque jour, le choix dure jusqu'à ce que le dernier de la tranche ait choisi et les tranches journalières sont déterminées pour un dernier choix théorique aux alentours de 16h (en pratique, ca peut se finir quelques heures plus tard).
Le CNG donne aux étudiants des estimations de l'heure de passage. Si un étudiant n'est pas connecté quand arrive son tour de choisir, le CNG l'appelle jusqu'à ce que l'étudiant réponde.

Un mode d’emploi de l’application Céline relative à la procédure de choix de postes est consultable et téléchargeable en cliquant sur le lien suivant : Mode d’emploi.

Le CNG a également publié un tutoriel video consultable en cliquant ici.

Une ligne d’assistance téléphonique (hotline) est disponible au numéro suivant : 01.77.35.61.80

A titre indicatif, les étudiants peuvent consulter les rangs limites des années précédentes dans chaque subdivision pour chaque discipline et spécialité en cliquant sur les liens suivants : 

Rangs limites 2018

Rangs limites 2017

Rangs limites 2016

Rangs limites 2015 

Rangs limites 2014 

 

L'ANEMF a également développé sur son site une aide pour la procédure de choix que vous pouvez lire en cliquant sur les liens suivants :

Procédure de choix

Choix en ligne 

 

Pour vous aider à procéder à vos choix nous vous conseillons deux outils gratuits et non commerciaux proposés par des médecins :

 

 

Le résultat des choix peut être suivi sur le listing de Celine.

 

NB : Il est normal que le nombre de postes offerts soit inférieur au rang du dernier candidat classé. Tous les étudiants ayant participé aux épreuves et validé le deuxième cycle obtiendront un poste.

 

Informations complémentaires :

- La simulation reste opérationnelle depuis le début (des l'ouverture de la phase "officieuse" en juillet) jusqu’au moment du choix définitif.

- Si un étudiant ne valide pas son choix lors de l'amphi de garnison virtuel, il est affecté en fonction des choix faits en Août lors de la phase de simulation officielle.

- Les couples d'internes peuvent demander à choisir en même temps mais cela implique que le mieux placé choisisse ce qu’il reste au rang de son conjoint (mais il garde son rang de classement pour les choix de stages lors de l’internat).
- Si un interne ne participe ni à CELINE ni à l’amphithéâtre de garnison virtuel alors qu'il a validé son D4, il est considéré comme ayant démissionné des études médicales.
- Pour cette phase de choix, les étudiants ayant signé un contrat d’engagement de service public (CESP) se connectent normalement : comme pour la phase de simulation, l’application les reconnait automatiquement.
 
 

Revue JeuneMG#24

En ce mois d'Aout, les abonnés à la revue Jeune-MG recoivent le numero d'été dont le dossier est consacré à : "Situations pédiatriques particulières en Médecine Générale"

Il y a aussi au sommaire un premier retour sur le "Congrès des Jeunes Médecins Généralistes", un dossier sur "Informatique et libertés en Médecine" et  le point sur les menaces actuelles concernant internes et remplaçants :

 

 

RAPPEL : La revue "Jeune-MG" est envoyée gratuitement à tous les inscrits sur le site internet du SNJMG qui ont manifesté leur volonté de s'y abonner.

Pour le recevoir chez vous sans frais, il suffit donc de s'incrire à notre site en signalant que vous souhaitez recevoir la revue Jeune-MG...

 

#ECNi2019 : Simulation CELINE

Le 1er aout 2019, a débuté la phase de simulation officielle "CELINE".

Le SNJMG a publié un billet d'information pratique sur cette avant derniere phase des #ECNi2019 et un fil twitter dédié :

Le SNJMG poursuit son accompagnement de tou-te-s les étudiant-e-s potentiellement intéressé-e-s ou déjà motivé-e-s par la Médecine Générale :

- Fin Juin, nous avons publié un mini dossier sur la Médecine Générale et nous avons participé à un live chat organisé par Medshake à l'occasion de la publication du classement des ECN.

- Entre Juillet et Aout, nous travaillons à mettre à jour toutes nos présentations de subdivisions d'internat. Tenant compte des remarques qui nous avaient été adressées, nous en avons profité pour revoir complètement (et enrichir) leur présentation (NB : vous trouverez la liste de toutes nos présentations dans notre dossier consacré aux ECN 2019).

- Et depuis début Juillet, nous animons un forum d'échange sur la Médecine Générale et son internat sur une fonctionnalité internet libre et gratuite (framateam). Les échanges sur ce forum sont organisés selon des modalités permettant d'interpeler tous les autres participants ou l'un-e d'entre eux/elles, soit de façon publique soit de façon privée. Ils sont ouverts à tous les externes : ceux qui veulent opter pour la Médecine Générale comme ceux qui sont éventuellement interessés par la Médecine Générale. Pour y participer et être informé de la publication du guide d'accueil du futur interne et des rendez vous qui vont s'égréner jusqu'à l'internat, merci de vous inscrire sur le formulaire ci dessous :

 

 

Nous espérons que toutes nos actions sauront répondre à vos attentes.

N'hésitez pas à nous faire part de celles ci : que ce soit sur le forum d'échange, sur nos comptes sociaux ou auprès de notre secrétariat !

 

Addendum du 30 aout 2019 :

En accord avec Medshake, un nouveau tchat national (dans le prolongement de celui du 26 juin) va être organisé le lundi 2 septembre 2019 à partir de 18h.

Derniere occasion de discussion en direct sur les choix qui débuteront le lendemain à compter de 8h30 !

L'adresse internet du tchat ne change pas : https://webchat.freenode.net/#ecni2019