Rémunération des jeunes généralistes : un scandaleux apartheid

 

La publication par l’INSEE d’un nouveau rapport sur les revenus des médecins vient jeter une lumière crue sur une situation malheureusement déjà trop bien connue et douloureusement vécue par les jeunes médecins généralistes.

Etudiée sur les cinq premières années d’exercice, la rémunération d’un nouvel installé en médecine générale est aujourd’hui moitié moindre (69.940 € par an) que celle de ses confrères des autres spécialités (141.970 € en moyenne).

10 ans après la reconnaissance de la médecine générale comme une spécialité à part entière, cette criante discrimination est devenue insupportable pour les jeunes généralistes.

Notons que la convention de 2005 a aggravé les inégalités préexistantes. Tandis que les généralistes se voyaient généreusement attribuer le titre honorifique de « médecin traitant », les autres spécialités bénéficiaient dans le même temps de l’ouverture de différentes majorations, notamment la possibilité de coter des consultations au double de la valeur de celle du médecin traitant (« C2 ») ou de pratiquer des dépassements d’honoraires (« DA ») récompensant le contournement du parcours de soins… Résultat logique : une croissance des honoraires des généralistes de 2% seulement entre 2005 et 2011, alors qu’elle a été de 11 % pour les autres spécialités… 

Autre étape de l’acharnement contre la médecine générale : le 29 novembre 2006, date de la signature de l’avenant 19. Cet avenant de la honte a contourné la reconnaissance de la médecine générale comme une spécialité en l’excluant de la « majoration provisoire clinique » (MPC = 2 €) réservée à 44 autres spécialités…

Quant à la « majoration de coordination » (MCS = 3 €), tandis qu’elle est systématiquement cotée par les autres spécialités en portant leur consultation à un minimum de 28 €, elle est interdite au médecin généraliste qui effectue la coordination et prend le temps de téléphoner et/ou d’écrire un courrier pour adresser son patient. Cherchez l’erreur !

Les généralistes ont-ils la possibilité d’échapper à ce carcan tarifaire ? Non, car la discrimination frappant la médecine générale concerne aussi le choix du secteur d’exercice. Face à l’insuffisance des revalorisations tarifaires en secteur 1, les jeunes médecins des autres spécialités sont de plus en plus nombreux à fuir vers le secteur 2, phénomène qui consacre une médecine à deux vitesses, que ce soit pour les médecins ou pour les patients. Depuis 1990, les critères restreignant l’accès au secteur 2 « protègent » les jeunes généralistes de ce genre de tentation…

Dans de telles conditions d’injustice, comment s’étonner de la désaffection des jeunes médecins vis-à-vis de l’installation en médecine générale ?

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) appelle les pouvoirs publics à redistribuer au plus vite les moyens consacrés à la santé, ceci afin de sauver la médecine générale d’une disparition hautement préjudiciable aux intérêts de la population.

Mobilisé sur cet enjeu depuis plusieurs mois, le SNJMG ne désarmera pas avant d’avoir obtenu :

  • l’ouverture de majoration provisoire clinique (MPC) aux médecins généralistes,
  • une majoration pour le médecin traitant quand la consultation comporte un acte de coordination (appel téléphonique, rédaction d’un courrier),
  • une meilleure protection par l’Assurance Maladie des praticiens conventionnés en secteur 1 pour les risques maladie, maternité ou accident du travail,
  • des dotations conventionnelles structurantes visant à l’amélioration des conditions d’exercice, en favorisant notamment l’embauche de personnel salarié dans les cabinets de médecine générale.

 

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

 

Internes, Remplaçants, Médecins Généralistes : Tous en grève le 5 février 2015

C'est aujourd’hui jeudi 5 février 2015 que toutes les générations de Médecins Généralistes sont invitées à se mobiliser pour la défense de leur métier et d’un système de soins solidaire.

 

Après avoir lancé sa campagne d'information du public dès le 23 décembre 2014, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) avait déjà appelé à participer à une journée de grève le 6 janvier 2015.

 

En réponse au succès de cette grève et à l'impact médiatique des différents mouvements de médecins, la ministre de la Santé a certes proposé des discussions, mais rien de concret.

 

Pire, la ministre a exprimé lors du groupe de travail sur « la dispense d’avance de frais » qu’il n’était pas question pour elle de remettre en cause le rôle des complémentaires dans la mise en place du futur tiers-payant, ceci malgré les implications pratiques (complexification) et politiques (privatisation rampante du système de soins) que nous dénonçons.

 

Pour obtenir un vrai changement de cap, le SNJMG appelle donc aujourd’hui à une nouvelle journée de grève des consultations (hors éventuellement prise en charge des urgences) dans les cabinets : ni Médecin Généraliste, ni Interne, ni Remplaçant !

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

Lettre d'information du SNJMG #151 bis

1. Grève des internes, remplaçants et installés en Médecine Générale le jeudi 05 février 2015

 

Jeudi 05 février 2015, c'est la journée de mobilisation de la Médecine Générale !

 

C'est après-demain que toutes les générations de Médecins Généralistes sont invitées à se mobiliser pour la défense de leur discipline et de l'accès de tous à des soins de qualité.

Grâce au préavis de grève déposé la semaine dernière par le SNJMG, les internes de Médecine Générale peuvent participer à cette mobilisation aux côtés des remplaçants et des installés.

Notre proposition pour cette journée : fermeture partielle ou totale des cabinets de Médecine Générale, pas d'interne, ni de remplaçant, ni de médecin titulaire !

Vous pouvez trouver toutes les informations sur cette journée de grève (position du SNJMG, affiche annonçant la fermeture des cabinets de médecine générale, modalités pratiques de grève pour les internes et les remplaçants) sur notre site Internet.

 

NB : Après l'annonce de cette journée de grève du 5 février 2015, d'autres organisations d'internes ont appelé à la grève pour le 04 février. Le SNJMG déplore les incompréhensions résultant de ces annonces différentes mais se réjouit que la date du 15 mars 2015 puisse faire consensus pour la manifestation nationale des (jeunes) médecins.

 

2. Déclaration ROSP 2014

 

La Sécurité sociale accorde un délai aux médecins pour la déclaration des indicateurs 2014 de la ROSP (Rémunération sur Objectifs de Santé Publique). 

Cette déclaration sera encore possible du 11 au 18 février 2015.

La ROSP « devrait » être réglée en avril 2015. 

 

A bientôt !

Tous ensemble !

Engagé dès le 23 décembre dans la mobilisation concernant la loi de Santé et le sort réservé à la Médecine Générale, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) se réjouit de l’entrée en scène des autres syndicats d’internes.

Ces derniers jours, l’ISNI puis l’ISNAR-IMG ont en effet annoncé leur volonté de participer à une réécriture de la loi de Santé, ainsi que leur intention de manifester le dimanche 15 mars, vite rejoints dans ce projet par la plupart des syndicats « seniors » déjà impliqués dans la grogne actuelle.

Le SNJMG appelle également ses adhérents et ses sympathisants à manifester le dimanche 15 mars 2015 à Paris.

Comme prévu, les motifs de l’engagement sans faille des Internes, Remplaçants, Jeunes Salariés et Installés du SNJMG seront réexpliqués à la presse ce jeudi 5 février 2015 à l'occasion de la journée de grève des internes, remplaçants et installés en Médecine Générale. 

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

Lettre d'information du SNJMG #151

 

Bonjour,

  

Voici notre lettre d'information de janvier 2015 avec au sommaire :

  

1. Grève des internes et des médecins généralistes (05.02.15)

2. Conseil National du SNJMG

3. Déclarations ROSP 2014

4. Alertes à la grippe

5. Coups de pouce

6. Petites annonces du SNJMG

 

Bonne lecture !

 

1. Grève des internes et des médecins généralistes du 05.02.15

Suite aux débats des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes du 6 décembre dernier, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a appelé ses adhérents et sympathisants à un mouvement d’action afin de sauvegarder la Médecine Générale et l'accès à des soins de qualité pour tous.

Au vu des chiffres fournis par la CNAMTS (-28.6% de FSE le 06 janvier 2015 contre - 17,21% la veille et - 2.83% le lendemain), la journée de grève à l’appel de MG-France et du SNJMG a été bien suivie.

En réponse à cette grève et aux différents mouvements revendicatifs depuis décembre 2014, Mme Marisol Touraine a concédé la mise en place de groupes de travail thématiques en vue d’amendements au projet de loi de Santé. 

Le SNJMG porte la voix des jeunes médecins généralistes dans ces groupes de travail mais l'improvisation dans leur mise en place (invitations aléatoires, calendrier ultra court...) et, pire, l'impression d'impréparation laissée par les cabinets ministériels lors des premières réunions ne plaident pas en faveur de la prise en considération des revendications des (jeunes) médecins généralistes par la ministre de la Santé...

Tout ceci de même que les visées des complémentaires sur le tiers payant et le double refus (du ministère et de la CNAMTS) d’évoquer les questions tarifaires ont conduit le Bureau National du SNJMG à appeler les internes, remplaçants, collaborateurs et jeunes installés ou salariés à une nouvelle journée de grève le 05.02.15.

(Jeunes) Médecins Généralistes : Mobilisons nous pour obliger Mme Marisol Touraine à répondre à nos revendications ! Faisons grève le 5 février 2015 !

Et merci à tou(te)s de répondre à ce questionnaire en ligne pour l'organisation de cette journée !

 

2. Conseil National du SNJMG

Si l'Assemblée Générale de Décembre 2014 a élu un nouveau Bureau National en charge de la direction du syndicat, tout membre du SNJMG peut intervenir dans les débats internes et donner son avis sur les décisions du syndicat dans le cadre du Conseil National. Il peut rejoindre ce Conseil National et/ou le quitter à sa guise en contactant le secrétariat via ce formulaire en ligne.

  

3. Déclarations ROSP 2014

Le SNJMG rappelle aux médecins généralistes collaborateurs et installés que le 31 janvier 2015 est le dernier jour pour procéder aux déclarations pour la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP). Ces déclarations qui peuvent confiner au gag et les bugs de versement de la rémunération (notamment aux dépens des jeunes installés) viennent en écho des critiques émises par le SNJMG sur cette rémunération « à la performance ».

  

3. Alerte à la grippe

Toujours dans la catégorie «gags officiels », la Direction Générale de la Santé (DGS) vient de s’illustrer avec un message urgent à destinations des médecins à l’occasion du début de l’épidémie de grippe. Dans ce message, la DGS préconise l’utilisation précoce de Tamiflu° sans donner la moindre référence scientifique pour étayer son propos... Mais il n'y a pas que la DGS à faire du n'importe quoi ! Dans un article du Monde hier, Isabelle Bonmarin, chargée de la surveillance de la grippe à l’Institut national de veille sanitaire (InVS), invite la population à vite se faire vacciner alors que l'épidémie a déjà commencé, que le délai d'immunisation suite au vaccin est de deux semaines et que le vaccin 2014-2015 ne prend en compte le type AH3N2 présent dans 62% des cas de grippes en France...

On se croirait un peu revenu en 2009 en plein festival d’incongruités sur la grippe H1N1… à moins qu’on n’en soit jamais sortis…

Pour en savoir plus : Dossier du Formindep sur le Tamiflu°

  

4. Coups de pouce du SNJMG

Nous vous rappelons  l'ouverture récente sur notre site d'une rubrique "Coups de pouce" que nous mettons à la disposition de tous les jeunes médecins généralistes.

Nous l'avons inauguré avec le questionnaire de thèse de Karolina Rogowska consacré à la télédermatologie.

La rubrique se développe avec actuellement :

- Le questionnaire du mémoire d’éthique (bio) médicale sur les médecines complémentaires et le cancer du sein de Marie Schnebelen

- Le questionnaire de thèse sur les nouveaux anti coagulants oraux en Médecine Générale de Chloé Berthelot

Merci de continuer de répondre au questionnaire sur la télé dermatologie et de contribuer aux deux nouveaux questionnaires !

  

5. Petites annonces du SNJMG

  Parmi les travaux restant à accomplir sur notre nouveau site, il y a la mise en ligne d'un nouveau service de petites annonces. En attendant, nous maintenons en ligne l'actuel service gratuit et nous vous avons sélectionné les annonces suivantes :

  

- Poste de Praticien Hospitalier temps plein dans la discipline de Médecine Générale

 A pourvoir dès février 2015 au sein de l'unité somatique de l'hôpital psychiatrique R. PREVOT à Moisselles (Val d'Oise).

L'équipe de l'unité somatique est déjà constituée d'un P.H. temps plein et d'une équipe Infirmière.

Il s'agit d'un nouveau poste créé au sein de l'établissement, qui pourrait convenir à un jeune collègue finissant son Internat de médecine générale ou son Assistanat.

L'hôpital est accessible par la route (25 mn de la porte de Paris) ou par transport (15 mn de la gare du Nord, station « gare d'Ezanville »)

Contacts :

Dr. DELASSE : PH de médecine générale : Tel. : 01 39 35 67 31

Dr. GASMAN : Chef de Pôle du secteur de Clichy-la-Garenne : 01 41 06 63 70 / 01 39 35 63 68

 

- Bourse d’installation en Seine et Marne

En Seine-et-Marne, un hôpital neuf vient d'ouvrir à Marne-la-Vallée, un autre va le faire à Melun.

Plus de 80 projets de structures d'exercice libéral collectif pluridisciplinaires sont en cours de création. Les prix de l'immobilier sont en moyenne 5 fois inférieurs à Paris.

Le Département propose aux étudiants en médecine des bourses de 1000 euros par mois.

Ces bourses vous permettront de vous installer, par exemple :

- à Marne-la-Vallée

- dans la maison de santé universitaire du Mée-sur-Seine, liée à la faculté de Paris VI (4 généralistes, 15 paramédicaux), à 100m du RER

- dans les maisons de santé associées aux maisons unversitaires de Fontainebleau ou Coulommiers (liées à la faculté de médecine de Créteil)

Un accompagnement individuel est proposé à chaque professionnel de santé pour son installation.

La Seine-et-Marne, ce sont 2 sites classés au patrimoine mondial de l'humanité, 2 universités, des pôles de compétivité, la ville à la campagne ...

Contact :

David BRESSON Mission santé du Département de Seine-et-Marne 01 64 14 70 92

david.bresson@cg77.fr

  

Tous nos vœux de bonne et heureuse année 2015 !

 

 

La voix des Futurs et Jeunes Médecins Généralistes

Dès la divulgation du contenu du projet de loi dit « de Santé », sans équivoques ni atermoiements, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a fait connaître ses points de désaccord et sa volonté d’obtenir une réécriture du texte.

La mobilisation de ses adhérents et sympathisants à compter du 23 décembre 2014 puis le 6 janvier 2015 a permis au SNJMG d’engager un début de dialogue avec les pouvoirs publics.

Malheureusement le SNJMG constate qu’un lobbying bien implanté au sein des institutions tente de faire écarter la voix des Futurs et Jeunes Médecins Généralistes de certains groupes de travail.

Ceci n’est pas acceptable et ne sera pas accepté par le SNJMG.

En effet, la place de la Médecine Générale et l’attractivité de ce métier pour les jeunes sont au cœur de la problématique actuelle.

Fort de sa transversalité (Internes - Remplaçants - Jeunes Salariés et Installés) et de son expérience (24 ans d’engagement sans concessions ni connivences), le SNJMG est particulièrement qualifié pour s’exprimer sur ces sujets.

Dans ce contexte, le SNJMG appelle à une nouvelle journée d’action le jeudi 5 février 2015, pour laquelle il dépose un préavis de grève couvrant :

Les Internes en Médecine Générale,
Les Médecins Généralistes Remplaçants ou Collaborateurs,
Les Jeunes Médecins Généralistes Salariés ou Libéraux.

Une réflexion est en cours pour coordonner des actions communes et de grande ampleur avec les autres organisations partageant nos valeurs et souhaitant s’engager plus avant dans cette mobilisation, importante pour l’avenir de notre profession et du système de Santé.

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

Espoirs et Vigilance

 

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a participé ce lundi 12 janvier à la rencontre entre Madame Marisol TOURAINE et les représentants du Front Généraliste.

 

Les membres de la délégation du SNJMG ont rappelé à la Ministre de la Santé les grands principes républicains sur lesquels sont basées nos revendications :

  • Liberté : mise à mal par le projet de loi de Santé, qui augmente encore le pouvoir des administrations, là où il faudrait donner aux médecins généralistes la responsabilité et les moyens de développer de manière efficiente les soins de premiers recours,
  • Egalité : oubliée depuis plus de 10 ans par les pouvoirs publics, qui ont reconnu la Médecine Générale comme une spécialité en théorie, mais continuent à la sous-payer en pratique, d’où notre exigence d’une ouverture immédiate de la cotation MPC (majoration provisoire clinique) et le cas échéant de la MCG ou MCS (majoration de coordination) aux médecins généralistes.
  • Fraternité : mise en danger par l’influence croissante des intérêts privés dans notre système de soins (assurances complémentaires, grands groupes de cliniques privées, industrie pharmaceutique), valeur sur laquelle nous appelons à la refondation d’une Assurance Santé publique et universelle cogérée par les patients et les professionnels de Santé.

 

La délégation du SNJMG a eu le sentiment d’avoir été écoutée avec intérêt par la Ministre.

Malheureusement, à part la constitution d’un groupe de travail sur la place de la Médecine Générale dans le système de soins, aucun engagement concret n’a été annoncé à ce jour…

En marge de cette réunion, la délégation du SNJMG a interpelé à nouveau la Ministre sur la situation tragique des « privés de thèse ». Madame TOURAINE nous a répondu que le problème était identifié et allait trouver une solution… Serait-ce une lueur d’espoir ? Le SNJMG reste vigilant et mobilisé.

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

 

L’engagement paye !

 

Hier, mardi 6 janvier 2015, de Jeunes Médecins Généralistes (Internes, Remplaçants, Jeunes Salariés ou Installés) ont bravé le froid pour battre le pavé, à Paris et dans d’autres grandes villes de France.

La manifestation parisienne, menée sous la seule bannière du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), était forcément limitée en nombre mais a réussi à rendre bien visibles et audibles les préoccupations propres aux Jeunes Médecins Généralistes, nos convictions et nos valeurs.

Après avoir déposé un courrier au Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche exprimant nos préoccupations vis-à-vis de la formation universitaire en Médecine Générale et du sort tragique fait aux «  privés de thèse », le cortège a pris la direction du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

Cette manifestation s’est conclue par la réception d’une délégation du SNJMG au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

 

Pendant plus d’une heure, la délégation a pu échanger avec les représentants de la Ministre sur :

  • Les conditions de l’internat, notamment le temps de travail et la formation,
  • La situation tragique des « privés de thèse »,
  • L’avenir du métier de médecin généraliste, sa place dans le système de Santé, les moyens à redistribuer vers les soins primaires, la refondation nécessaire d’une Assurance Santé publique et universelle afin de lutter contre la marchandisation de la Santé.

 

La date importante pour l’intégration de la problématique de la Médecine Générale dans la loi de Santé est maintenant le lundi 12 janvier 2015. En effet, le SNJMG et les autres composantes du Front Généraliste ont rendez-vous lundi matin avec Madame Marisol TOURAINE.

Le SNJMG restera ferme sur ses revendications et jugera sur pièces la volonté gouvernementale d’aboutir à une sortie de crise.

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT- Première Vice-Présidente - 01 47 98 55 94 - frelat.emilie@gmail.com

 

Informations complémentaires sur notre site www.snjmg.org

 

Un triste Noël de plus pour les « privés de thèse »

 

En ces périodes de Fêtes, synonymes de réjouissances pour la plupart des gens, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a gardé une pensée toute particulière pour la situation tragique des « privés de thèse », ces médecins bloqués à l’issue de leur 3ème cycle par une réglementation inappropriée les empêchant de valider leur thèse.

Alors que le nombre exhaustif des victimes de ces textes est toujours occulté par le Ministère chargé de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, ceux des « privés de thèse » qui en ont été informés et qui ont fait la démarche de répondre à l’enquête du SNJMG nous ont transmis une trentaine de dossiers dont la lecture est attristante, édifiante et révoltante.

La plupart de ces personnes sont en effet dans des situations professionnelle, personnelle et financière dramatiques. Rappelons qu'après une dizaine d’années sacrifiées à un cursus particulièrement exigeant, elles ne peuvent prétendre bénéficier d'aucune équivalence professionnelle (les remplacements en tant qu'aide-soignant ou infirmier sont subordonnés à un statut d'étudiant). Ces médecins qualifiés survivent donc soit avec les minima sociaux, soit grâce à une solidarité familiale, soit en ayant accepté des emplois de repli (secrétaire médicale, soutien scolaire, facteur…)

Depuis plus d’un an, le SNJMG est le seul syndicat à soutenir ces jeunes médecins et à porter ce dossier.

Après avoir interpelé de façon insistante et vaine politiques et administratifs, le SNJMG a décidé de déposer le 20 octobre 2014 un recours devant le Conseil d’Etat afin d’obtenir l’abrogation des décrets responsables de la mise sur le carreau de dizaines de nos consœurs et confrères.

Le SNJMG se réjouit de l’appui du Conseil National de l’Ordre des Médecins, ainsi que de la prise de conscience de certains syndicats seniors. L’implication de tous sera la bienvenue pour trouver une solution à cette anomalie dramatique.

Le mardi 6 janvier 2015, pour défendre la cause des futurs et jeunes médecins généralistes, le SNJMG appelle ses membres et ses sympathisants à manifester à Paris ainsi que dans plusieurs capitales régionales.

Le cortège parisien partira du Ministère chargé de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et remettra à cette occasion un nouveau courrier au sujet des « privés de thèse » à Mme Geneviève FIORASO. Un peu plus tard dans l’après-midi, il déposera le même courrier à l’attention de Mme Marisol TOURAINE au Ministère de la Santé.

Pourra-t-on enfin souhaiter une Bonne Année aux « privés de thèse » ?  Mobilisons-nous pour cet objectif !

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com