CoViD-19 : Message aux Jeunes MG (Confinement - Semaine#1)

 

Bonjour

Nous avons procédé hier à une importante actualisation de notre dossier internet (ouvert le 15 janvier 2020) consacré au nouveau coronavirus et à la pandémie CoViD-19 avec :

- nouvelles ressources de données épidémiologiques
- extension des zones à risques
- nouvelles recommandations en stade 3 (HCSP, CMG et Antibioclic)
- précisions complémentaires sur les cas particuliers
- gestion des arrêts de travail
- garde d’enfant des personnels de santé

Toutes ces informations sont disponibles à partir de cette page.

NB : Notre secrétariat reçoit depuis ce matin de nombreux messages pour dire que la garde de leur enfant n’est pas assurée. Nous conseillons à tous/toutes ceux/celles qui sont dans ce cas de nous le signaler par internet (http://www.snjmg.org/contact/secretariat) afin que nous puissions faire un recensement des lieux à problème et ensuite le communiquer aux instances responsables.

Avis aux internes de Médecine Générale, les choix de stages vont être perturbés !

Depuis l'allocution du Président de la République le 12 mars 2020, différentes subdivisions (Paris, Nantes…) ont annoncé la suspension des prochains choix de stage. 
En cette fin de journée, il se confirme que les choix présentiels sont annulés dans toutes les subdivisions avec l'objectif de faire des choix dématérialisés... en attendant, les stages actuels seraient prolongés de 1 mois, renouvelable.

Avis aux remplaçants de Médecine Générale,  le SNJMG organise une « bourse aux bonnes volontés » !

Si vous êtes disponibles pour prêter main forte à la régulation des appels, à la gestion de l’épidémie dans des cabinets de MG, aux soins auprès des personnes précaires… merci de contacter notre secrétaire pour participer à des groupes WhatsApp dédiés : 

Soyons solidaires et responsables !

 

Coronavirus en France : l’heure de vérité !

 

Comme il fallait le craindre, l’épidémie s’accélère en France, dans le sillage de l’évolution internationale (1) : l’OMS  a reconnu officiellement la pandémie mondiale et plusieurs pays européens prennent des mesures drastiques.

Même s’il n’a pas annoncé officiellement le stade 3 de l’épidémie, le Président de la République a enfin rompu avec le discours attentiste de ces derniers jours.

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) soutient les pouvoirs publics dans leur gestion de cette crise sanitaire et salue les mesures prises.

Parmi les éléments bienvenus, le syndicat se réjouit de la prolongation de 2 mois de la trêve hivernale, comme le demandaient les associations d’aide aux personnes mal logées (2) et espère que la priorité donnée aux soins s’applique à tous les patient.es notamment les personnes exilées dont l’accès au droit était remis en question dans la Loi Asile Immigration (3).

Concernant la fermeture logique des établissements scolaires, décidé en France comme dans 10 autres pays européens, le SNJMG s’interroge sur l’organisation de la garde des enfants, notamment des plus jeunes. Nous demandons qu’un des parents concernés par la mesure bénéficie de la procédure mise en place pour les familles dont les enfants de moins de 16 ans étaient contraints à « quatorzaine » et que cette procédure soit applicable sans condition relative au télétravail.

Le SNJMG apprécie également l’attention portée par le Président aux personnels de santé et au service public hospitalier. Reste à répondre concrètement aux attentes exprimées depuis 1 an par les hospitaliers alors que le gouvernement espagnol vient d’annoncer le déblocage immédiat de 3 milliards d’euros pour ses hôpitaux.

Concernant les personnels médicaux (du secteur hospitalier et ambulatoire), le SNJMG encourage une mobilisation volontaire des actuels médecins remplaçants et médecins ayant cessé leur activité de soin en privilégiant pour leur affectation, dans un objectif d’efficacité, les fonctions et lieux d'exercices antérieurs. Il reste vigilant sur l’adaptation des postes des étudiants (externes) et internes de médecine à cette mobilisation (4).

Pour tous les soignants, le syndicat appelle à une attention particulière car « un soignant utile est un soignant vivant et en bonne santé ».

Le SNJMG, qui assure une veille informative depuis le 15  janvier 2020 (5), est disponible pour une actualisation et une clarification indispensables de la prise en charge des patients en ambulatoire, pour le renforcement et la sécurisation des services d’aides à la personne (6), pour la bonne prise en charge médicale et sociale des patients en situation précaire et/ou en défaut de protection sociale (SDF, personnes en lieux de privation de liberté…), pour les arrêts de travail des personnes à risques (et des personnes vivant dans le même foyer) et pour la lutte contre toute discrimination dans la gestion de l’épidémie.

Nous sommes surpris de partager le constat du Président : « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché » et nous espérons que chacun.e s’en souviendra passé la crise. Pour l’heure, nous renouvelons nos mises en gardes concernant le respect des libertés publiques déjà « écornées » par la lutte contre le terrorisme et possiblement menacées par la gestion de la menace sanitaire.

Si la concertation sur le secteur ambulatoire qu’il avait demandée n’est plus d’actualité, le SNJMG est satisfait d’avoir été entendu ce midi au ministère de la Santé suite à l’intervention du Président de la République.

Le SNJMG souscrit à l’effort de solidarité nationale, « quoiqu’il en coûte » : c’est le moment pour tous de le démontrer !

 

Contact Presse : Benoit Blaes – presidence@snjmg.org – 07.61.99.39.22

Coronavirus en France : confusions et rattrapages


Depuis la semaine dernière, le nouveau coronavirus commence à circuler en France et le pays est logiquement passé samedi 29 février 2020 au stade 2 de l’épidémie.

Malgré l’application des protocoles issus du plan pandémie grippale de 2011, les pouvoirs publics éprouvent, comme la semaine dernière, quelques difficultés à maîtriser la gestion pratique de la maladie covid-19 en France (1).

Il y a bien heureusement des évolutions positives :

Le ministère de l’Education Nationale a défini le 1er mars 2020 (la veille de la rentrée de la deuxième zone) une position claire pour tous les élèves et tous ses personnels à l’occasion du passage au stade 2 de l’épidémie : suspension de tout voyage scolaire à l’étranger ou dans un cluster en France, abandon de toute quatorzaine pour un retour de zone à risque (pour les élèves comme pour tous les personnels de l’Education Nationale) mais maintien de celle ci dans les autres situations prévues par le ministère de la Santé (avec fermeture d’établissements dans les clusters).

Le même jour, la Direction Générale de la Santé (DGS) a levé l’obligation de confinement des médecins asymptomatiques contact de sujet malades du CoViD-19 et, le 3 mars, c’est l’Assistance Publique - Hopitaux de Paris (AP-HP) qui a pris une décision similaire pour ses personnels.

Depuis le 28 février 2020, les Agences Régionales de Santé (ARS) commencent à communiquer sur les prises en charge d’arrêts de travail en cas de « quatorzaine » et, le 04 mars, le ministère des Solidarités et de la Santé et l’Assurance Maladie ont ouvert un dispositif unique en ligne pour la prise en charge des arrêts de travail des personnes dont les enfants de moins de 16 ans sont concernés par des mesures de maintien à domicile (2).

Toutefois, cette prise en charge ne concerne qu’un seul des deux parents et qu’en l’absence de solution d’aménagement des conditions de travail lui permettant de poursuivre son activité à domicile (partant du principe qu’en télétravail, il n’y a aucune difficulté à garder seul son/ses enfant-s à domicile...).

De plus, il n’y a toujours pas de communication officielle sur les modalités pratiques des arrêts pour « quatorzaine » concernant les commerçants, artisans, professions libérales (dont professionnels de santé) et personnels hospitaliers intérimaires…

Ensuite, il y a plusieurs décisions administratives en apparence contradictoires : pourquoi annuler le semi marathon de Paris et autoriser les grands rassemblements de supporters lors de matches de football le même weekend ? pourquoi interdire le marché en plein vent de Creil et autoriser l’ouverture des supermarchés dans la même zone ?

Ces décisions d’interdiction de réunions à géométrie variable arrivent dans un contexte politique critique (contestation de la réforme des retraites et élections municipales) et pourraient interroger sur leur utilisation à des fins politiquement interessées.

Mais, c’est bien la question des masques de protection qui confine (sans mauvais jeu de mots) à l’improvisation.

D’abord, il y a eu à l’occasion du signalement des premiers cas de maladie Covid-19 en France une demande massive et imprévue de masques anti projections, dits chirurgicaux, aboutissant rapidement à une situation de pénurie. A son arrivée au ministère de la Santé, Mr Olivier Véran, a décidé la mise en circulation de 15 millions de masques chirurgicaux issus de la réserve nationale (évaluée à 160 millions de masques) : 5 millions fournis aux  établissements prenant en charge les cas confirmés de CoViD-19, aux EHPAD et aux ARS et 10 millions remis par les pharmacies (théoriquement cette semaine) aux médecins généralistes et autres professionnels de santé libéraux (le ministre précisant que 15 à 20 millions supplémentaires arriveront en fonction de l’évolution de la situation)…

Mais ces masques chirurgicaux ne concernent que les patients (dans certaines conditions, ndlr). Concernant les médecins (et autres professionnels de santé) en présence de cas suspects, les recommandations établies en Janvier 2020 prévoient l’utilisation d’appareils de protection, au moins de catégorie FFP2. Le 23 février 2020, Mr Olivier Véran, constatant l’absence de stock de FFP2 dans la réserve nationale (3), annonce la commande massive et régulière de 35 millions de FFP2 par mois. Ce chiffre correspond aux capacités maximales de production mais les fournisseurs font savoir au ministère le 27 février 2020 que les premières livraisons ne se feront pas avant 3 à 4 semaines (4). Suite à un avis de l'OMS autorisant le recours au masque chirurgical à la place du FFP2, la DGS modifie, le 28 février 2020, ses recommandations (5) pour proposer aux médecins généralistes d’utiliser 1 voire 2 masques chirurgicaux superposés au contact d’un patient suspect… alors que les recommandations officielles COREB maintiennent le recours aux FFP2 dans leur mise à jour du 29 février 2020 (6)…

Finalement, le président de la République annonce le 3 mars 2020 la réquisition de tous les stocks et de la production de masques de protection (masques anti projections et appareils de protection FFP).

A l’image de la part congrue réservée à l’ambulatoire dans le guide méthodologique (très technocratique) publié le 17 février 2020 (7), il semble que le ministere de la Santé n’a pris conscience que tardivement des défis pratiques de la gestion de la maladie dans ce secteur, pourtant prédominant en stade 3 de l’épidémie.

Aussi, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) demande une réunion de concertation au ministere de la Santé avec toutes les organisations nationales (pas seulement les représentatives) de professionnels de santé (pas seulement celles de médecins) du secteur ambulatoire afin d’organiser au plus vite ce nouveau temps de la réponse sanitaire à l’évolution de la maladie.

A cette occasion, le SNJMG rappellera la nécessité pour les pouvoirs publics de ne pas laisser perdurer dans la société des manifestations de peurs ni de racisme (8).

 

Contact Presse : Benoit Blaes – presidence@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

  1. http://www.snjmg.org/blog/post/coronavirus-en-france-tout-est-prevu-et-coherent-sur-le-papier-mais-en-pratique/1725
  2. https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/indemnites-journalieres-maladie-pour-isolement-04-03-2020
  3. : https://twitter.com/AssembleeNat/status/1234862837165625349?s=20
  4.  : https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/03/covid-19-les-autorites-accusees-d-etre-responsables-de-la-penurie-de-masques-pour-les-personnels-de-_1780256?
  5.  : https://twitter.com/ARS_IDF/status/1234398340449697793?s=20
  6.  : https://www.coreb.infectiologie.com/UserFiles/File/procedures/20200229-covid19-fichesoignants29fev.pdf
  7.  https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_methodologique_covid-19-2.pdf
  8.  : http://www.snjmg.org/blog/post/le-virus-du-racisme-est-bien-plus-repandu-que-le-virus-2019-ncov/1715

 

Lettre d'infos - Mars 2020

 

  • Maladie COVID19 dûe à un nouveau coronavirus

 

La situation évolue vite en France, notre veille informative, ouverte le 15 janvier 2020, aussi !

 

Nous vous proposons toujours notre page d'infos générales sur le virus et la propagation de la maladie :

http://www.snjmg.org/blog/post/infections-a-nouveau-coronavirus-en-chine/1708

 

Nous avons individualisé un billet pratique destiné aux (jeunes) médecins généralistes :

http://www.snjmg.org/blog/post/covid-19-reponses-aux-patients-et-cat-face-a-un-cas-suspect/1726

 

 

  • Formations SNJMG les 20 (en soirée) et 21 mars 2020 (le matin)

 

Sujet : "Thèses de MG"

Public : Thésard-es et directeurs/directrices de thèse (d'Ile de France ou d'autres régions, membres ou non du SNJMG)

Lieu : Locaux de la Revue Prescrire

Infos et inscription : http://www.snjmg.org/blog/post/session-printemps-2020-de-la-formation-these-de-mg-du-snjmg/1719

 

 

  • Acte de censure de l’Ordre des Médecins à l’encontre du SNJMG

http://www.snjmg.org/blog/post/fevrier-2020-premiere-manifestation-de-censure-syndicale-exercee-par-le-conseil-de-lordre-des-medecins/1718

 

 

  • FakeMed : Verdict CDPI de Paris

http://www.snjmg.org/blog/post/fakemed-verdict-cdpi-paris/1723

 

 

  • Manifestation en soutien au Dr Gael Nayt devant le Conseil de l’Ordre des Médecins

https://twitter.com/SNJMG/status/1232959608949530624

 

 

  • Bilan de la mobilisation nationale des internes de médecine et de pharmacie

http://www.snjmg.org/blog/post/mobilisation-pour-lhopital-et-greves-des-internes-de-medecine-les-jeunes-medecins-generalistes-defendent-un-systeme-de-sante-efficient-et-accessible-a-tous/1721

 

 

  • Santé mentale et psychiatrie : une crise qui interpelle également les jeunes médecins généralistes

http://www.snjmg.org/blog/post/sante-mentale-et-psychiatrie-une-crise-qui-interpelle-egalement-les-jeunes-medecins-generalistes/1724

 

 

  • Mise à jour au 21.02.2020 de la nomenclature NGAP des médecins généralistes

http://www.snjmg.org/blog/post/nomenclature-ngap-du-medecin-generaliste-au-21-02-20/1432

 

 

  • Changement de ministre pour la Santé

http://www.snjmg.org/blog/post/ministere-de-la-sante-de-la-relativite-des-priorites/1722

 

CoViD-19 : Réponses aux patients et CAT face à un cas contact ou suspect en Médecine Générale (stades 1 et 2)

Reconfiguré les 2, 6, 11 et 13 Mars 2020

 

NB 1 : Ce billet présente des liens hypertextes assurant une mise à jour en temps réél des définitions de cas, des zones à risques et des recommandations qui en découlent.

NB 2 : Suite aux modifications importantes de prise en charge à l'occasion du passage au stade 3, nous avons ouvert un billet spécifique pour ce stade le 21 mars 2020.

 

 

Sommaire de ce billet d'info :

Principales caracteristiques du CoViD-19

Gestion d'un cas suspect/possible de CoViD-19 en Médecine Générale (stades 1 et 2)

Gestion d'un cas contact au CoViD-19 en Médecine Générale (tous stades)

Cas du professionnel de santé contact d'un cas confirmé (tous stades)

Recommandations avant un départ à l'étranger et au retour de l'étranger (stade 1 et 2)

Documentation et références officielles

CoViD-19 et personnes en lieux de privation de liberté

CoViD-19 et risques liés à l'environnement des patients

CoViD-19 et grossesse/enfants

CoViD-19 et patients "fragiles"

CoViD-19 et port de masques de protection

Informations sur CoViD-19 à délivrer à tous les patients

Affiches d'information sur le CoViD-19 pour la salle d'attente 

 

 

Principales caracteristiques du CoViD-19

C'est une pathologie infectieuse dûe à un nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) qui se transmet de manière interhumaine directement par voie respiratoire et aussi de manière indirecte par contact surface inerte-mains-muqueuses avec un RO estimé  à 2,2 à 2,68.

La période d'incubation semble être de 5 jrs en moyenne (2-12jrs), avec un  temps de doublement de l'épidémie de 6,4 à 7,5 jours. 

La période de contagiosité n'est pas encore bien définie et il est possible qu'une personne puisse être contagieuse dans les 24h précédant les symptômes.

Différentes études retrouvent la présence de porteurs asymptomatiques (1.2 %). Sur les données du bateau de croisière Diamond Princess, le pourcentage de cas asymptomatiques a été estimé à 34,6% (95% IC : 29,4%-39,8%).

La symptomatologie clinique est variable, avec la survenue de formes non graves (comme la présence de conjonctivites, d'infections des voies aériennes supérieures ou de syndrome pseudo-grippal avec céphalées, myalgies, asthénie et parfois diarrhées) ou d'infections respiratoires basses pauci symptomatiques (fièvre, toux, absence de dyspnée mais présence d'images compatibles avec une pneumonie radiologique) voire des formes pulmonaires graves : pneumonie hypoxémiante, SDRA.

Selon l'étude JAMA du 24 février 2020, 81% des formes cliniques modérées, 14% sévères (dyspnée, fréquence respiratoire ≥30/mn, SaO2≤ 93%, PiO2 <300, et/ou infiltrat pulmonaire > 50% en 24-48h), et 5% critiques (SDRA, choc septique, et/ou défaillance MV)

2 formes évolutives :
- simple au cours de laquelle le virus reste indétectable dans le sang (données actuelles) ;
- compliquée avec une aggravation entre J6 et J10 qui se traduit par une atteinte parenchymateuse, un sepsis, des surinfections bactériennes ou fongiques.

Le taux de létalité de l'infection est estimé à moins de 1% dans  des conditions optimales de prise en charge et en cas d'absence de comorbidités (Rappel : dans l'étude JAMA du 24 février 2020, la létalité de 14.8% chez patients  ≥80 ans - 208 of 1408, 8.0% chez patients 70-79 ans - 312 of 3918, et 49.0% chez les patients en soins intensifs - 1023 of 2087). Ce taux de létalité est plus élevé dans la province de Hubei (2.9%), en Iran (8,7%) et chez les patients présentant des comorbidités. Plusieurs cas de transmission nosocomiale avec des personnels de santé ont été décrits. 

Les enfants et les adolescents sont beaucoup moins souvent atteints de formes symptomatiques : ceux de moins 10 ans représentent 1% des cas, ceux de 10 à 19 ans 1% des 72 314 cas chinois.

La distribution en fonction des classes d’âge est la suivante : < 10 ans =1% ; 10-19 ans=1% ; 20-29 ans=8% ; 30-79 ans= 87% ; ≥ 80 ans= 3%.

Pour en savoir plus : 

Etat des connaissances sur la prise en charge des patients atteints de COVID-19 (Source : COREB)

 

 

Gestion d'un cas suspect/possible de CoViD-19 en Médecine Générale (stades 1 et 2) :

 

Notion de base (avant passage en stade 3 et hors cluster) :

Le médecin généraliste fait le répérage du cas suspect, le SAMU-Centre 15 classe le cas comme possible (ou le récuse) et il est (éventuellement) confirmé par test virologique en milieu hospitalier.

 

CAT pour les patients :

 

En cas de contact avec un malade infecté au nouveau coronavirus, ou de retour d'un séjour dans une des zones à risque ou potentiellement à risque de ce coronavirus (à l'étranger ou en France), et de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), il est recommandé de rester chez soi et d’appeler le SAMU – Centre 15 rapidement, avant toute consultation chez un médecin généraliste ou dans un service d’urgence. Cette consigne est également valable depuis le 27 février 2020 pour tout patient présentant une pneumopathie grave voir un syndrome de détresse respiratoire.

Le SAMU – Centre 15, en relation avec l'infectiologue référent, classe le cas comme cas possible s'il correspond à la définition du moment (NB : du fait de la propagation inconnue de l'infection, la définition de cas possible est logiquement évolutive).

 

Si l’infection au Coronavirus COVID-19 est exclue par le SAMU – Centre 15, le cas est récusé et le patient est pris en charge par son médecin traitant habituel pour infection respiratoire aigue.

 

Si le cas suspect est classé comme possible, le SAMU – Centre 15 organisera sa venue en établissement hospitalier où se fera le test de confirmation virologique. 

 

Si le test virologique confirme le cas, le patient est hospitalisé en chambre individuelle pré-identifiée d'isolement/réanimation/soins intensifs suivant son état clinique.

 

NB 1 : En cas de difficulté de classement, le Samu-Centre 15 pourra se rapprocher de l’ARS qui mobilisera en tant que de besoin l’expertise de Santé publique France.

NB 2 : Quand un cas de Covid-19 est confirmé en France, une investigation est immédiatement mise en œuvre par les Agences régionales de santé (ARS) et les Cellules régionales de Santé publique France pour identifier ses éventuels contacts entre le début de leur maladie et leur hospitalisation. S'il y a une suspicion de transmission du virus, les personnes concernées sont informées et une conduite à tenir leur est transmise :
- être suivi durant 14 jours après le dernier contact avec le cas confirmé ;
- prendre sa température 2 fois par jour, tous les jours ;
- porter un masque chirurgical en cas d’apparition des premiers symptômes de fièvre ou de signes respiratoires ;
- appeler le 15 en cas de symptômes, en évitant de se rendre directement chez un médecin ou dans un service d’accueil des urgences. 

 

Attention ! En cas d'augmentation importante du nombre de patients à prendre en charge sur le territoire (notamment dans les situations de regroupement de cas), il convient d’adapter la filière de prise en charge des patients « cas confirmés Covid-19 » afin d’éviter la saturation des capacités d’hospitalisation. Cette adaptation repose sur la prise en charge en ambulatoire des cas confirmés Covid-19 ne présentant pas de critères de gravité, de comorbidités ou un motif d’hospitalisation différent de la pathologie Covid-19. 
Pour en savoir plus : Recommandations officielles pour la prise en charge en ambulatoire des cas confirmés CoViD-19

 

CAT pour le MG devant un cas suspect en consultation/visite (recommandations COREB) :

 

Définition du cas suspect :

Patient suspect = tableau clinique (<14 jours après exposition) ET exposition compatible, avec :
Tableau clinique : fièvre et/ou signes cliniques d’infection respiratoire aiguë, a fortiori si signes de gravité.
Exposition compatible : séjour en zone d’exposition à risque, ou contact étroit ou co-exposition avec une personne cas confirmé ou cas possible.s.

 

Mesures immédiates :

Pour le patient : Lavage des mains par solution hydro-alcooliques (SHA) puis port de masque chirurgical.

Pour le/la MG : précautions standard renforcées REB « air » et « contact » => SHA, masque de type FFP2, surblouse à usage unique, gants non stériles à usage unique, limités aux situations de contact ou de risque de contact avec du sang, des liquides biologiques, dont selles, une muqueuse ou la peau lésée, lunettes de protection, charlotte + recherche de signes de gravité et d’éventuelles comorbidités + appel SAMU – Centre 15.

 

NB : Masque FFP2 pour les médecins généralistes... ou un simple masque chirurgical fait il l'affaire ?

Nous présentons ici les recommandations formulées par les autorités sanitaires nationales (voir les références officielles ci dessous). Si ces recommandations précisent brièvement pour la médecine "de ville" (2 pages sur les 37 du guide méthodologique) que l'ensemble des dispositifs de protection des médecins sont contenus dans des sets de protection individuelle, elles ne précisent pas les moyens pour les médecins de s'en procurer... Devant l'absence de FFP2 en stock dans la réserve nationale, le nouveau ministre de la Santé, Mr Olivier Véran, a annoncé le 25 février 2020 la commande de 35 millions de FFP2 par mois mais les fournisseurs l'ont averti le 27 évrier 2020 d'un délai de livraison de 3 à 4 semaines. Hasard du calendrier, constatant la faiblesse des ressources mondiales en FFP2 et la petite différence d'efficacité entre dispositifs vis à vis de virus comme le coronavirus, l'OMS a émis, le même jour, un avis autorisant le recours au masque chirurgical à la place du FFP2 pour les professionnels de santé au contact des patients malades (cette décision de l'OMS est à la base d'un avis de la SF2H publié le 04 mars 2020). Le 28 février 2020, la DGS a pu alors recommander aux professionnels de santé d'utiliser un voire 2 masques chirurgicaux superposés à la place du FFP2. Dans ses communiqués du 27 février 2020 et du 05 mars 2020, le SNJMG a regretté cette prise de conscience tardive de la part du ministère.

NB bis : et les équipements de sécurité ?

Dans ses recommandations du 28 février 2020 pronant l'utilisation d'un masque chirurgical (et non un FFP2), la DGS se borne à proposer l'utilisation de gants à usage unique alors que dans la mise à jour des recommandations COREB du 29 février 2020, c'est toujours les précautions standard renforcées REB « air » et « contact » qui sont proposées...

 

Références officielles :

 

NB 1 : Il existe bien d'autres causes, bien plus fréquentes que le SARS-CoV-2, d’infection respiratoire et/ou fièvre au retour d’Asie :
grippe ou autre virose respiratoire (adénovirus, VRS et coronavirus "classique") ;
- pneumopathie bactérienne (légionnelle, mycoplasme, Chlamydia, voire pneumocoque) ;
- autres infections : arboviroses (dengue, encéphalite japonaise), hantavirus, salmonellose, paludisme

 

NB 2 : Thread twitter sur l'implication des biologistes hospitaliers :

 

NB 3 : Gestion d'un cas suspect en Grande Bretagne

 

Gestion d'un cas contact au CoViD-19 en Médecine Générale :

 

Santé publique France a identifié 3 niveaux d’exposition des personnes contacts d’un cas confirmé de COVID-19 :

· Personne contact à risque modéré/élevé : personne ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé, par exemple : famille, même chambre ou ayant eu un contact direct, en face à face, à moins d’1 mètre du cas possible ou confirmé lors d’une discussion ; flirt ; amis intimes ; voisins de classe ou de bureau; voisins du cas index dans un avion ou un train, en l’absence de mesures de protection efficaces,
· Personne contact à risque faible : personne ayant eu un contact ponctuel étroit (<1 mètre) et/ou prolongé (>15 minutes) avec un cas confirmé à l’occasion de la fréquentation des lieux publics ou contact dans la sphère privée ne correspondant pas aux critères de risque modéré/élevé,
· Personne contact à risque négligeable : personne ayant eu un contact ponctuel avec un cas confirmé à l’occasion de la fréquentation de lieux publics, sauf circonstances particulières qui peuvent justifier un classement en risque faible.

Mesures d’isolement des personnes contacts à risque modéré/élevé
Les personnes contacts à risque élevé d’un cas confirmé de COVID-19 doivent bénéficier d’un isolement à domicile d’une durée de 14 jours après le dernier contact à risque avec le cas.
Durant son isolement, la personne contact doit :
· Rester à domicile ;
· Éviter les contacts avec l’entourage intrafamilial (à défaut port d’un masque chirurgical) ;
· Réaliser la surveillance active de sa température et de l’apparition de symptômes d’infection respiratoire
(fièvre, toux, difficultés respiratoires, …) ;
· En cas d’apparition de fièvre ou de symptômes, porter un masque et contacter immédiatement la cellule régionale de suivi pour prise en charge sécurisée et en signalant le contact avec un cas confirmé de COVID-19.

Mesures de prise en charge des personnes contacts à risque faible :
Les personnes contacts à risque faible d’un cas confirmé de COVID-19 doivent surveiller l’apparition de symptômes pendant une durée de 14 jours après le dernier contact à risque avec le cas.
Cette surveillance consiste en:
· Une prise de la température deux fois par jour ;
· La surveillance de l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires,
etc.).
Dès l’apparition d’un de ces symptômes (fièvre, toux, difficultés respiratoires, …) porter un masque et s’isoler, contacter immédiatement la cellule régionale de suivi pour prise en charge sécurisée et en signalant le contact avec un cas confirmé de COVID-19.

Documentation :

 

Cas du professionnel de santé contact d'un cas confirmé

 

Stade 1 : Même conduite à tenir que pour tout patient

Stade 2 et 3 : Pas de quatorzaine si asymptomatique mais surveillance température et activité de soin avec un masque chirurgical

 

Recommandations avant un départ à l'étranger et au retour de l'étranger :

 

- Avant un départ à l'étranger :

Malgré la multiplication des villes soumises à quarantaine (surtout en Chine, mais aussi au Vietnam ou en Europe), l’OMS ne préconise pas de restrictions de voyages (commerciaux ou de tourisme) ni la mise en place de procédures de dépistage pour les pays concernés par l'épidémie.

Toutefois, depuis Janvier et jusqu'au 16 mars 2020, plusieurs pays (dont la France) ont déconseillé tout voyage en Chine et dans toute autre zone considérée à risque pour l'épidémie (NB : certains pays l'interdisaient depuis Janvier 2020).

Le 1er mars 2020, l'Education Nationale décide de suspendre tout voyage scolaire hors de France (ou vers un cluster français).

Le 11 mars 2020, l'Inde annonce la suspension de tous les visas touristiques et le président Donald Trump annonce l'interdiction de la venue aux USA de tout voyageur en provenance de 25 pays de l'Union Européenne (dont la France) puis, 2 jours après, du Royaume Uni et d'Irlande.

Le 16 mars 2020, l'Union Européenne décide de fermer ses frontieres exterieures pour une durée de 1 mois à compter du 17 mars 2020 (NB : le 16 mars, plus de 100 pays à travers le monde avaient déjà fermé leurs frontières aux personnes venant de France).

Pendant un séjour en Chine, il est recommandé :
- de suivre les recommandations de prévention des autorités locales ;
- d’éviter tout contact avec des animaux morts ;
- d’éviter tout contact rapproché avec des personnes ayant de la fièvre et qui toussent ;
- d’éviter de manger de la viande crue ou peu cuite ;
- de se laver les mains avec du savon ou avec des solutions hydro-alcooliques.
En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), il est recommandé de consulter rapidement un médecin localement, de porter un masque chirurgical si l’on est en contact avec d’autres personnes, d’utiliser des mouchoirs jetables et de se laver les mains régulièrement.

NB : Un dispositif spécifique et permanent de suivi et de réponse aux préoccupations des Français présents en Chine est en place depuis le 23 janvier par le Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en coordination avec l’ambassade de France à Pékin et l’ensemble de des consulats généraux en Chine. 

 

- Au retour de l'étranger :

Au retour de Chine ou d'une zone considérée à risque pour l'épidémie :

Un accueil spécifique des voyageurs pour les vols en provenance de Chine continentale, Hong Kong et Macao est assuré depuis le 25 janvier à Paris Charles de Gaulle et à Saint-Denis de la Réunion (NB : cet accueil a été élargi aux retours de Singapour et de Corée du Sud le 21 février 2020). Ce dispositif, est assuré par des personnels d’associations agréées de sécurité civile en lien avec le service médical de l’aéroport renforcé de professionnels de santé médicaux et paramédicaux issus de la réserve sanitaire du ministère de la Santé.

Depuis le 7 février 2020, les recommandations pour les personnes ayant séjourné en Chine continentale, Hong Kong et Macao ont été renforcées, en raison de l’intensification de la circulation du virus. Pour cette même raison, ces recommandations ont été étendues le 21 février 2020 aux personnes ayant séjourné à Singapour, en Corée du Sud et dans les régions de Lombardie et de Vénétie (Italie) puis le 27 février 2020, à l'Iran et l'Emilie-Romagne (Italie) et, le 03 mars 2020, au Piemont (Italie).

NB : A partir du 10 mars 2020, la situation "dérape" dans de nombreux pays (notamment européens) au point de nous faire cesser les rajouts successifs à cette liste de pays....

Les personnes de retour d'une zone considérée à risque pour l'épidémie doivent pendant 14 jours :

Surveiller leur température 2 fois par jour ;
Porter un masque chirurgical en face d’une autre personne et lors de sortie ;
Se laver les mains régulièrement ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;
Eviter tout contact avec des personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) et la fréquentation des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…) ;
Eviter toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…).

Enfants de moins de 18 ans : Au stade 1 de l'épidémie, les enfants ne devaient pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée, pendant 14 jours, compte tenu de la difficulté à leur faire porter un masque toute la journée mais, le 1er mars 2020, du fait du passage au stade 2 de l'épidémie, le ministère de l'Education Nationale a décidé, en accord avec le ministere de la Santé, d'abandonner toute "quatorzaine" pour tout enfant de retour d'une zone considérée à risque (NB : le ministère de l'Education Nationale étend également cette mesure à tous ces personnels).

Etudiants : dans la mesure du possible, privilégiez le télétravail !

Travailleurs (salariés, artisans, commerçants et professions libérales) : suivant les situations, ils étaient initialement invités à un aménagement de leur poste de travail voire à un arrêt de travail.

Mais depuis que la France est passée au stade 2 de l'épidémie (le virus ne vient plus seulement de Chine et d’Italie et circule déjà au sein de plusieurs regroupements de cas en région, il n’y a  plus de quatorzaine pour les personnes revenant d’une zone à risque mais des mesures de réduction sociale (Rappel : la "quatorzaine" est toutefois maintenue pour les cas contacts à haut risque).

 

Rappel : il n'y a pas de préconisation particulière pour les retours d'Asie ou de pays ayant déclaré des cas de CoViD-19, en dehors des zones à risque ou potentiellement à risque de coronavirus

 

Documentation et références officielles

 

DÉPISTAGE ET PRISE EN CHARGE

Diagnostic virologique et prélèvements

Réanimation

Ambulatoire

PROTECTION ET HYGIÈNE

FORMATION

VEILLE ÉPIDÉMIOLOGIQUE

INFORMATION AUX PATIENTS

AUTRES RESSOURCES

 

CoViD-19 et risques liés à l'environnement des patients

 

Traitement du linge et nettoyage des locaux ayant hébergé un patient victime du CoViD-19 : 

Avis SF2H (07.02.20)

 

Piscine : 

Avis SF2H (09.03.20)

 

NB : Coronavirus et open space :

 

CoViD-19 et lieux de privation de liberté

 

 

POUR LA SUITE : PARTIE DU BILLET EN RECONSTRUCTION (Toutes nos excuses pour la gêne occasionnée)

Coronavirus en France : tout est prévu et cohérent sur le papier… mais en pratique ?

 

La situation épidémiologique pour le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) a connu une évolution importante la semaine dernière. Alors que les chiffres officiels chinois suggéraient que le pic épidémique avait été dépassé dans le pays berceau de la maladie (1), la multiplication de foyers hors de Chine et l’apparition de cas sans relation clairement établie avec la Chine a changé « la donne » (2) : le risque pandémique est désormais réel.

C’est dans ce contexte que les autorités françaises ont médiatisé, jeudi 20 février 2020, un plan de préparation au risque épidémique et actualisé, le vendredi 21 février 2020, les recommandations pour les retours des zones à risques et la prise en charge des cas suspects/possibles. Ainsi, le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, a pu annoncer le mardi 25 février 2020 : «Nous nous préparons, nous préparons l'ensemble des dispositifs de veille sanitaire et d'intervention, en ville comme à l'hôpital, dans l'hypothèse où l'épidémie viendrait» (3).

Sur le papier (4), tout est prévu et cohérent… Mais en pratique quotidienne, les médecins généralistes sont les premiers à expérimenter le « gap » entre la théorie et la pratique.

Déjà, le mois dernier, le premier médecin français contaminé par le SARS-CoV-2, l’avait été après avoir consulté un patient chinois (malheureusement décédé depuis) à la demande du SAMU-Centre 15… en contradiction totale avec les recommandations officielles déjà en place (5) !

Mais avec l’extension vendredi 21 février 2020 des zones considérées à risques (notamment à la Lombardie et à la Vénétie), la cohérence du plan gouvernemental est déjà mise à mal.

En effet, les recommandations officielles demandent à toute personne de retour de ces zones d’éviter pendant 14 jours « tout contact avec des personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) et la fréquentation des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…) ainsi que toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…) » ; les adultes étant incités à privilégier le télétravail et les enfants à ne pas fréquenter les crèches et établissements scolaires.

Pourtant, il aura fallu attendre lundi 24 février 2020 pour que le ministère de l’Education Nationale demande en début d’après midi aux chefs d’établissements d’appliquer ces mesures pour les enfants scolarisés (alors que la rentrée avait eu lieu dans la matinée pour les régions Ile de France et Occitanie)… sans se prononcer sur le cas des professeurs et des personnels techniques (ex : cantines scolaires).

Concernant l’activité professionnelle des adultes, le gouvernement avait anticipé les situations de « quarantaine » en publiant un décret le 1 février 2020 ouvrant droit exceptionnellement à une indemnité journalière pour "les personnes faisant l'objet d'une mesure d'isolement du fait d'avoir été en contact avec une personne malade du coronavirus ou d'avoir séjourné dans une zone concernée par un foyer épidémique de ce même virus et dans des conditions d'exposition de nature à transmettre cette maladie » (6) : les indemnités sont ouvertes pour les salariés mais aussi les travailleurs indépendants et elles sont versées par l’Agence Régionale de Santé (ARS) dès le premier jour d’arrêt et jusqu’à 20 jours d’affilée.

Mais dans la pratique quotidienne, c’est plus compliqué… En effet, les ARS ont un discours qui varie d’une région à l’autre (selon que la profession est considérée à risque ou non) avec qui plus est une prise en charge différente d’une ARS à l’autre : certaines gèrent l’indemnisation de l’arrêt de travail de tout cas suspect/possible et de tout retour de zone à risque, d’autres ne veulent prendre en charge que les cas confirmés, renvoyant les cas suspects/possibles à leur médecin traitant pour un arrêt de travail de 2 semaines et les retours de zone à risque à leur médecin du travail pour une adaptation de leur poste pendant 2 semaines (une ARS aurait même demandé aux patients de retour de zone à risque de poser 2 semaines de congés !)… Et à notre connaissance, aucune ARS n’a mis en place de numéro téléphonique dédié pour renseigner les médecins sur l’application de ces mesures…

Autre exemple de difficultés pratiques, les recommandations officielles prévoient depuis la mi janvier 2020 pour tout cas suspect rencontré par un médecin généraliste que celui-ci impose le lavage des mains et le port du masque chirurgical au patient et que lui-même s’équipe de dispositifs d’équipement de protection (EPI). Mais, les autorités sanitaires n’ont jamais proposé aux médecins généralistes (et encore moins aux autres professionnels de santé) de filière dédiée d’approvisionnement, les renvoyant à leurs fournisseurs habituels d’équipement - comme l’ARS Ile de France le faisait encore, il y a deux jours seulement (7). Or, tous ces équipements sont en situation de (quasi) pénurie... situation propice à toutes les dérives commerciales (8).

Certes, le ministre de la Santé a annoncé le 23 février 2020 (rappel : les recommandations datent de mi janvier 2020) une commande massive de plusieurs dizaines de millions de masques de protection FFP2 destinés aux professionnels en contact étroit avec des malades… mais aucune communication n’a été faite aux médecins sur les modalités pratiques de mise à disposition de ces masques…

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) est particulièrement attentif à ce problème de santé publique et il entretient, depuis le 15 janvier 2020, une veille informative et pratique à destination des (jeunes) médecins généralistes (9).

Devant les difficultés pratiques actuelles et la menace de risque pandémique, le SNJMG estime nécessaire d’organiser, dès à présent et en répondant au mieux aux besoins de la médecine ambulatoire, une prochaine étape de la réponse sanitaire où il ne serait plus possible de gérer les cas avec un recours systématique au secteur hospitalier qui fonctionne déjà en flux tendu en période d’épidémie d’états grippaux et avec des conflits sociaux qui perdurent depuis 1 an (10)…

 

Contact Presse : Benoit Blaes – presidence@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

  1.  : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/coronavirus-le-nombre-de-nouveaux-cas-en-chine-au-plus-bas-depuis-pres-d-un-mois_2118825.html
  2.  : https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/coronavirus-la-situation-mondiale-a-bascule-1174382
  3.  : https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Coronavirus-selon-Olivier-Veran-l-epidemie-est-a-nos-portes-1675480
  4.  : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_methodologique_covid-19-2.pdf
  5.  : https://www.fmfpro.org/tous-derriere-tous-derriere-et-lui-devant.html
  6.  : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041513432&categorieLien=id
  7.  : https://twitter.com/babydocas/status/1232443369063776256?s=20
  8.  : voir article du canard enchaine de cette semaine
  9.  : http://www.snjmg.org/blog/post/infections-a-nouveau-coronavirus-en-chine/1708
  10.  : https://twitter.com/brutofficiel/status/1233036537614471175?s=20

Santé mentale et psychiatrie : une crise qui interpelle également les jeunes médecins généralistes

 

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s’est ému de l’agression mortelle dont a été victime Elodie Multon, infirmière d’une unité psychiatrique du centre hospitalier Nord Deux-Sèvres à Thouars, jeudi 13 Février 2020 (1).

Le SNJMG apporte son soutien à la famille et aux proches de la victime ainsi qu’à l’ensemble de la communauté soignante psychiatrique choquée par ce drame.

Le SNJMG apprécie le passage sur place de Mr Franck Bellivier, délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, et de Mr Olivier Véran, nouveau ministre en charge de la Santé.

Outre le manque de moyens que le SNJMG a plusieurs fois dénoncé en communiqués de presse (2), la question de la sécurité des soignants en psychiatrie ne peut être éludée, même si elle doit s’affranchir du seul dogme du contrôle physique. En effet, une vision purement sécuritaire de la santé mentale, avec la gestion de la dangerosité plutôt que de la santé des patients, dans laquelle les patients sont avant tout l’objet des violences, ne peut qu’accentuer les tensions, l’opposition entre soignants et soignés et donc le risque d’agression mutuelle.

Engagé depuis le 14 novembre 2019 dans la mobilisation des hospitaliers, le SNJMG est pleinement conscient des difficultés du secteur de la santé mentale car les médecins généralistes en sont les premiers témoins dans leur pratique quotidienne.

Syndicat de jeunes médecins généralistes fortement concernés par les questions de santé mentale, le SNJMG continue à penser une psychiatrie émancipatrice qui respecte les usagers tout en permettant aux soignants de travailler dans des conditions de soin et de sécurité les meilleures possibles.

 

Contact Presse : Benoit Blaes – presidence@snjmg.org – 07.61.99.39.22

 

  1.  : Journée d'hommage à Elodie
  2.  : Plan national Psychiatrie : pas de concurrence mais de la complémentarité pour la prise en charge des spécialités en crise !

CoViD-19 : Quels traitements ?

Mis à jour le Vendredi, 20 novembre 2020

 

En ambulatoire strict :

 

Proposition thérapeutique du HCSP le 04 mars 2020 (stade 2) pour les infections asymptomatiques et pauci symptomatiques :

- Paracetamol en fonction de la fièvre (Pas d'aspirine ou autre AINS !)
- Absence d’indication d’un traitement antiviral.
 

Proposition thérapeutique du HCSP le 08 avril 2020 (stade 3) pour les formes ne nécéssitant pas d'hospitalisation :

- Paracetamol en fonction de la fièvre 
- Pas de pulverisation dans le nez ni même de lavage (cf : Avis SFORL)
- À ce jour, aucune prescription de traitement à effet antiviral attendu n’est recommandée en ambulatoire en dehors d’essais cliniques.
- Pas de traitement par (hydroxy) choloroquine et/ou Azithromycine en dehors de tout protocole expérimental officiellement validé (NB : info ANSM du 22 mars 2020)
- En l’absence de pneumonie, seul un traitement symptomatique est recommandé, les anti-inflammatoires devant être proscrits
- Lorsqu’une pneumonie a été identifiée, l’indication d’une antibiothérapie fait appel aux recommandations de la SPILF, SFMU.
- Dans certaines situations les soins de support (comprenant éventuellement une oxygénothérapie) et soins palliatifs peuvent être mis en place à domicile.

 

Proposition thérapeutique du HCSP le 17 juin 2020 pour un patient atteint de Covid-19 pris en charge en ambulatoire :
- Mise en place d’un traitement symptomatique ;
- Abstention de prescription d’un traitement spécifique, sauf inclusion dans un essai thérapeutique

 

Proposition COREB du 12 novembre 2020 pour la prise en charge et suivi du patient en médecine de ville :
- AINS contre-indiqués
- Pas d’antibiotique systématique (co-infections bactériennes exceptionnelles).
- Pas de traitement antiviral validé (recherche clinique en cours) 
- Prophylaxie thrombo-embolique chez les patients à risque (alitement prolongé) ou sous O2
- Oxygénothérapie au besoin, à adapter dans le cadre d’une discussion tripartite avec médecin hospitalier et patient

 

Attention : Pas de pholcodine contre le toux !

 

Discussion sur la prévention thromboembolique en ambulatoire (hors patient alité) :

 

Discussion sur l'oxygenotherapie à domicile :

 

En hospitalier :

 

Extrait de l'avis du HCSP du 04 mars 2020 :

Candidats thérapeutiques : Remdesivir IV 200 mg J1 puis 100 mg/j IV 10 jours en accès compassionnel actuellement, Lopinavir/Ritonavir 400/100 mg x 2/jour 14 jours, (Hydroxy)Chloroquine.

Prise en charge : 
- Pneumonies sans signes de gravité :
Diagnostic virologique par prélèvement naso-pharyngé lorsque la situation le permet.
Association lopinavir/ritonavir, médicament candidat potentiel pour l’OMS, peut être discutée, au cas par cas
Suivi clinique, radiologique et viral
- Infection par le virus SARS-CoV-2 avec signes de gravité d’emblée : 
Traitement par remdesivir à privilégier car il s’agit de la seule option thérapeutique formalisée 
Avec suivi clinique et radiologique appropriés et suivi excrétion virale et recherche co-infection
- Infection par le virus SARS-CoV-2 avec aggravation secondaire :
Si excrétion virale, Remdesivir, et à défaut association lopinavir/ritonavir.
Pas d'indication de traitement antiviral en l'absence d'excrétion virale

 

Proposition thérapeutique du HCSP le 17 juin 2020 pour un patient atteint de Covid-19 hospitalisé en médecine (avec pneumonie oxygéno-requérante) :
- La mise en place d’un traitement symptomatique de support dit « Standard of Care » (SOC) adapté à l’état du patient, constitue la référence ;
- L’abstention de prescription d’un traitement spécifique est la règle ;
- L’inclusion doit être prioritaire dans un essai thérapeutique.
Pour les patients non éligibles à l’inclusion dans un essai thérapeutique, le SOC est la référence.
La prescription de tout autre médicament, après l’évaluation du rapport bénéfice/risque, est laissée à l’appréciation du prescripteur sur décision collégiale (usage compassionnel)

 

Proposition COREB du 12 novembre 2020 pour la prise en charge et le suivi du patient hospitalisé :
- Prévention des troubles ventilatoires par Kinésithérapie respiratoire
- Oxygénothérapie si SpO2 ≤94% ou ≤90% chez patients BPCO / IRCO => lunettes nasales jusqu’à débit 4-6L puis masque simple jusqu’à 9 L/mn, puis masque haute concentration (avec réservoir)
- Anticoagulation préventive chez les patients COVID-19 hospitalisés en secteur conventionnel
- Corticostéroïdes : dexaméthasone si oxygénorequérance ≥3L/mn à 6 mg/j PO ou IV pendant 5 à 10j (arrêt possible si sevrage de l’oxygénothérapie) 
- Pas d’antibiothérapie systématique en face d’une pneumonie à SARS-CoV2

 

Discussions :

 

En réanimation :

 

Proposition thérapeutique du HCSP le 17 juin 2020 pour un patient atteint de Covid-19 hospitalisé en réanimation :
- La mise en place d’un traitement symptomatique de support dit « Standard of Care » (SOC) adapté à l’état du patient, constitue la référence ;
- L’abstention de prescription d’un traitement spécifique est la règle ;
- L’inclusion doit être prioritaire dans un essai thérapeutique.
Pour les patients non éligibles à l’inclusion dans un essai thérapeutique, le SOC est la référence.
La prescription de tout autre médicament, après l’évaluation du rapport bénéfice/risque, est laissée à l’appréciation du prescripteur sur décision collégiale (usage compassionnel)