Conseils aux internes de Médecine Générale de Tours "poussés" à participer à une formation organisée avec Novartis

Ce jour, la faculté de Médecine de tours organise "avec le soutien institutionnel de Novartis Pharma" une journée de l'Interne.

Si des internes de MG souhaitent participer à cette réunion tout en désapprouvant l'intervention de Novartis, il leur convient de ne pas participer ni au repas ni à la "présentation labo" et de ne pas signer de feuille de présence (pour ne pas être enregistré comme ayant été bénéficiaire d'une action promotionnelle de l'industrie pharmaceutique).

Si des internes de MG décident de dénoncer la présence du labo, le mieux est de boycotter la réunion et de le faire savoir au doyen de la faculté par courrier AR/LR avec copie au SNJMG.

Lettre d'information du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) #144

 

Bonjour

Encore une fois, le Pr Perrotin, doyen de la faculté de médecine de Tours, confie la formation de ses internes au laboratoire Novartis. Manifestement, ni le président de la conférence des doyens (poste auquel il a été élu), ni la ministre de la Santé ne semblent s'émouvoir de cette situation...

Aussi, le SNJMG les invite à participer à la réunion sur l'indépendance de la formation et de l'exercice de la médecine qui sera organisée à l'occasion de l'Assemblée Générale du SNJMGce samedi 14 décembre 2013 (Salons de la Gare de l'Est à Paris). Ils bénéficieront, comme tous les participants de cette journée, de l'éclairage utile d'invités experts de ces questions : l'association Formindep et la revue Prescrire.

Outre l'AG statutaire du SNJMG et les débats d'actualités, il y aura également lors de cette journée une formation sur les modalités pratiques et réglementaires des remplacements en Médecine Générale.

L'AG est ouverte aux membres du syndicat mais aussi à tous ses sympathisants. Tout le monde est bienvenu mais il est impératif de s'inscrire sur le formulaire Internet dedié (afin de prévoir au mieux la restauration offerte aux participants).

Par ailleurs, en relation avec les prescriptions médicales, les SNJMG a intégré les dernières alertes sur la domperidone dans la liste de médicaments pouvant poser problème en Médecine Générale. Cette liste est disponible gratuitement sur cette adresse Internet.

NB : En exergue des petites annonces de notre site Internet (où sont inscrits gratuitement plus de 40% des remplaçants de Médecine Générale), nous tenons à vous informer de ces demandes :

- Suite au départ de mes deux associés en l'espace d'un mois (départ en retraite de l'un, problèmes personnels de l'autre), le canton de Louvigné-du-Désert (Ille et vilaine-35) n'a plus que 2 médecins à plein temps et un médecin à mi-temps. Je recherche donc un/des médecin(s) intéressé(s) par une collaboration ou une installation à temps partiel ou complet dans notre ville. Le cabinet médical où j'exerce dispose de deux bureaux libres, équipés en informatique. Il est organisé en SCM et en SCI. Un projet de maison médicale est en cours, les travaux débuteront en 2014. Différents professionnels para-médicaux travaillent sur la commune : IDE, kinésithérapeutes, orthophonistes, podologue. Louvigné-du-Désert a deux écoles primaires (publique et privée). Les collèges et lycées sont à 15 minutes en voiture. Il y a des commerces de proximité et un supermarché (Super U). Docteur Hervé de Montigny (Le numéro de téléphone du cabinet médical est 02.99.98.04.93)

Secrétaire médicale diplômée par Culture et Formation en 2008, ayant des capacités multitâches et de bonnes références après un remplacement de 3 ans auprès d'un généraliste, recherche actuellement un poste à temps plein au sein d'un cabinet de généraliste(s) dans la région du Haut-Rhin ou du Territoire de Belfort pour mettre en pratique mes compétences et mes connaissances. Merci de contacter Aure Brencklé par mail abrenckle@gmail.com ou par téléphone au 0781028347.

Indépendance de la formation médicale : le président de la conférence des doyens remet le couvert avec l'industrie pharmaceutique !

 

Ce jeudi 12 décembre 2013, la faculté de Médecine de Tours organise une journée de l'interne "avec le soutien institutionnel de Novartis Pharma", comprenant notamment une "présentation du laboratoire Novartis" et un déjeuner offert par ce dernier (1).

Déjà en avril 2012, la faculté de Tours avait tenté d’imposer le même type de journée dans le programme de validation du troisième cycle de ses internes. A l'époque, dans les suites de l’affaire Mediator, la révélation du scandale par le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) avait conduit le ministère de la Santé à intervenir. Le doyen de la Faculté de Tours, le Pr Perrotin, avait dû se résoudre à la rendre facultative pour les internes (2).

Malgré cette affaire, le Premier Ministre a nommé en février 2013 le Pr Perrotin membre du comité des "sages" chargé de réfléchir à la Stratégie Nationale de Santé (3). Puis le 17 mai dernier à Tours, Marisol Touraine, ministre de la Santé, l'a personnellement décoré de la légion d’Honneur (4).

Le gouvernement a-t-il conscience qu'il semble ainsi donner un blanc-seing à tous ceux qui font semblant de ne pas comprendre ce que sont les conflits d'intérêt, spécialement dans les domaines sensibles que sont l'Education et la Santé ?

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que la faculté de médecine de Tours ait cru pouvoir reprendre ses mauvaises habitudes en toute insouciance.

Le SNJMG, syndicat indépendant de jeunes généralistes, renouvelle sa protestation solennelle contre de telles pratiques. Il demande également au Président de l'Université de Tours d'intervenir afin de sauvegarder la formation initiale des jeunes médecins de l’influence de l’industrie pharmaceutique.

Ce sujet crucial de l'indépendance de la formation et de l'exercice de la médecine sera à nouveau au cœur des discussions de l'Assemblée Générale du SNJMG ce samedi 14 décembre 2013 à Paris, avec les éclairages utiles d'invités experts de ces questions, l'association Formindep et la revue Prescrire (5).

Auteurs : Conseil National et Bureau du SNJMG

Contacts :

- Dr Alexandre HUSSON, Secrétaire Général - 01 30 87 02 34 - info@snjmg.org

- Dr Marine CREST, Porte-Parole - 01 77 70 73 40 - marine.crest@hotmail.fr

- Dr Théo COMBES, Président - 05 63 58 34 71 - president@snjmg.org

(1) : Voir la lettre d'invitation sur le site d'un des 2 syndicats locaux d'internes participant à cette journée : Grace-IMG  

(2) : La faculté de médecine de Tours confie ses internes au laboratoire Novartis

(3) : http://blog-snjmg.over-blog.com/article-strategie-nationale-de-sant...

(4) : http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Sante/n/Con...

(5) : Assemblée Générale du 14 décembre 2013 à Paris

Les membres du SNJMG sont-ils indésirables à SOS-Médecins Paris ?

 

Le Bureau National du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a appris avec stupéfaction que l'achat de parts de la SCM "SOS Médecins Paris" par l'un de ses membres avait été rejeté par les associés de "SOS Médecins Paris" à cause des actions syndicales de ce jeune médecin.

A aucun moment la gérance de "SOS Médecins Paris" n'a reproché à notre camarade un manquement à ses engagements vis à vis de la SCM, ni un problème d'intégration ou de comportement, et il n'y a pas de remise en cause de ses compétences médicales.

Le même scénario s'est reproduit ensuite dans les Yvelines...

 

Le SNJMG respecte le droit discrétionnaire de refus d'agrément des associés d'une Société Civile de Moyens (SCM), mais rappelle que l'engagement syndical ne rentre pas dans l'objet social des SCM, celui-ci étant strictement encadré et défini par le code civil. Par ailleurs, la liberté syndicale est un droit garanti par la constitution ; la discrimination syndicale est une infraction prévue et réprimée par le code pénal.

 

Le Bureau National du SNJMG apporte son soutien à son camarade. Le SNJMG discutera des actions à engager lors de son Assemblée Générale du 14 décembre 2013 à Paris.

 

Contacts :

- Dr Emilie FRELAT, Vice-Présidente - 01 47 98 55 94 - emilie.frelat@wanadoo.fr

- Dr Marine CREST, Porte-Parole - 01 77 70 73 40 - marine.crest@hotmail.fr

- Dr Théo COMBES, Président - 05 63 58 34 71 - president@snjmg.org

Journée syndicale et de l'indépendance médicale organisée par le SNJMG le 14 décembre 2013 à Paris

 

Bonjour

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) organise le 14 décembre 2013 une journée syndicale à Paris (Salons de la Gare de l'Est).

Elle sera l'occasion de :

- AG statutaire du SNJMG

- Débats sur des sujets d'actualité

- Formation sur les modalités pratiques et administratives du remplacement en MG

(NB : Une attestation de présence sera délivrée aux participants en vue de validation du DES de MG)

- Réunion plénière sur l'indépendance dans la formation et l'exercice des médecins

(NB : Bruno Toussaint - La Revue Prescrire - et Philippe Foucras - Formindep - seront les intervenants invités de cette plénière)

Tous les Internes de MG et Jeunes-MG sont les bienvenus (qu'ils soient ou non membres du SNJMG) !

Pour en savoir plus sur les modalités pratiques de cette journée et sur la procédure d'inscription, merci de consulter la page dédiée sur Internet.

A bientôt

Propos insultants du sénateur Roche : les suites

 

Le communiqué de presse du SNJMG sur les propos insultants du sénateur Roche a fait réagir la blogosphère médicale.

De son coté, le SNJMG reçu beaucoup de commentaires sur ce blog et sur ses comptes de réseaux sociaux.

Le SNJMG invite toutes les personnes motivées pour participer aux suites de la démarche que nous avons engagée à se manifester par courriel à notre adresse : info@snjmg.org.

De même, ce sujet sera logiquement abordé lors de notre prochaine AG le 14 décembre 2013 à Paris. Si vous êtes intéressé(e), inscrivez vous dés à présent sur le formulaire Internet dedié.

A bientôt

Lettre d'information du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) #143

 

Bonjour


L'actualité des jeunes médecins généralistes est particulièrement fournie ces dernières semaines : mise en demeure de la France pour non respect des temps de travail des internes, des jeunes médecins entravés à la fin de leur cursus universitaire, pénalisation des jeunes médecins par la convention médicale et, "last but the least", les jeunes médecins insultés par un sénateur...

 

Autant de sujets à débattre lors de l'Assemblée Générale du SNJMG qui se tiendra dans le cadre des Salons de la Gare de l'Est à Paris le samedi 14 décembre 2013.

L'AG est ouverte aux membres du syndicat mais aussi à tous ses sympathisants. Tout le monde est bienvenu, alors inscrivez vous vite sur le formulaire Internet dedié !

 

NB : La forte probabilité du retrait du marché de la diacéréine le mois prochain vient se rajouter à la litanie d'alertes médicamenteuses de 2013 (affaire des pilules et de Diane 35, retrait du terazepam, restriction d'utilisation du diclofenac...). Toutes ces alertes (autant celles de pharmacovigilance que celles de règles de prescription ou de remboursement) sont intégrées et actualisées dans la liste de médicaments pouvant poser problème en Médecine Générale que le SNJMG met gratuitement à la disposition des médecins. Cette liste est disponible sur cette adresse Internet ; elle est mis à disposition avec les explications sur l'apparition du pictogramme "médicament à surveillance renforcée" sur les boites de médicaments concernés.


A bientôt !

Un sénateur insulte les jeunes médecins

 

Dans un entretien accordé le mois dernier à "L'Eveil", Monsieur Gérard Roche, ancien médecin, Président du Conseil Général (UDI) et Sénateur (UCR) de la Haute-Loire, interrogé au sujet du phénomène de désertification médicale que connait son département, s'est exprimé dans les termes suivants :

"... A une génération pétrie d'altruisme, de don de soi, de désintéressement et d'amour universel, délaissant leur rôle d'époux, négligeant leurs enfants, sacrifiant leur santé à l'humanité toute entière, bref, à des saints, succède une toute autre race de médecins. Les générations présentes n'ont plus LA sacro sainte vocation, délaissent l'humanisme au profit d'une vie tranquille et néanmoins lucrative, et tutoient même la malhonnêteté en se faisant rémunérer abusivement leur nuits d'astreintes en réalité ensommeillées (...) On ne peut pas faire médecine générale en ne travaillant pas le mercredi parce qu’il faut garder les gamins et en arrêtant le vendredi jusqu’au lundi matin ».

La violence des exigences vis-à-vis du médecin généraliste d'aujourd'hui, sous prétexte de l'image plus ou moins fantasmée que certains gardent des médecins de leur enfance, est édifiante. Ces propos ne peuvent être attribués qu'à une franche méconnaissance des conditions actuelles d'exercice, tant en matière de pénibilité que de rémunération, ce qui est fort surprenant à un tel niveau de responsabilité. Enfin, la conception des rôles respectifs des femmes et des hommes dans la vie familiale qui sous-tend un tel discours paraît sexiste et rétrograde.

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) demande à rencontrer M. Roche pour l'informer sur les réalités de l'exercice de la médecine en 2013, ce qui lui évitera peut-être de décourager tout à fait l'installation de jeunes médecins dans "son" département.

Contacts :

- Dr Emilie FRELAT, Vice-Présidente - 01 47 98 55 94 - emilie.frelat@wanadoo.fr

- Dr Marine CREST, Porte-Parole - 01 77 70 73 40 - marine.crest@hotmail.fr

- Dr Théo COMBES, Président - 05 63 58 34 71 - president@snjmg.org

Des médecins en formation empêchés de finir leur cursus !

 

Alors qu'on déplore en France l'existence de déserts médicaux, des textes réglementaires passés par les gouvernements successifs depuis 2003 empêchent, pour des raisons purement administratives, des centaines de jeunes médecins de soutenir leur thèse de doctorat, pourtant indispensable à l'exercice de leur profession.

En effet, l'organisation des études médicales (1) impose un délai maximum de 6 années pour la validation du troisième cycle de Médecine Générale (stages, cours théoriques et thèse – thèse qu'il est souvent impossible de terminer pendant les stages d'internat, du fait d'horaires de services excessifs).

Au delà le médecin, qui fait alors fonction d'interne ou remplace en "médecine de ville", ne peut plus soutenir sa thèse (sauf dérogation) et est contraint de cesser d'exercer (suite à la perte de la licence de remplacement). Quant aux médecins liés aux réglementations d'avant les ECN (Epreuves Classantes Nationales), une date butoir de soutenance de thèse était fixée à fin 2012. Nombre d’entre eux n’ont pas pu la respecter.

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a été interpellé par plusieurs médecins dans cette situation dramatique : 9 ans d'études et de réelles compétences, mais sans diplôme, sans métier, et aucune possibilité de reconversion professionnelle!

Le SNJMG dénonce ce gâchis économique et (in)humain et exige du gouvernement en urgence une solution réglementaire afin de permettre à ces jeunes médecins de terminer et de valider leur formation.

Par ailleurs, nous invitons les Résidents, Internes et jeunes médecins victimes de cette ineptie administrative à se faire connaître auprès du SNJMG, qui se chargera de les représenter et de les défendre.

(1) : Décret n° 2004-67 du 16 janvier 2004

Auteurs : Conseil National et Bureau du SNJMG

Contacts Presse :

- Dr Marine CREST, Porte-Parole - 01 77 70 73 40 - info@snjmg.org

- Dr Théo COMBES, Président - 05 63 58 34 71 - president@snjmg.org

Il faut débugger la ROSP version 2011

 

Depuis longtemps, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) oeuvre pour la diversification des modes de rémunération des médecins généralistes.

La convention médicale signée en 2011 organise enfin cette diversification avec 3 modes de rémunération possibles pour les médecins généralistes conventionnés : le paiement à l’acte, les forfaits pour les tâches administratives et d’accompagnement des pathologies chroniques (forfait Affection Longue Durée et forfait Médecin Traitant) et une Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP).

 

Malheureusement, cette nouveauté n'est pas à la hauteur des demandes des jeunes médecins et du SNJMG :

Les montants des forfaits pour les tâches administratives et d'accompagnement des pathologies chroniques sont encore trop insuffisants pour avoir un impact significatif sur la qualité des pratiques. Quant à la ROSP, sa construction reste très opaque et discutable. Les référentiels sur lesquels elle s'appuie ne font pas l'unanimité (1). Et son application est problématique dans la mesure où les décomptes de l'Assurance Maladie semblent trop souvent erronés. Enfin, ces deux modes de rémunération sont liés quantitativement - pour tout ou partie - à la patientèle, ce qui défavorise les jeunes installés et les médecins à activité volontairement réduite et ignore totalement les remplaçants.

 

A titre d'exemple, l'organisation initiale du ROSP est particulièrement pénalisante pour les jeunes installés en exigeant un seuil minimal de "patientèle stable, présente au 1er janvier ET au 31 décembre". Certes, MG-France a obtenu que que pour les médecins installés depuis moins de 2 ans, la patientèle prise en compte pour le calcul des indicateurs serait celle au 31 décembre. Malheureusement le SNJMG constate que cet aménagement est peu effectif par les CPAM et qu'en tout état de cause il ne résout pas toujours les désillusions des jeunes installés.

 

Le SNJMG renouvelle donc ses propositions de rémunérations forfaitaires contribuant (et non se substituant) à la revalorisation de l'acte clinique et favorisant (et non pénalisant) l'installation de jeunes médecins (2). En attendant, le SNJMG demande à la Sécurité Sociale de n'exiger des jeunes installés aucun seuil minimal de patients pour bénéficier pleinement de la ROSP.

 

Auteurs : Conseil National et Bureau du SNJMG

Contacts Presse :

- Dr Marine CREST, Porte-Parole - 01 77 70 73 40 - info@snjmg.org

- Dr Théo COMBES, Président - 05 63 58 34 71 - president@snjmg.org

Annexes :

(1) : http://www.prescrire.org/Fr/175BA297330CE39C6998FF1C3D11AA4F/ViewClipping.aspx

(2) : http://blog-snjmg.over-blog.com/article-medecins-generalistes-le-snjmg-propose-des-modalites-d-exercice-attractives-pour-des-soins-de-qual-99325214.html