Jeunes Médecins Généralistes, élection présidentielle et système de Santé

 
 
C'est aujourd'hui le dernier jour de la campagne pour l'élection présidentielle 2017. Cette campagne a été bien plus prolixe en invectives et mensonges qu'en débats programmatiques. Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) tient d'autant plus à rappeler ce jour ses valeurs et à exposer ses propositions quant au système de santé en France.
 
Depuis sa création en Mars 1991, le SNJMG agit au nom des internes, des remplaçants et des jeunes installés/salariés en Médecine Générale dans le respect d'un certain nombre de valeurs : solidarité face aux problèmes de santé, respect des patients, collaboration avec l'ensemble des professionnels de santé, transparence des acteurs du système de santé, indépendance médicale, démocratie syndicale.
 
Ainsi, le SNJMG milite pour des études médicales débarrassées du parasitisme de structures privées, prévenant de l'influence de l'industrie du médicament et des produits de santé, respectant les étudiants, la variété de leurs parcours et la diversité syndicale de leurs représentants et assurant une formation de qualité, en prise avec les réalités multiples et diverses de la pratique médicale quotidienne. Il demande également une résolution rapide et honorable au gachis que constitue la situation des médecins "privés de thèse".
 
Concernant l'exercice médical, le SNJMG agit pour un exercice plus équilibré entre soins et prévention, une diversification des modes de rémunération - qui ne se passe pas prioritairement par une mesure médico economique comme le paiement "à la performance" type ROSP (1) - et l'aboutissement d'une démarche de revalorisation de la Médecine Générale.
 
Enfin, de la même façon qu'il a oeuvré à l'amélioration des conditions de formation et d'exercice des médecins généralistes, le SNJMG rappelle son attachement à des soins accessibles à tous :
- maintien de l'Aide Médicale d'Etat (AME)
- prise en charge à 100% des soins primaires par la Sécurité Sociale,
- disparition en Médecine Générale de toute pénalisation financière du patient en lien avec le système du médecin traitant / Parcours de soins,
- suppression des franchises médicales,
- facilitation de la contraception et préservation des possiblités de recours à l'IVG pour toutes les femmes.
 
C'est au nom de ces valeurs et à l'appui de ces propositions que le SNJMG interpelle les deux candidats à l'élection présidentielle et que le SNJMG s'adresse à tous les Jeunes Médecins Généralistes avant le vote du dimanche 07 mai 2017.
 
 
Contact presse :
Emilie FRELAT - Présidente - 06 19 90 26 57- presidente@snjmg.org
 
 
 
(1) : Rémunération sur Objectifs de Santé Publique 
 

Modifications tarifaires pour la Médecine Générale : une correction nécessaire mais qui ne résout pas la crise de la discipine

 
Cette semaine, entrent en application des modifications de tarification des actes de Médecine Générale. 
Ces modifications constituent la première traduction concrète issue de la convention médicale signée en Aout 2016.
A l'époque, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) avait déploré, avec les autres organisations de jeunes médecins, le manque d'ambition de la nouvelle convention, mais reconnaissait également, de son coté, l'existence d'éléments positifs au sein de ce texte, fidèle en cela à sa tradition de refus de la démagogie.
La création de la majoration MMG (de 2 euros) qui vient se rajouter à la consultation/visite (dont la tarification reste inchangée) est l'aboutissement d'un combat pour l'équité entre  la Médecine Générale et les autres spécialités. Après que l'intersyndicale de médecins généralistes (FMF-UG, MG-France, SMG, SNJMG et Union  Collégiale) avait obtenu en 2011 l'égalité de cotation et de valeur pour la consultation entre médecins généralistes et autres spécialistes, la nouvelle convention de 2016 donne satisfaction à MG-France et au SNJMG en octroyant aux médecins généralistes une majoration équivalente à celle réservée jusqu'ici aux autres spécialistes.
Ce geste nécessaire ne règle pas l'ensemble des difficultés que traverse actuellement la Médecine Générale, avec une crise à la fois quantitative (plus de médecins généralistes qui partent que de médecins généralistes qui s'installent) et qualitative (de moins en moins d'attractivité pour la Médecine Générale conventionnée malgré les dernières améliorations statutaires et financières). 
Par ailleurs, le SNJMG est conscient que cette majoration de 2 euros renchérit de 60 centimes le reste à charge de la consultation pour un patient dépourvu de mutuelle. Le SNJMG rappelle donc sa demandepartagée avec MG-France et le SMG, d'une prise en charge à 100% des soins primaires par la Sécurité Sociale, la disparition en Médecine Générale de toute pénalisation financière du patiente en lien avec le système du médecin traitant / Parcours de soins et la suppression des franchises médicales (cf :communiqué du 22.01.16).
 
Contact presse :
Emilie FRELAT - Présidente - 06 19 90 26 57- presidente@snjmg.org
 

EP17 : les propositions du syndicat des Jeunes Médecins Généralistes sur les études médicales

 
A l'occasion de la publication d'un nouvel arrêté concernant la réforme du troisième cycle, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) interpelle les candidats au second tour de l'élection présidentielle sur leur vision des études médicales.
 
En tant que syndicat indépendant représentant les internes, remplaçants et jeunes installés/salariés en Médecine Générale, le SNJMG leur présente ses principales propositions en matière de formation médicale initiale :
 
• Afin de promouvoir la Médecine Générale dès le début des études médicales, le SNJMG  demande que les stages ambulatoires de Médecine Générale pour les  externes (stages dont le syndicat a contribué à la création en... 1997) soient effectivement disponibles pour tous les étudiants dans toutes les facultés françaises.
• De même, le SNJMG demande l'intégration accrue des enseignants de Médecine Générale aux enseignements de deuxième cycle
• Afin de garantir une formation universitaire objective et de qualité, le SNJMG souhaite que les facultés de médecine soient libérées de l'influence de l'industrie du médicament et des produits de santé (ex : enseignement pharmaco en DCI, suppression des noms de laboratoires pharmaceutiques d'amphithéâtre ou de faculté de médecine) et réclame la transparence en matière de liens d’intérêts (ex : DPI de tous les enseignants et maîtres de stages dans toutes les facultés de médecine).
• Le SNJMG rappelle aussi son engagement contre la présence d'organismes privés pour pallier les insuffisances des structures universitaires pour la préparation aux examens (PACES et ECN).
• Le SNJMG demande aux Agences Régionales de santé (ARS) et facultés de médecine de respecter les principes démocratiques reconnaissant la pluralité des organisations associatives et syndicales d’étudiants et d’internes en médecine.
• Le SNJMG renouvelle sa demande d’une évaluation des Épreuves Classantes Nationales (ECN) afin de remédier aux effets pervers qu’elles ont pu engendrer. Par ailleurs, le SNJMG rappelle l’objectif des ECN : établissement d’un classement pour le choix d’internat et non contrôle de connaissance qui via un véritable diplôme de fin de deuxième cycle, doit être un pré requis au passage des ECN (tout comme la maîtrise de la langue française).
• Le SNJMG est favorable à la mobilité volontaire des internes et réaffirme que la Médecine Générale doit être une discipline ouverte à d’autres pratiques - via de multiples FST (2) à commencer par l'addictologie - et à d’autres spécialités apparentées (Ex : urgences, gériatrie, allergologie...)
• Après une réduction d'un an des deux premiers cycles pour tous les étudiants, le SNJMG est favorable à un DES de Médecine Générale en 4 ans sous conditions : suppression de l’obligation de stage en CHU, maquette composée de deux stages obligatoires en Médecine Générale (1), un stage urgences et/ou SAMU/SMUR et des stages, préférentiellement en ambulatoire, sur au moins 3 des 4 pôles suivants : gyneco, pediatrie, psychiatrie et gériatrie (NB : possibilité de stage couplé gyneco/pédiatrie), à la quelle se rajoutent deux stages libres (dont l'un ou les deux peuvent correspondre à des projets personnels).
• Le SNJMG demande l'ouverture d'une concertation afin que les maîtres de stages ambulatoires puisse être rémunérés indépendamment de l’activité de l’interne (du moins en SASPAS), de la même manière et pour les mêmes montants que le sont leurs collègues universitaires hospitaliers.
 
Fidèle à ses missions fondatrices, le SNJMG milite pour des études médicales ouvertes à toutes les vocations, débarrassées du parasitisme de structures privées, prévenant de l'influence de l'industrie pharmaceutique et des produits de santé, respectant le statut des étudiants et la diversité syndicale de leurs représentants et assurant une formation de qualité, en prise avec les réalités multiples et diverses de la pratique médicale quotidienne.
 
 
(1) : Stage ambulatoire de niveau 1 (SCP : Stage Chez le Praticien) et Stage ambulatoire de niveau 2 (SASPAS : Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée)
(2) : Formation Supplémentaire Transversale (FST)
 

Modifications de la nomenclature du Médecin Généraliste le 01.05.17

 

Présentation des modifications

 

La convention médicale 2016 donne satisfaction à la revendication d'équité tarifaire portée conjointement par MG-France et le SNJMG : elle crée la majoration MMG (de même valeur tarifaire que la majoration MPC, soit 2 euros) à rajouter aux lettres clés C(S) et V(S) pour les médecins généralistes en secteur 1 et secteur 2 ayant signé l’OPTAM (Rappel : la précédente convention signée en 2011 accordait une majoration MPC - se cumulant à CS et VS - à tous les médecins spécialistes mais en excluait les médecins généralistes). Pour faciliter les cotations, deux nouvelles lettres clés sont créées à compter du 1er mai 2017 : G(S) = C(S) + MMG et VG (S) = V(S) + MMG.

La cotation COE remplace au 1er mai 2017 la cotation C+MNO+FPE de la précédente convention (30 euros). Elle correspond donc aux trois consultations obligatoires du nourrisson donnant lieu à certificat, au 8ème jour, du jour des 8 mois jusqu’à la veille du jour des 10 mois incluse et du jour des 23 mois jusqu’à la veille du jour des 25 mois incluse.

NB : La cotation Consultation Approfondie (CA) est supprimée.

 

Nomenclature NGAP actualisée du médecin généraliste 

 

Présentation pour écrans (ordinateur, tablette ou smartphone)

 

Fiches imprimables

 

 

 

 

 

Réforme du 3e cycle des études médicales : un projet inachevé pour la Médecine Générale !

Après le décret initial publié le 25 novembre 2016, un arrêté a été publié le 14 avril 2017 précisant l’ensemble des modalités réglementaires et organisationnelles réformant le troisième cycle des études médicales (1) à compter de la promotion de Novembre 2017 (NB : les actuels internes ne sont donc pas concernés).
L'approche des élections (présidentielle et législatives) et les habituelles difficultés de bouclage d'une réforme ont donné lieu à diverses controverses voire polémiques (2) et finalement à un appel de l'ISNI à la grève des internes de spécialités à compter de ce jour (3).
En tant que syndicat indépendant d'internes de Médecine Générale (mais aussi de remplaçants et de jeunes installés/salariés en Médecine Générale), le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) renouvelle son souhait d'une réforme la plus consensuelle possible pour toutes les disciplines et assurant aux futurs internes de Médecine Générale une formation professionnalisante, de qualité, à l’égal des formations d’autres spécialités, spécifique mais aussi ouverte sur des savoirs et des pratiques qui peuvent lui être liées (à l'image d'une discipline, à la fois globale et variée).
Ainsi, le SNJMG réitère sa demande de concertation la plus large possible pour résoudre les litiges en suspens et ceux qui pourrait se déclarer lors de la mise en place de la réforme. De plus, le SNJMG rappelle ses revendications de reforme progressive consolidant les acquis de l'internat de Médecine Générale mis en place en 2004 (maquette du DES comportant 2 stages de Médecine Générale en ambulatoire, 1 stage d'urgences et 1 ou 2 stages de gynécologie et de pédiatrie – de préférence en ambulatoire) et ouvrant la perspective d'un DES de 4 ans (permettant des stages en gériatrie et/ou psychiatrie - de préférence en ambulatoire - et l’acquisition de savoirs et de pratiques - éventuellement communs à d’autres spécialités - utiles à la Médecine Générale). Enfin, le SNJMG insiste pour que les internes des promotions antérieures à 2017 puissent effectuer dans de bonnes conditions tout leur cursus selon les modalités d’organisation prévalant à leur entrée dans le 3e cycle des études médicales.
Le SNJMG médiatisera prochainement les propositions précises qu'il compte transmettre à ses partenaires dans les négociations ministérielles mais aussi aux candidats aux prochaines échéances électorales.
 
 
 Annexes :
  1.  : Calendrier de la réforme :
La réforme du troisième cycle a été initiée suite à un rapport établi en 2010 par l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) et l’IGAENR (Inspection Générale de l’Administration, de l’Education Nationale et de la Recherche) sur l’organisation du troisième cycle des études médicales et du post-internat. Après de longues années de discussions à partir de ce rapport, l'ambition des actuels ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche était d'appliquer la réforme à compter de la promotion 2017.
Après le décret initial publié le 25 novembre 2016, un premier arrêté publié le 14 avril 2017, précise l'ensemble des modalités réglementaires et organisationnelles : rôle et composition des commissions de spécialité ; conditions d'agrément des stages ; outils de suivi de la formation et du projet pédagogique des étudiants ; organisation des choix de stages ; modalités de validation des stages, de passage de la thèse et d'obtention du diplôme d'étude spécialisée (DES) ; création du comité de suivi et d'évaluation de la réforme, dont les étudiants et internes sont membres, et qui se réunira dès le 1er trimestre 2018.
Un autre arrêté est en cours de finalisation : il prévoit les dispositions pédagogiques relatives aux connaissances et compétences à acquérir, la liste des DES, des options et des formations spécialisées transversales (FST), ainsi que les maquettes de formation correspondant au DES des 44 spécialités médicales mise en place par la réforme. Cet arrêté sera présenté aux organes consultatifs requis (CNESER le 18 avril et CNEMMOP le 19). 
Un troisième arrêté sera publié avant le 31 juillet 2017 : il prévoit les maquettes de formation correspondant aux FST, les modalités d'accès à ces formations, notamment l'existence ou non d'une régulation quantitative nationale et le cadre général de la régulation qualitative qui sera opérée localement par la commission locale de coordination de la spécialité.
Enfin, un décret en Conseil d’Etat sera soumis au 1er mai 2017 et définira le régime de l’exercice en autonomie supervisée et les actes que l’étudiant de 3ème cycle pourra pratiquer seul, sous la responsabilité de son maître de stage.
  1.  : Communiqué du SNJMG (22 mars 2017)
  2.  : Communiqué de l’ISNI (14 avril 2017)

Des engagements ont été pris, ils doivent être honorés !

 

Lettre ouverte à Madame Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé

 

Madame la Ministre,

Vous vous êtes engagée, à plusieurs reprises, à permettre aux jeunes et futurs médecins de pouvoir assister légitimement aux négociations conventionnelles établissant les relations entre les caisses d’assurances maladie et les praticiens libéraux.

Vous avez pris un premier engagement le 26 novembre 2016 lors des Universités de rentrée de l’InterSyndicat National des Internes (ISNI), à Poitiers.
Le 27 janvier 2017, vous avez précisé votre promesse lors d’une allocution vidéo au Congrès National des Internes de Médecine Générale organisé par l’InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale, ISNAR-IMG.

Pour ne pas trahir vos propos, nous vous citons “Nous avons ensemble changé la donne en cinq ans. Et cette dynamique doit se poursuivre. Comment ? En repensant votre participation aux négociations conventionnelles avec l’UNCAM, négociations qui permettent de fixer vos conditions d’exercice, de revenu et d’installation. Il est légitime que vous puissiez disposer d’une meilleure information sur le contenu de ces négociations qui concernent évidemment votre avenir. Et c’est pourquoi, je vous annonce que le décret qui doit permettre aux structures jeunes d’être observatrices aux négociations va prochainement être soumis à concertation”.

En réaction, dans une interview publiée le 30 janvier 2017 par le Quotidien du Médecin, les Présidents de la CSMF et de la FMF ainsi que le Secrétaire général adjoint de MG France ont salué votre annonce.
Tous s’accordent à dire qu’il est grand temps que les jeunes et futurs médecins puissent porter une vision d’avenir en cohérence avec leurs aspirations pour le système de soins de demain.
À vous de tenir votre promesse. Vous en avez encore le temps.

L’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France (ANEMF), l’InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale (ISNAR-IMG), l’InterSyndicat National des Internes (ISNI), l’InterSyndicat National des Chefs de Clinique et Assistants (ISNCCA), le Regroupement Autonome des Généralistes Jeunes Installés et Remplaçants (ReAGJIR) et le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s’inquiètent d’être toujours sans nouvelles de ce texte, pourtant promis.

Notre présence aux négociations conventionnelles est légitime et désormais largement acceptée.
De fait, nous vous rappelons par la présente vos engagements et vous demandons formellement de passer de la parole aux actes avec une mise en concertation du décret avant le 20 avril 2017.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions, Madame la Ministre, d’accepter nos respectueuses salutations.

 

Pour l’ANEMF, Antoine OUDIN, Président.
Pour l’ISNI, Olivier LE PENNETIER, Président.
Pour ReAGJIR, Dr. Sophie AUGROS, Présidente.
Pour l’ISNAR-IMG, Camille TRICART, Présidente.
Pour l’ISNCCA, Dr. Laurent GILARDIN, Président.
Pour le SNJMG, Dr. Émilie FRELAT, Présidente.

Réforme du 3e cycle des études médicales : quels projets pour la médecine générale ?

 

Depuis plusieurs mois, les ministères de la santé et de l'enseignement supérieur travaillent avec les parties concernées (dont le SNJMG) sur une réforme du troisième cycle des études médicales. 

À quelques semaines de la fin d'exercice de l'actuel gouvernement, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s'inquiète de l'évolution du projet de réforme. Alors qu'une menace de grève est brandie par plusieurs syndicats de (jeunes) anesthésistes réanimateurs pour protester contre le volet concernant leur spécialité (1), le Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) alerte cette semaine sur des modifications de dernières minutes concernant le troisième cycle de Médecine Générale.

Selon le CNGE (2), "il ne serait plus question d’avoir un stage en santé de l’enfant et un stage en santé de la femme comme il est nécessaire pour la formation des futurs généralistes. A la place apparaîtrait un stage dit « libre » même s’il n’a pas de rapport avec la médecine générale, s’il oriente vers d’autres disciplines que la médecine générale y compris en milieu hospitalier."

Le SNJMG, co créateur avec le CNGE, la SFMG et l'ANEMF, des stages ambulatoires de Médecine Générale ne peut pas rester muet devant une telle perspective : comment ne pas voir une régression dans la substitution d'un stage dans des spécialités importantes pour notre discipline par un stage sans rapport nécessaire à la Médecine Générale ?

Le SNJMG rappelle son attachement à un stage de préférence ambulatoire à orientation gynéco obstétrique/pédiatrie et demande à participer à une réunion de clarification avec les ministères et toutes les parties concernées par la réforme du 3e cycle des études médicales.
 
Le SNJMG renouvelle ses revendications d'une Filière Universitaire de Médecine Générale (FUMG) à l'égal des autres formations de spécialités avec un enseignement professionnalisant de qualité.

Le SNJMG y reviendra prochainement en présentant, suite aux Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes (3) et à la Convention Nationale "Soins et territoires" (4), ses propositions en vue de l'élection présidentielle. 
 
 

Franc succès pour la Convention nationale pour un meilleur accès aux soins dans les territoires

 Mercredi 15 mars, les structures représentatives des étudiants en médecine, des internes de Médecine Générale, des remplaçants et jeunes installés en Médecine Générale et des chefs de clinique et assistants, (l’ANEMF1, l’ISNAR-IMG2, ReAGJIR3, le SNJMG4 et l’ISNCCA5 ) ont organisé ensemble la première convention nationale pour un meilleur accès aux soins dans les territoires.

Retour sur cette journée riche en échanges.

Objectifs remplis

Les organisations représentatives des jeunes et futurs médecins s’étaient fixé deux objectifs : mettre la santé, et particulièrement la question de l’accès aux soins, au cœur des programmes des candidats et créer une dynamique de réflexion rassemblant tous les acteurs intéressés autour de cette question.

Afin d’être accessible au plus grand nombre, l’intégralité des séances plénières est disponible sur la page Facebook @SoinsEtTerritoires.

La santé au cœur de la campagne présidentielle

Nous nous félicitons d’avoir participé, avec d’autres acteurs comme le Conseil National de l’Ordre des Médecins, la FHF6 ou la Mutualité Française, à replacer la santé, préoccupation majeure des Français, au centre du débat présidentiel.

Nous avions invité les candidats aux élections présidentielles à venir présenter leurs propositions pour améliorer l’accès aux soins dans les territoires.

Nous avons donc reçu, par ordre alphabétique :

M. Noam AMBROUROUSI, représentant de M. Jean-Luc MELENCHON, candidat de la France Insoumise

M. Michel AMIEL, Sénateur des Bouches-du-Rhône et Maire des Pennes-Mirabeau, représentant de M. Emmanuel MACRON pour le parti En Marche !

M. Jean-Pierre ENJALBERT, Maire de Saint-Prix et Conseiller Général dans le Val d’Oise, représentant de M. Nicolas DUPONT-AIGNAN, pour le parti Debout la France

M. Mickael EHRMINGER, représentant de Mme Marine LE PEN, candidate du Front National

M. Jean LEONETTI, Maire d’Antibes et Député des Alpes-Maritimes et représentant de M. François FILLON, candidat du parti Les Républicains

Nous regrettons l’annulation de dernière minute de M. Jacques CHEMINADE, candidat du Parti Solidarité et Progrès.

Malgré nos sollicitations, nous n’avons malheureusement reçu aucune réponse, positive ou négative, de l’équipe de campagne de M. Benoît HAMON, candidat du Parti Socialiste.

Certains ont fait des propositions concrètes, d’autres ont essentiellement partagé leurs constats et expériences personnelles.

Aucun des représentants présents n’a évoqué de mesure coercitive pour l’installation des jeunes médecins, gageons que les candidats sont enfin convaincus qu’il vaut mieux privilégier des solutions incitatives qui fonctionnent que des mesures coercitives démagogiques. Nous souhaitons que la capacité de chaque candidat à répondre à la problématique de l’accès aux soins puisse être un critère de choix pour les citoyens.

Un moment de réflexion dynamique générateur de propositions partagées

Des groupes de travail ont rassemblé des étudiants, des jeunes médecins, d’autres professionnels de santé, des institutions comme le Conseil National de l’Ordre des Médecins ou l’Observatoire National de la Démographie des Professionnels de Santé, des médecins plus expérimentés et divers experts des domaines abordés. Les propositions émanant de ces groupes de travail ont fait l’objet d’une restitution en plénière. Les sujets abordés (la régulation pendant les études médicales, la régulation à l’installation, l’attractivité hospitalière, le partage de compétence et la délégation de tâches, ainsi que l’efficience des parcours de soins) sont des thématiques que les jeunes et futurs médecins souhaitent continuer à développer avec tous les acteurs concernés.

L’ISNAR-IMG, le SNJMG, ReAGJIR, l’ISNCCA et l’ANEMF ont pu ensuite présenter leurs propositions communes en la matière.

Améliorer l’accueil des étudiants en stages et le nombre de terrains de stage pour faire découvrir les territoires

Les étudiants ont l’envie de découvrir ces territoires, inutile de leur imposer, il suffit de leur donner la possibilité de le faire !

Augmenter le nombre de Maitres de Stage des Universités (MSU) grâce à une campagne massive et nationale de recrutement

Faciliter les démarches pour devenir MSU et les homogénéiser sur le territoire Donner des moyens pour la formation universitaire des praticiens MSU sans empiéter sur leur droit à la formation médicale continue

Développer les maisons de santé universitaires qui permettent l’accueil des étudiants et le développement de projets de recherche en soins primaires

Faciliter l’installation avec la mise en place d’un guichet unique à l’installation, avec une personne référente accompagnant le médecin dans son projet d’installation

Rendre l’activité libérale plus attractive

Améliorer la protection sociale des médecins libéraux en diminuant les délais de carence, actuellement à 90 jours

Permettre un statut conventionnel pour les remplaçants

Rendre réglementaire la présence des structures jeunes aux négociations conventionnelles pour porter des idées novatrices et correspondant aux aspirations des jeunes médecins

Favoriser l’exercice mixte : salariat dans une structure de soins et libéral en cabinet, notamment en diminuant les charges sur l’activité libérale pour les médecins s’engageant à travailler aussi en temps partiel pour un service public

Libérer du temps médical aux médecins avec notamment : Simplification des démarches administratives dans la continuité de ce qu’il s’est fait par exemple pour le formulaire Affection Longue Durée.

Diversification des rémunérations pour autoriser une plus grande part de forfait valorisant la mise en place de services aux patients comme des secrétariats en présentiel, l’informatisation du cabinet, la coordination des soins, etc.

Favoriser le travail en équipe pluridisciplinaire en mettant en place de nouveaux moyens de rémunération pour chacun des membres de l’équipe de soins

Améliorer l’attractivité de l’hôpital

Il ne suffit pas d’annoncer l’ouverture de postes supplémentaires dans les hôpitaux de proximité, encore faut-il que ces postes soient pourvus.

Amélioration de la visibilité sur les carrières possibles à l’hôpital

Amélioration de l’attractivité hospitalière dès le début de carrière

Découverte et facilitation de l’exercice mixte entre hôpital et ambulatoire

Chacune de ces demandes est partagée par l’ensemble des structures organisatrices. Mais les propositions de chacune des structures pour améliorer l’accès aux soins dans les territoires ne se résument pas seulement à cette liste. Les jeunes et futurs médecins ont à cœur d’œuvrer à l’amélioration d’un système de santé équitable, efficient et humain. Cela passe par un meilleur accès aux soins dans les territoires.

Cette première convention est une des réponses mais nous ne nous arrêterons pas là et continuerons d’élaborer et de porter des solutions innovantes et ambitieuses.

Pour le comité d’organisation,

Antoine OUDIN, Président de l’ANEMF.

Camille TRICART, Présidente de l’ISNAR-IMG.

Dr. Laurent GILARDIN, Président de l’ISNCCA.

Dr. Sophie AUGROS, Présidente de ReAGJIR.

Dr. Émilie FRELAT, Présidente du SNJMG.

Facebook @SoinsEtTerritoires

EP17 : Les principaux candidats s'expriment devant l'Ordre des médecins

Suite à sa grande enquête auprès des médecins, le Conseil National de l'Ordre a révélé ce jour les réponses des principaux candidats à l'élection présidentielle de 2017 :

Voici les videos de chacune des réponses :

 

NB : Jean Luc Mélenchon ne figure pas parmi les candidats ayant répondu à l'Ordre des Médecins :