Solidarité Victimes Attentats

 

 

Suite aux événements dramatiques de la nuit dernière, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) tient à exprimer sa solidarité envers les victimes, leurs familles et leurs amis.

 

Plus globalement, c’est toute la nation française qui doit s’unir dans la mobilisation et la solidarité.

 

Pour cette raison, le SNJMG décide de lever immédiatement le préavis de grève en cours qui concernait les internes en médecine, les médecins généralistes remplaçants, jeunes salariés ou installés.

 

Partout sur le territoire, le SNJMG appelle toutes les générations de médecins généralistes à se rendre disponibles pour soigner et écouter les personnes touchées directement ou indirectement par cette tragédie.

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

 

Elections URPS : des règles à changer !

 

Alors que les recours judiciaires en cours empêchent toujours la proclamation définitive des résultats des élections pour les Unions Régionales des Professionnels de Santé (URPS), le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) appelle à en modifier l’organisation.

 

A l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, la période « de campagne officielle » devant se limiter à la diffusion de professions de foi validées, puis la période « de réserve » (entendez « silence radio total ») semblent assez illusoires et ne peuvent qu’entraîner des contestations sans fin entre les uns et les autres. Le SNJMG propose de lancer une réflexion sur la modernisation de ces règles.

 

D’autant plus que la coordination de ces périodes avec le timing du vote a été plus que douteuse. Nombre de praticiens n’ont reçu leur matériel qu’au dernier moment, ou pas du tout, ou bien deux fois… Cela n’est pas sérieux pour une échéance électorale professionnelle importante qui n’a lieu que tous les 5 ans. Le SNJMG préconise donc la possibilité d’un vote en ligne et son ouverture sur une période plus longue, de manière à pouvoir corriger les ratés et augmenter la participation.

 

Certains suffrages ont été considérés comme nuls parce que les électeurs avaient renvoyé une profession de foi au lieu d’un bulletin de vote… C’est le résultat du manque de moyens alloués par les  Agences Régionales de Santé à l’organisation de ce scrutin. Il conviendrait que la diffusion des professions de foi fasse l’objet d’un envoi séparé avant le temps du vote.

 

Mais le plus gros scandale est bien sûr l’absence des médecins remplaçants, qui ne sont actuellement ni électeurs ni éligibles, alors qu’ils sont indispensables à l’organisation de la médecine ambulatoire. Tout comme les médecins installés, ils sont immatriculés en tant que professionnels libéraux, avec toutes les obligations afférentes, mais pourquoi pas les droits ? Le SNJMG exige que le droit de vote et d’éligibilité soit accordé aux médecins remplaçants avant les prochaines échéances.

 

Contacts Presse :

 Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

 

 

Loi de santé et contestation des médecins (Novembre 2015)

A l'occasion de journées de mobilisation de médecins généralistes, le SNJMG souhaite faire le point après une année de contestation d'un projet de loi qui n'a pas connu d'évolution majeure. Aussi, le SNJMG a décidé d'ouvrir une consultation sur les modalités et les objectifs du mouvement de contestation. 
Cette consultation est menée conjointement sur le groupe de discussion du Conseil National du SNJMG et sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter. 
Tout jeune médecin généraliste, qu'il soit interne, remplaçant ou installé depuis moins de 10 ans (en libéral ou salarié), qu'il soit syndiqué (au SNJMG ou dans un autre syndicat) ou non, peut participer aux échanges avec les membres du bureau du SNJMG en se manifestant à cette adresse : snjmg@yahoo.fr. 
Tout médecin généraliste, qu'il soit jeune ou non, peut participer à cette consultation en postant ses réflexions sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter en les signalant avec le hashtag : #mobilisationMG. 
Le SNJMG publie les interventions dans le cadre de cette consultation sur un sité dédié
Le SNJMG fera un bilan de cette consultation à l'occasion des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes le samedi 21 novembre 2015 à Paris. 

Les Assises du changement

 

Au lendemain du vote par l’Assemblée Nationale d’un Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale très préoccupant, et alors que la Loi dite « de modernisation de notre système de Santé » poursuit sa navette parlementaire, les syndicats médicaux représentatifs ont reconstitué un front commun visant à amener les pouvoirs publics à de vraies négociations.

 

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), premier syndicat junior à s’être mobilisé contre les malfaçons et le manque d’ambition du projet de Loi de Santé dès le début de l’année dernière, est toujours sur le pont pour obtenir une réforme intelligente et concertée du système de Santé.

 

Le SNJMG regrette le désengagement de la quasi-totalité des syndicats juniors qui avaient participé à la grande manifestation du 15 mars 2015, suite à quelques promesses concédées par Mme TOURAINE mais sans rapport avec le fond du sujet, et les appelle donc à se remobiliser dans l’union.     

 

Rappelons que les jeunes médecins généralistes (internes, remplaçants, jeunes installés) souhaitant se joindre vendredi 13 novembre à la journée d'action et de grève, puis par la suite à d’autres mobilisations, sont toujours couverts par le préavis illimité de grève déposé par le SNJMG.

 

Les doléances des jeunes médecins généralistes seront présentées et discutées avec des responsables politiques lors des 3e Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes où vous êtes attendus très nombreux le samedi 21 novembre 2015 aux Salons de la Gare de l’Est à Paris (inscription gratuite sur notre site).   

 

Pour en savoir plus :

Dossier de presse

Contacts Presse :

Théo COMBES - Président - 06 81 00 22 90 - president@snjmg.org

Emilie FRELAT -  Première Vice-Présidente - 06 19 90 26 57- frelat.emilie@gmail.com

 

 

INSEE et protection des données personnelles

 

 

Dès l’inscription à l’URSSAF (ou tout autre organisme enregistrant l’entreprise), les médecins remplaçants sont automatiquement inscrits dans les registres de l'INSEE, qui leur fournit un n° SIRET/SIRENE indispensable à leur future activité. 

Or l'INSEE publie (et vend) les coordonnées de toutes les entités professionnelles qu'elle recense, et ne fait pas de différence entre des coordonnées professionnelles d'un médecin installé, avec les coordonnées personnelles d'un médecin remplaçant (qui y indique le plus souvent son téléphone personnel et l'adresse de son domicile). ​

 

S'il souhaient ne pas risquer d'être abusivement démarchés par des agences parfois "agressives", les remplaçants doivent faire des démarches pour être retiré du répertoire SIRENE, sans quoi leurs nom, adresse et numéro de téléphone personnels seront diffusées, notamment sur Internet, assortis de la mention « médecin généraliste ».

En cas de déménagement ou de changement de situation (thèse…), il n’est théoriquement pas nécessaire de réitérer la demande. Il faudra par contre vous en préoccuper si vous vous installez ensuite.

 

A savoir : 

  • à partir de janvier 2016, les formulaires URSSAF prévoieront explicitement le refus d’inscription au répertoire SIREN (cochez bien la case !!!).
  • pour les personnes déjà inscrites, il faut écrire en recommandé avec accusé de réception à l'INSEE (voir courrier type ci-dessous). Les personnes physiques n’ont plus l’obligation de motiver cette demande.

 

Le lendemain de la réception du courrier, vos coordonnées auront disparu de la banque de donnée (sur insee.fr). L’INSEE vérifie ensuite que ses partenaires (à qui elle vend ses bases de données) répercutent la modification, et le cas échéant les relancent. Cela peut prendre quelques semaines à quelques mois.

Cependant, dans notre expérience, les données ont tendance à circuler de manière persistante, via des tiers, et il sera assez difficile de faire disparaître complètement vos coordonnées personnelles d’internet si elles venaient à « fuiter ». En effet, si de nombreux sites sont bons joueurs et les suppriment sans trop se faire prier, d’autres, notamment à l’étranger, se font tirer l’oreille …

 

Il faut alors contacter chacun des sites internet diffusant votre adresse personnelle en leur donnant un "motif légitime" de retrait de cette information.
De plus, l'article 39 de la loi informatique et liberté oblige les sites concernés à vous dire par quel moyen ils l'ont obtenue.
Bien penser à faire une copie d'écran avant et après l'envoi du message ("tous les programmes" => "accessoires" => "outil capture"), copie comportant la DATE de la demande.
Si le site incriminé n'a pas donné suite au bout de 2 mois, vous pourrez déposer une plainte en ligne auprès de la CNIL.

 

En cas de difficultés, se référer au site de la CNIL ou à son homologue dans le pays concerné.

 

 

 

 

 

Le SNJMG tient à préciser que :

  • En aucun cas nous ne transmettons les coordonnées de quiconque à aucune autre structure, commerciale ou non, sans l'accord express et préalable de la personne concernée. 
  • Toutes les données collectées par le SNJMG (identité ainsi que coordonnées postales, téléphoniques et internet) sont depuis toujours protégées par le SNJMG, et font l'objet d'une déclaration à la CNIL. 
  • En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
  • Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser au secrétariat du SNJMG.
  • Si des structures autres que nos partenaires connus et visibles sur notre site vous contactent en se prévalant d'un quelconque partenariat avec le SNJMG, merci de nous prévenir.

 

Elections URPS - médecins 2015 : Résultats

Résultats nationaux pour les Médecins Généralistes (pour les autres spécialités, voir en bas de billet)

 

Taux de participation : 42,38 % (47 % en 2010 et 50.4 % en 2006)

 

Résultats en bulletins exprimés :

 

MG France : 31,29 % (29,73 % en 2010)

FMF : 27,62 % (18,45 % en 2010)

CSMF : 20,25 % (26,90 % en 2010)

SML : 16,49 % (18,97 % en 2010)

Union Collègiale : 3,78 % (4,39 % en 2010)

FML : 0,57 % (absent auparavant)

Alliance : Absent cette année (0.90 % en 2010)

 

Résultats par régions :

- Alsace Lorraine Champagne Ardenne

Participation : En attente de confirmation

Résultats : Dans la région de Claude Bronner, la FMF (31.20 % - 10 élus) l'emporte devant MG France (24.50 % - 7 élus), la CSMF (22.05 % - 7 élus), le SML (13.30 %  - 4 élus) et l'UC (08.95 % - 2 élus).

Elus :

FMF : 
Corinne Bildstein
Jean-Yves Schlienger
Olivier Robardet
Marcel Ruetsch
Dominique Lebrun
Philippe Barthe
Claude Bronner
François Pélissier
Sylvie Barbara Dupont
Guy Birri
CSMF : 
Rémi Unvois
Elisabeth Rousselot-Marche
Pierre-Paul Schlegel
Alain Prochasson
Jean-Daniel Gradeler
Michel Leveque
Antoine Guinoiseau
MG France : 7 élus
Pierre Tryleski
Hélène Garde Marty
Hervé Ruinard
Odile Kusy
Jean-Jacques Antoine
Pascale Fiat
Olivier Lambert
SML : 
Guilaine Kieffer Desgrippes
Jean-Marc Winger
Frédéric Tryniszewski
José Nunes Dias
Union Collégiale :
En attente

- Guyane

Participation : 49.54%

Résultats : La CSMF (79,55 % - 4 sièges) devance le SML (20,45 % - 1 siège)

Elus :

CSMF-Unof : 
Stanley CAROLL, Cayenne
Serge PLENET, Cayenne
Marc CHABERT, Remire Montjoly
Armand SENELIS, Cayenne

SML :
Jacques BRETON, Cayenne

- Martinique

Participation : 57,30 %

Résultats : La FMF obtient la majorité absolue (57,40 % - 3 sièges) devant la CSMF (30,37 % - 2 sièges) et le SML (12,59 % - aucun siège)

Elus :

En attente

- Guadeloupe

Participation : 41,10%

Résultats : La CSMF écrase le scrutin scrutin (83,94 % - 11 sièges), MG France récolte les quatre fauteuils restants alors que le SML qui perd ses quatre élus. 

Elus :

CSMF-UNOF : 
Pascal RHINAN, Morne à l’eau
Nadia RUGARD, Gosier
Betty CLAMAN, Les Abymes
Gilbert GENDREY, Vieux Habitants
Alain ZIMBAN, Capesterre B/Eau
Franck HUNCKLER, Petit Bourg
Denis LETHUILLIER, Pointe à Pitre
Michel DAMASE, Basse Terre
Enna HAMOT, Pointe à Pitre
Jean-Claude GBENOU, Petit Bourg
Mickaël MALESPINE, Petit Bourg
MG France : 
Lucien LACAVE, Capesterre Belle Eau
Irisa REMUS, Basse-Terre
Alain NOCHER, Pointe Noire
Marie-Christine FAVERIAL, Le Gosier

- Ile de France

Participation :

Résultats : Portée par le Dr Hamon, la FMF (27.20 % - 11 élus) devance MG France (24.31 % - 10 élus), le SML (19.79 % - 8 élus), la CSMF (18.81 % - 7élus) et l' UC (09.90 % - 4 élus)

Elus :

FMF : 
Jean-Paul HAMON, Clamart
Patricia LEFEBURE HELLEGOUARCH, Villacoublay
Bernard ELGHOZI, Creteil
Nathalie LEROY, Montereau Fault Yonne
Didier LE VAGUERES, Saint Antoine
Christine BOTTE, Paris
Jean-Yves NACCACHE, Enghien les Bains
Serge Bernstein, Villetaneuse
Isabelle LUCK, Elancourt
Philippe PARANQUE, Chevannes
Brice LE TAILLANDIER DE GABORY, Paris
MG France : 
Agnes GIANNOTTI, Paris
François WILTHIEN, Aubervilliers
Martine ENGERRAND, Poissy
Richard HANDSCHUH, Paris
Marie-Eve VINCENS, Aubervilliers
François BONNAUD, Maule
Marie-Laure ALBY, Paris
Jean-Noël LEPRONT, Champigny sur Marne
Michel BLAZIT, Limours en Hurepoix
Pascal FERON, Avon
SML : 
Jean-Pierre BATARD, Lisses
Jean-Luc LEYMARIE, Rueil Malmaison
Marc BAILLARGEAT, Paris
Laurent DE BASTARD, Versailles
Patrick SIMONELLI, Saint Leu la Forêt
Joel WARO, Mareuil les Meaux
Marc DUCHENE, Vitry sur Seine
Mardoche SEBBAG, Stains
CSMF-UNOF : 
Georges SIAVELLIS, Noisy le Sec
Marie-Hélène DELMOTTE, Domont
Alain LECLERC, Limeil-Brévannes
Abraham SABBAH, Paris
Stéphane LANDAIS, Malakoff
Ariel TOLEDANO, Paris
Mickael RIAHI, Paris
Union Collégiale : 
Daniel SCIMECA, Maisons-Alfort
Jean-Marc SPIRA, Paris
Thomas GOLMAN, Ecquevilly
Jean-François KAROUBI, Paris

- Nord Pas de Calais Picardie

Participation : 

Résultats : La FMF (35.77 % - 11 élus) s'impose devant la CSMF (30.21 % - 9 élus), MG France (20.89 %  - 6 élus) et le SML (13.13 % - 4 élus)

Elus :

CSMF-UNOF : 
Bertrand DEMORY, Armentières
José CUCHEVAL, Liancourt
Jean-Luc Mayeur, Lievin
Franck GARATE, Amiens
Anne-Sophie LEGRAND DESEINE, Tourcoing
Vincent COUVREUR, Masnières
Richard CASSE, Gouvieux
Marie-Pierre COQUET, Maubeuge
René-Claude DACQUIGNY, Saint-Omer
FMF : 
Franco GRACEFFA, Wailly
Christophe GRIMAUX, Pierrefonds
Thérèse DUQUESNE-BUISSART, Isbergues
Philippe VERON, Tracy le Mont
Laurent BACHELET, Dunkerque
Philippe TREHOU, Guise
Georges JUNG, Compiègne
Alexis GODRON, Arras
Xavier LAMBERTYN, La Chapelle aux Pots
Denis ARZUR, Denain
Françoise COURTALHAC, Lacroix St Ouen
MG France : 
Pierre GHEERAERT, Roubaix
Fabrice PATTE, Dainville
Abdelouahab ZARAA, Tergnier
Dominique PEYRAT, La Madeleine
Elisabeth VANNELLE, Marquise
Jean-Jacques MORISSEAU, La Ferte Milon
SML : 
Bénédicte VERMOOTE, Mouvaux
Jean-Paul KORNOBIS, Lille
Lydia BERTRAND, Amiens
Joel CHAZERAULT, Lens

- Pays de la Loire

Participation : 

Résultats : Avec12 voix d'avance, MG France dépasse la CSMF dans son pré carré. Viennent ensuite le SML, avec 7 élus, puis la FMF, avec 5 élus (NB : MG France et la FMF gagnent autant de sièges que la CSMF et le SML en perdent).

Elus :

MG France : 
Teddy BOURDET, Beaulieu sous la Roche
Véronique JAGUELIN, Le Mans
Philippe DELORME, Vertou
Emmanuelle VALAIS JOYEAU, La Guyonniere
Jean BOULET GERCOURT, Le Mesnil en Vallée
Pascale GEFFROY, Orvault
Philippe COLLEN, St Philibert de Bouaine
Bertrand DEMATTEO, Nantes
Louis-Marie RAIMBAULT, Cholet
CSMF-UNOF : 9 sièges
Luc DUQUESNEL, Mayenne
Jean-Gérald BERTET, Bouaye
François VERDON, La Gaubretière
Vincent SIMON, Ecouflant
Sophie FOURNIER, Le Mans
Marie ROCHETEAU, Bouaye
Michel BACHELET, St Sebastien sur Loire
Marie-Christine SALVATO, Château Gontier
Charles-Henry MERCIER, La Montagne
SML : 
William JOUBERT, Le Mans
Laurent PONS, Saint Nazaire
Christian MOUGLALIS, Nantes
Edmond BLERIOT, Nantes
Bernard RICHARD, Teloche
Emmanuel CHARRIE, Sille le Guillaume
Ouafae ALAOUI-LOFTI, La Bazoge
FMF : 
Pascal ARRIVE, Olonne sur Mer
Antoine REDOR, Vigneux de Bretagne
Hervé FEUILLETTE, La Regrippiere
Marcellin MEUNIER, Notre Dame de Monts
Christophe Lopez, Olonne sur Mer

- Bretagne

Participation : 

Résultats : La FMF arrive en tête (36.86 % - 11 élus) devant MG France (22.52 % - 7 élus), le SML (19.71 %  - 6 élus), la CSMF (13.78 % - 4 élus) et l'UC (07.13 % - 2 élus)

Elus :

FMF : 
Nikan MOHTADI, Quimper
Bénédicte DELAMARE, Bain De Bretagne
Pascal LAMY, Damgan
Jacques ROUILLIER, St Coulomb
Ivane AUDO, Lanester
Jean-Yves LOHEAC, Landerneau
Catherine NOEL, Pace
Sébastien THOS, Vannes
Gilles MEHEUT, Corseul
Ronan LE ROUX, Larmoplage
Pascal ANET, Bain de Bretagne
MG France : 7 sièges
Marie-Renée TOULET, Geveze
Jean-Pierre LAGUENS, Collinee
Lucas BEURTON-COURAUD, Pleyben
Alain BERTHIER, Languidic
Cédric FABRE, Geveze
Jean-Luc MILIN, Saint Brieuc
Uwe Martin SCHNEIDER, Vannes
SML : 
Thierry LABARTHE, Chantepie
Eric HENRY, Auray
Denis MAILLIU, Vannes
Nathalie CREFF-AZZOLIN, Clohars-Carnoet
Virginie BLONS, Rennes
Nicolas THUAL, Brehan
CSMF-UNOF : 
Hervé LE NEEL, Rennes
Frédéric MAS, Combourg
Nadia SIMON, Pleneuf Val-André
Daniel PENCOLE, Rennes
UC : 
Hubert SEVIN
Dr LE FOURN

- Normandie

Participation :

Résultats : La FMF arrive largement en tête (48.08 % - 11 élus) devant MGF (24.20 % - 5 élus), le SML (12.82 % - 2 élus), la CSMF (11.86 % - 2 élus) et l'UC (03.04 % - aucun élu).

Elus :

FMF : 
Antoine LEVENEUR, Caen
Philippe MAUBOUSSIN, Normanville
Thierry LEMOINE, Cerisy la Foret
Stéphane PERTUET, Barentin
Gilles TONANI, Caen
Marc BARRIERE, Damigny
Jean-Michel BUNEL, Maromme
Roseline PELUCHON, Val de Reuil
Philippe CHOLET, Tourlaville
Charles-Michel DINTIMILLE, Conches en Ouche
Marc DE LA PROVOTE, Bretteville Sur Laize
MG France : 
Laure LEFEBVRE AUGER, Louviers
Vincent MOLLET, Herouville Saint Clair
Régine CORNANGUER, Longny au Perche
Gaetan THENARD, Val de Saane
Stéphanie FEZZOLI, Falaise
SML : 
Messaouda MARGUIER, Evreux
Nina QUEDRU SERRA, Herouville Saint Clair
CSMF-UNOF : 2
Jean-Luc MARTINEZ, Darnetal
Nicolas SAINMONT, Deauville

- Centre

Participation : 42% 

Résultats : MGF (42.35 % - 9 élus) arrive en tête suivi de la CSMF (23.42 % - 4 élus), de la FMF (19.78 % - 4 élus) et du  SML (14.44 % - 3 élus)

Elus :
MG France : 
Alice PERRAIN, La Croix en Tourraine
Laurent JACOB, Tavers
Mickael MOREL, Saint Laurent Nouan
Olivier FERRAND, Marmagne
Laurent BRECHAT, Avoine
Denis MARCHAND, Reuilly
Philippe RIVIERE, Chartres
François-Xavier DECROP, Tours
Guy BERNARDIE, Orléans la Source
CSMF : 
Pierre BIDAUT, Gien
Gérald GALLIOT, Jouy
Jean-Pierre PEIGNE, Villeloin Coulange
Walter LANOTTE, Bourges
FMF : 
Corinne LE SAUDER, Olivet
Jean-Michel MATHIEU, Semblancay
Laurence PETINAY, Lamotte Beuvron
Jacques SICARD, Nevers
SML : 
Pascale RENAUD BRIVET, Saint Denis de l’Hôtel
Pierre DRAUGE, Tours
Yves QUESNEL, Prunay Cassere

- PACA

Participation :

Résultats : MGF arrive en tête (31.56 % - 13 élus) devant la FMF (26.41 % - 11 élus), le SML (17.79 % - 7 élus), l'UC (13.41 % - 5 élus) et la CSMF (10.83 % - 4 élus)

Elus :

MG France : 
Serge CINI, Marseille
Dominique BRIEUSSEL, Marseille
Bernard MUSCAT, Avignon
Viviane MANNEVY, Digne les Bains
Wilfrid GUARDIGLI, La Seyne sur Mer
Simon FILIPPI, Gap
Christian LHERITIER, Marseille
Sébastien ADNOT, Carpentras
Isabelle LECLAIR, Toulon
Marc ZECCONI, Saint Firmin en Valgodemard
Jean-Luc PINGUET, Marseille
Henri LIU, Morieres les Avignon
Pierre-François CHEVALLIER, Digne les Bains
FMF : 
Michel SCIARA, Istres
Florence ZEMOUR, Vitrolles
Marc BURLAT, Bandol
Christian CHILLI, Ampus
Jean-Pierre GARNIER, APT
Jean MARGARITORA, Nice
Anne-Marie ZACCONI CAUVIN, Nice
Olivier AMIEL, Aix en Provence
Marie-Claire TUFFERY ROMANO, Evenos
Jean-Pierre BAUSSON, Digne Les Bains
Bruno REBOUD, Ventabren
SML : 
Jean-François GIORLA, Marseille
Laurent SACCOMANO, Mouans Sartoux
Hervé BESANCON, Calvaire sur Mer
Michel GARNIER, Ensues la Redonne
Renaud FERRIER, Le Cannet
Patrick DESAMI, La Crau
Soraya TORTORELLI, Marseille
Union Collégiale : 
Meyer SABBAH, Grasse
Olivier FLOPIN, La Valette du Var
Patrice PETIT, Cannes
Antonin LECLERCQ, Beaulieu sur Mer
Raphaël PINILLA, La Valette du Var
CSMF-UNOF : 
Remy SEBBAH, Marseille
Hervé SAHY, Le Pontet
Simon BIHAR, Nice
Richard BOVET, Toulon

- Auvergne Rhone Alpes

Participation : 42,5%

Résultats : MGF obtient la majorité absolue (53.16 % - 22 élus), devançant la FMF (20.67 % - 8 élus), le SML (16.14 % - 6 élus) et la CSMF (10.04 % - 4 élus)

Elus :

MG France
Florence LAPICA, Lyon
Roland RABEYRIN, Le Puy en Velay
Alexandra GENTHON, Grenoble
Fabien RUAUD, Le Cendre
Claire GAULTIER, Saint-Etienne
Mickael GOLOSETTI, Montmelian
Isabelle DOMENECH BONET, Avermes
Alain CARILLION, Bourg Saint Andeol
Cécile LECOLLIER, Charnoz sur Ain
Nicolas DERAIN, Saint Alban Leysse
Agnes LAVILLE, Simandres
Karim TABET, Valence
Catherine THOMAS,  Vic le Comte
Gilles PERRIN, Grenoble
Laurence NAHON, Saint Jorioz
Vincent REBEILLE BORGELLA, Lyon
Laure ROUGE, Gannat
Pascal DUREAU, Venissieux
Jacques EYMIN PETOT TOURTOLLET, Grenoble
Christian LANDON, Clermont-Ferrand
Charlotte GINET, Tain l’hermitage
Charles PENCZ, Grezieu la Varenne
FMF
Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP, Lyon
Jean-Pierre ENRIONE-THORAND, Grenoble
David MACHEDA, Cranves Sales
Stéphanie BLACHON, Aix-les-Bains
Vincent LIBOUREL, Ecully
René-Pierre LABARRIERE, Annecy le Vieux
Didier ANNE, Lyon
Pascal JALLON, Meylan
SML
Charles Henry GUEZ, Ste Foy les Lyon
Jean-Antoine ROSATI, Chantelle
Christine SAUVAIRE, Chambery
Emmanuel JACTEUR-MONROZIER, Annecy
Jean-Charles AGNIEL, Lyon
Evelyne CHARTIER, Chamalières
CSMF-UNOF
Yannick FREZET, Rive de Gier
Julie MAZET, Monnetier Mornex
Patrick MONTANIER, Le Rouget
Michel TILL, Lyon

- Languedoc Roussillon Midi Pyrénées

Participation : 38,26%

Résultats : En voix, la FMF (32.65 %), avec le Dr Marty, président de l'UFML, dépasse d'une courte tête la liste présentée par MG France(31.33 %) et soutenue par le SNJMG qui fait élire son président, Théo Combes : ces listes obtiennent chacune 13 sièges. La CSMF (21.27 %), avec l'ancien président de l'UNOF, le Dr Combier, obtient 8 sièges et le SML (14.75 %) 6 sièges.

NB : L'examen détaillé des résultats donne pour l'ancienne région Midi Pyrénées (région des Dr Marty, Combes et Combier) : MG France 39.41% devant la FMF 30.7 %, la CSMF 17,03 % et le SML 12.79 %. Dans le Tarn (département des Dr Bayart, MG-France, et Combes, SNJMG, près de 2 médecins généralistes sur 3 ont voté pour la liste MG France/SNJMG).

Elus :

FMF : 
Jean-Marc LARUELLE, Montpellier
Leila LATROUS, St Jory
Jérome MARTY, Fronton
Michel BISMUTH, Labarthe sur Leze
Marie-Cécile BELIN SAUGET, Montpellier
François-Marie PRADEILLE, Fronton
Odile BOURGEOIS, St Orens De Gameville
Bruno GAY, Badens
Annie KROMMENACKER, Meze
Frederic DEFREYN, Vernet
David COSTA, Nimes
Alain COMBARIEU, Toulouse
Laurent AIGLE, Beziers
MG France : 
Marguerite BAYART, Realmont
Jean-Christophe CALMES, Frontignan
Jean-Louis BENSOUSSAN, Castelmaurou
Hélène SENTENAC-MOUROU, Carcassonne
Olivier DARREYE, Vayrac
Michel GALLAND, Labastide d’Anjou
Eva DECOTTE, Aureilhan
Christian FLAISSIER, Lasalle
Téophile COMBES, Gaillac
Serge GROMOFF, Balaruc-les-Bains
Brigitte CABANAT, Toulouse
Jean-Marc CASTADERE, L’Isle Jourdain
Anne BLANDINO PAULIN, Lafrançaise
CSMF-UNOF : 
Christian VEDRENNE, Maury
Michel COMBIER, Toulouse
Jean-Pierre BRUNOT, Nimes
Dominique BONNECUELLE, Rodez
François POULAIN, Palavas
Arnault GRUBER, Colomiers
Jean-Baptiste THIBERT, Salses le Château
Jean-Claude LUCIEN, Tarbes
SML : 
Marc EGOUMENIDES, Montpellier
Marie-Ange BOULESTEIX, Cahors
Yvan MACHETO, Toulouse
Dominique JEULIN, Montpellier
Cyrille CHAUGNE, Toulouse
Pierre RADIER, Bagnols sur Cèze

- Aquitaine Limousin Poitou Charente

Praticipation :  44,02% (5 points de moins par rapport à la moyenne des taux de participation observés dans les trois régions en 2010).

Résultats : MG France (33,53%) arrive en tête du scrutin avec 14 élus devant la CSMF (26,97%) avec 11 sièges. La FMF (20,01%) obtient 8 sièges et le SML (17,49%), 7 siéges.

Elus :

MG France : 
Bernard PLEDRAN, Bordeaux
Sandrine SANTOUL, Monein
Jean-Christophe NOGRETTE, Feytiat
François TRICOT, La Rochelle
Didier SIMON, Mont de Marsan
Martine PELAUDEIX, Ambazac
Noel MARTIN, Montbron
Gérard BOSSEVAIN, Creysse
Christian DELPEYROUX, Limoges
Sylvie DUHAMEL, Bordeaux
Philippe MOREAUD, Pessac
Eric SURY, Chauvigny
Maryse GARRABOS, Mont de Marsan
Elisabeth BOUSSEYROUX LAMAGAT, Jugeals-Nazareth
CSMF-UNOF : 
Philippe BOUTIN, Poitiers
Dany GUERIN, Bordeaux
Jean-Marie CONQUET, Saint-Vaury
Béatrice FAZILLEAUD, Chatelaillon
Jean-Luc DELABANT, Bordeaux
Fouad OU-RABAH, Prayssas
Arnaud CASTETS, Langon
Philippe FAROUDJA DEVEAUX, Saint Pardoux la Rivière
Claude BERRARD, Poitiers
Nicolas BRUGERE, Bordeaux
Jean-Guillaume DARMAILLACQ, Amou
FMF : 
Kamel HAMTAT, Serres Castet
Christian FAURE, Limoges
Claire CADIX, Ger
Jean-Claude ETILE, Royere de Vassivière
Hermann NEUFFER, Bordeaux
Patrick DE CASANOVE, Ondres
Christian NAVEZ, St Colomb de Lauzun
Mickael FRUGIER, Le Vigen
SML :
Philippe BOUCHAND, Bignoux
Bernard JOUVES, Bordeaux
Bruno SABOURET, Bergerac
Patrick MOUNIER, Bordeaux
Marie France TISSERAUD TARTARIN, Chauvigny
Imad CHAABAN, Agen
Jocelyne MONROY, Bordeaux

- Bourgogne Franche Conté

Participation : 50,3%

Résultats : MG France (32.06 %  -  7 élus) arrive en tête, suivi de la FMF (23.61 % - 5 élus), du  SML (19.24 % - 4 élus), de la CSMF (12.64 % - 2 élus) et du nouveau venu : FML (12.45 % - 2 élus) qui comptait dans ses rangs des élus dissidents de MG France (dont l'ancien président, Martial Olivier-Koehret qui n'est pas élu) 

Elus : 

MG France : 
Aurelien VAILLANT, Seurre
Marc GIUSTI, Montenois
Anne-Laure BONIS, Dijon
Céline QUENAUD, Besançon
Richard CHAMPEAUX, Guillon
Henri GUIGON, Gissey sur Ouche
Michel SERIN, St Amand en Puisaye
FMF : 
Christophe THIBAULT, Charmoy
Guy BARBERET, Belfort
Philippe COLAS, Auxonne
Luc GRIESMANN, Belfort
Claude CHALUMEAU, Simard
SML : 
Christine BERTIN-BELOT, Besançon
Emmanuel BARRA, Chenove
Christophe RUEDIN, Besançon
Marie-Hélène RAPILLIARD, Dijon
CSMF-UNOF : 
Dominique CHAPUIS, Montchanin
Stéphane ATTAL, Saone
FML : 
Pierre BOBEY, Menoncourt
Emmanuel DEBOST, Plombières les Dijon

- Corse 

Participation : 45,81% (71,47% en 2010)

Résultats : 8 sièges pour la CSMF (54,33 %) et 7 pour MG France (45,67 %)

Elus :

CSMF : 
Antoine GRISONI, Solenzara
François AGOSTINI, Calenzana
Paul-André COLOMBANI, Ste Lucie de Porto Vecchio
Bernard DIANOUX, Bastia
André ROCCHI, Prunelli Di Fiumorbo
Pierre CASTELLANI, Ponte Leccia
Augustin VALLET, Ajaccio
Noel SERRADEL, Erbalunga
MG France : 
Marc CASTELLANI, Valle Di Campoloro
Bernard CORNEILLE, Sartene
Thierry DAHAN, Cozzano
Henri AMBROSI, Bastia
Denis MORETTI, Peri
Annie LOGLI POUMEROL, Erbalunga
Antoine MATTEI, Bastia

- La Réunion 

Participation :

Résultats : La CSMF (34,08%) maintient son nombre d’élus avec 5 sièges, à égalité avec MG France (31.27) qui en perd un. La FMF (25,35%) progresse de 1 à 4 élus alors que le SML (9,3%) ne conserve plus qu’un siège sur les 3 de 2010.

 

NB : Résultats globaux pour les autres collèges :

 

Dans le collège des chirurgiens, des anesthésistes et des gynécologues-obstétriciens (spécialités de bloc) :

Participation : 42,38 % 

Le Bloc (organisation composée du SYNGOF, de l’AAL et de l’UCDF) : 66,79 % (58,24% en 2010)
CSMF : 12,37% (19,09% en 2010)
SML : 12,95% (13,31% en 2010)
FMF : 5,74% (6,74% en 2010)
Union Collégiale : 1,54% (1,10% en 2010)
FML : 0,61% (Absent en 2010)

 

Dans le collège des autres médecins spécialistes :

Participation : 34,95 % 

CSMF :  40,65% (50,89% en 2010)

SML : 28,94% %  (29,94% en 2010)

FMF : 21,77% (16,05% en 2010)

Le Bloc : 4,41% (Absent en 2010)

Union Collégiale : 3,27% (1,91% en 2010)

FML : 0,96% (Absent en 2010)

Alliance : Absent cette année (1% en 2010).

Vaccination anti grippale 2015-2016 en Metropole

1- Cadre national et international de la vaccination

 

Cadre international :

 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) édite chaque année une recommandation sur la composition des vaccins, en février pour l’hémisphère Nord et en septembre pour l’hémisphère Sud. 

La composition du vaccin contre la grippe est actualisée chaque année en fonction des souches qui ont circulé majoritairement durant l’hiver précédent et qui sont les plus susceptibles d’être présentes lors de l’hiver suivant.

Pour la saison grippale 2015-2016 (hiver dans l'hémisphère Nord), le réseau de surveillance de la grippe de l'OMS (le GISRS) recommande le vaccin avec : 

  •  A/California/7/2009 (H1N1)pdm09 (responsable de la dernière pandémie grippale, apparue en 2009) ; 
  •  A/Switzerland/9715293/2013 (H3N2) (l'invité surprise de l'épidémie 2014-2015) ;
  •  B/Phuket/3073/2013 (lignée Yamagata).

NB : Les deux dernières souches diffèrent de l'année précédente

Il est recommandé que les vaccins quadrivalents contenant deux virus grippaux B renferment aussi les trois virus ci-dessus et une souche B/Brisbane/60/2008 (Victoria) – inchangée par rapport à l'année dernière.

Ces vaccins quadrivalents ne font pas l'objet en France de recommandation particulière. Sur le plan pratique, deux spécialités de vaccins quadrivalents sont disponibles en 2015-2016 pour la première fois en France : le vaccin inactivé injectable (Fluarix Tetra) et le vaccin vivant atténué intranasal (Fluenz Tetra).

Rappel : Dans la nomenclature utilisée pour définir ces souches, on trouve dans l'ordre la lettre (A ou B) désignant le type de virus grippal, le lieu d'isolement de la souche virale, le numéro de la souche, l'année d'isolement puis, pour les virus de type A uniquement, l'année d'isolement.

 

Il faut environ deux semaines après avoir été vacciné pour être protégé. Une seule injection annuelle suffit, mais pour les enfants de moins de neuf ans, jamais vaccinés contre la grippe, deux injections, à quatre semaines d’intervalle, sont nécessaires.

 

Cadre national :

 

Liste des indications thérapeutiques ouvrant droit à la prise en charge ou au remboursement par l'assurance maladie :
― les personnes âgées de soixante-cinq ans et plus ;
― les femmes enceintes quel que soit le trimestre de la grossesse ;
― les personnes, y compris les enfants à partir de l'âge de six mois, atteintes des pathologies suivantes :
― affections broncho-pulmonaires chroniques répondant aux critères de l'ALD 14 (asthme et BPCO) ;
― insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives quelle que soit la cause, y compris les maladies neuromusculaires à risque de décompensation respiratoire, les malformations des voies aériennes supérieures ou inférieures, les malformations pulmonaires ou les malformations de la cage thoracique ;
― maladies respiratoires chroniques ne remplissant pas les critères de l'ALD mais susceptibles d'être aggravées ou décompensées par une affection grippale, dont asthme, bronchite chronique, bronchiectasies, hyperréactivité bronchique ;
― dysplasie broncho-pulmonaire traitée au cours des six mois précédents par ventilation mécanique et/ou oxygénothérapie prolongée et/ou traitement médicamenteux continu (corticoïdes, bronchodilatateurs, diurétiques). ;
― mucoviscidose ;
― cardiopathies congénitales cyanogènes ou avec une HTAP et/ou une insuffisance cardiaque ;
― insuffisances cardiaques graves ;
― valvulopathies graves ;
― troubles du rythme graves justifiant un traitement au long cours ;
― maladies des coronaires ;
― antécédents d'accident vasculaire cérébral ;
― maladie hépatique chronique avec ou sans cirrhose ;
― formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie, poliomyélite, myasthénie, maladie de Charcot) ;
― paraplégie et tétraplégie avec atteinte diaphragmatique ;
― néphropathies chroniques graves ;
― syndromes néphrotiques ;
― drépanocytoses, homozygotes et doubles hétérozygotes S/C, thalasso-drépanocytose ;
― diabète de type 1 et de type 2 ;
― déficits immunitaires primitifs ou acquis (pathologies oncologiques et hématologiques, transplantation d'organe et de cellules souches hématopoïétiques, déficits immunitaires héréditaires, maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur), excepté les personnes qui reçoivent un traitement régulier par immunoglobulines. Sujets infectés par le VIH quels que soient leur âge et leur statut immunovirologique ;
― l'entourage familial des nourrissons âgés de moins de six mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis : prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de broncho dysplasie et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d'une affection de longue durée (cf. supra) ;
― les personnes obèses avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40 kg/m² ;
― les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d'hébergement quel que soit leur âge ;
― les professionnels de santé libéraux en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque de grippe sévère : médecin généraliste, infirmier, sage-femme, pédiatre, pharmacien titulaire d'officine, masseur-kinésithérapeute.

 

Les vaccins sont pris en charge par l'Assurance Maladie uniquement pour les bénéficiaires de la campagne anti grippe et pendant la durée de celle ci (du 12 octobre 2014 au 31 janvier 2016).

 

Liste des vaccins pris en charge (avec leur prix) :

- Agrippal (6,14 euro),

- Fluarix (6,14 euro),

- Immugrip (6,14 euro),

- Influvac (6,14 euro),

- Vaxigrip (6,14 euro).

NB 1 : Tous les vaccins admis au remboursement par la Sécurité Sociale sont trivalents inactivés, sans virus vivant, et sans adjuvant lipidique.

NB 2 : Le vaccin grippal sur culture cellulaire Optaflu est disponible dans les hôpitaux et les structures privées qui en ont fait la demande.

 

Si un médecin souhaite prescrire le vaccin à un patient non ciblé par la campagne, il doit porter sur l'ordonnance la mention NR (non remboursable).

 

En pratique, pour le patient, trois situations peuvent se présenter :


1. Il s'est déjà fait vacciner les années précédentes.
S'il a déjà bénéficié d'une prise en charge de l'Assurance Maladie pour la vaccination antigrippale au cours des années précédentes, ses démarches sont simplifiées : il peut retirer le vaccin directement à la pharmacie et se faire vacciner par une infirmière de son choix, sans prescription médicale préalable. Il lui suffit de présenter le bon de prise en charge intitulé « Vous avez déjà été vacciné contre la grippe ».


2. Il se fait vacciner pour la première fois.
Il doit d'abord consulter son médecin traitant en lui apportant son bon de prise en charge. Le médecin pourra lui prescrire le vaccin antigrippal en l'absence de contre-indication. Il passe alors chez son pharmacien qui lui remettra gratuitement le vaccin puis chez son infirmier (sur prescription), ou le médecin lui-même, qui injectera le vaccin. 


3. Il s'agit d'une femme enceinte et/ou d'une personne souffrant d'obésité.

Le patient doit en parler à son médecin traitant qui pourra lui prescrire le vaccin antigrippal en l'absence de contre-indication et lui éditer un imprimé de vaccination gratuite vierge sur son espacepro-cps.ameli.fr. Le patient passe alors chez son pharmacien qui lui remettra gratuitement le vaccin puis chez son infirmier (sur prescription), ou le médecin lui-même, qui injectera le vaccin. 


À noter : la prescription médicale du vaccin antigrippal reste obligatoire pour les enfants et les femmes enceintes, même si ils ont déjà été vaccinés les années précédentes.

 

Vaccination des professionnels de santé libéraux : l'Assurance Maladie (CNAMTS + MSA + RSI) a adressé en septembre aux professionnels de santé libéraux en contact avec des sujets à risque sévère et des personnes infectées un courrier d’invitation à la vaccination anti grippale auquel est joint un bon nominatif de prise en charge du vaccin.

Déplorant, à nouveau, l'oubli par l'Assurance Maladie des professionnels de santé remplaçants, le SNJMG a continué de proposer aux remplaçants en Médecine Générale qui souhaitaient se faire vacciner de se faire prescrire le vaccin par un des médecins qu'ils remplacent ou par leur médecin traitant (voire eux même si c'est le cas), voire de récupérer, avec son accord, le vaccin d'un médecin qui a décidé de ne pas se faire vacciner...

 

2- Utilité de la vaccination

 

Les autorités sanitaires françaises considérent la vaccination comme la principale mesure de prévention de la grippe. Leur politique vaccinale vise à protéger les personnes pour lesquelles la grippe peut être grave. Pour ces personnes, l’objectif est avant tout de réduire le risque de décès et de complications graves en cas de grippe.

Les autorités sanitaires françaises précisent que l’efficacité du vaccin est variable selon les années, selon les souches et selon les âges mais reste globalement modérée. (Ref.)

Documentation :

Affichette "Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière"(PDF - 222.6 ko)

Cinq idées reçues sur la vaccination contre la grippe saisonnière(PDF - 186.6 ko)

Vaccination contre la grippe saisonnière. Questions/réponses Profes...(PDF - 227.8 ko)

Aide-mémoire sur la vaccination antigrippale. Professionnels de san...(PDF - 218.6 ko)

Avis et rapport relatif à l’efficacité de la vaccination contre la ...(PDF - 1.2 Mo)

Avis du Haut conseil de la Santé publique relatif à la vaccination contre la grippe saisonnière chez les personnes atteintes d'une hépatopathie chronique avec ou sans cirrhose (PDF - 138.6 ko)

Avis du Haut conseil de la Santé publique relatif à l'actualisation de la vaccination contre la grippe saisonnière dans certaines populations : femmes enceintes et personnes obèses (PDF - 113.8 ko)

 

Selon les sources indépendantes disponibles, l'efficacité du vaccin serait au mieux de 50% (deux fois moins de grippe chez les sujets vaccinés). Toutefois, selon la Collaboration Cochrane (Synthèse de la Collaboration Cochrane collaborationéditée en 2010 et mise à jour en 2012), si la vaccination permet peut-être d’éviter une grippe sur deux, il n’existe aucune preuve que le vaccin soit efficace sur les complications de la grippe et notamment les décès. Et dans le cas des nourrissons, la Collaboration Cochrane précise en 2012 : "In children under the age of two, the efficacy of inactivated vaccine was similar to placebo".

Dans l'article récapitulatif pour Atoute.org (fait en 2010 et mis à jour en 2012), Dominique Dupagne précise que "le vaccin permet de diminuer au mieux par deux la probabilité d’être alité et incapable de travailler plusieurs jours, tous les dix ou quinze ans". Et en octobre 2015, toujours sur atoute.org, il rappelle : "Se vacciner tous les ans contre la grippe induit une immunité modeste et éphémère. La maladie grippale apporte au contraire une immunité forte, durable, et étendue à des virus grippaux proches de celui ayant provoqué la maladie. Priver durablement des adultes d’une immunité naturelle pourrait avoir des conséquences graves lors de leur grand âge".

Dans son analyse de Décembre 2012, Recommandations vaccinales: Avis d'experts, Jean Claude Grange estime que ni l'obésité ni la profession de médecin généraliste ne sont des indications pour la vaccination. 

Margaret McCartney signale dans un article publié par le BMJ en 2014 : "The evidence is uncertain among people with asthma9; however, flu vaccination does seem to usefully reduce exacerbations in people who have chronic obstructive pulmonary disease.10"

Selon la revue Prescrire :

- "la vaccination grippale des patients dont la fonction hépatique est altérée de manière chronique apparaît raisonnable". (Ref)

- "Se faire vacciner contre la grippe après 65 ans semble éviter des complications graves surtout chez les personnes les plus fragiles". (Ref)

Selon la revue Minerva :

- "L’efficacité de la vaccination contre l’influenza du personnel de maison de repos avec comme objectif la prévention de complications de la grippe parmi les résidents telle une hospitalisation ou le décès par pneumonie n’est pas montrée". (Ref)

Enfin, selon Vaccination of Health Care Workers to Protect Patients at Increased... (CDC - 20.07.12), il n'y a pas de référence scientifique indépendante démontrant l'intérêt de vacciner les professionnels de santé pour protéger les patients qu'ils soignent.

Documentation complémentaire :

Article de la Revue Prescrire sur la vaccination 2013-2014 (réservé aux abonnés)

 

 

 

 

Pour en savoir plus : Revue de presse sur les vaccinations antigrippales depuis 2010

 

3- Risques de la vaccination

 

Vaccins contre la grippe saisonnière :

Selon l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), "Plus de cinquante années d’utilisation dans le monde de ces vaccins trivalents en confirment la sécurité d’emploi". Les effets indésirables les plus fréquents sont des effets bénins et transitoires comme des réactions au site d’injection (douleurs et rougeurs), voire des réactions systémiques telles que des douleurs musculaires, des malaises, des céphalées et/ou une fièvre légère. La survenue de réactions allergiques graves demeure quant à elle extrêmement rare (<1 cas/million de doses vaccinales). (Ref.)

Vaccin USA contre la grippe porcine de 1976 :

Si une association entre la vaccination antigrippale et la survenue d’un syndrome de Guillain-Barré, affection auto-immune neurologique, a été évoquée en 1976 aux Etats-Unis lors d’une campagne de vaccination de 45 millions de personnes contre la grippe porcine, une revue de la littérature montre que ce risque est rare. Il ne concerne en effet qu’un cas de plus par million de personnes vaccinées par rapport à la fréquence attendue dans la population adulte. En revanche, la grippe est considérée comme un des facteurs de risque possible du syndrome de Guillain-Barré avec une incidence de l’ordre de 4 à 7 pour 100 000 sujets grippés. (Ref.)

Vaccins contre la grippe A(H1,N1)2009 :

Voir la revue de presse : Quid du vaccin contre la grippe A ?